Albums du moment
Pochette Back In Business
Pochette Morbid Stuff Pochette Distance Over Time
Chroniques
Pochette Anesthetic
Pochette Sus
Pochette Undying Light

logo Ghost Brigade

Biographie

Ghost Brigade

C'est dans les froides contrées de Jyväskylä en Finlande que Ghost Brigade se forme en 2005 avec à son bord Manne Ikonen (Chant), Tommi Kiviniemi et Wille Naukkarinen (Guitares), Janne Julin (Basse) et Veli-Matti Suihkonen (Batterie). Le combo développe alors un Metal-Progressif personnel qui emprunte des éléments Doom, Postcore et Dark-Metal dans ses compositions.
Après avoir signé chez Season Of Mist, Ghost Brigade sort Guided By Fire en 2007. Leur mélange séduit, ils commencent à se faire un nom, puis deux ans plus tard Isolation Songs sort dans les bacs, leur renommée s'établissant encore d'avantage. Ghost Brigade a notamment tourné aux côtés des leaders de la scène Metal tels qu'Insomnium ou Paradise Lost et se voit confirmé pour l'édition 2010 du Hellfest. En 2011, les finlandais tournent un peu partout en Europe, mais sortent aussi leur troisième volet discographique, Until Fear No Longer Defines Us. En 2013, Janne Julin quitte le combo alors que le groupe recrute son successeur, Joni Saalamo, mais aussi un claviériste en la personne de Joni Vanhanen. Le désormais sextet se lance alors sur la composition de IV - One With The Storm qui sort en 2014.

13 / 20
8 commentaires (14.5/20).
logo amazon

IV - One With The Storm ( 2014 )

A force de sortir des albums, il arrive dans la plupart des cas un moment dans la carrière d'un groupe où il devient difficile d'éviter la redite et où un sentiment de lassitude peut se faire sentir pour les auditeurs. Avec son déjà quatrième album en l'espace de sept ans, Ghost Brigade arrive sans doute à une période charnière de son existance.

Après trois excellents albums et un point d'orgue avec Until Fear No Longer Defines Us  en 2011, il semblait que Ghost Brigade était allé jusqu'au bout de son concept, tant sur leur approche personnelle Doom / Postcore / Metal Atmosphérique qu'au niveau d'une écriture quasi parfaite. Du coup, difficile pour les Finlandais de rejouer sur le même terrain sans souffrir de la comparaison avec ses autres œuvres. Fatalement et pourtant à force d'écoutes répétées, ce IV : One With The Storm est moins bon que ses aînés. Peut-être est-ce du à l'arrivée du claviériste Joni Vanhanen et du remplacement du bassiste en la personne de Joni Saalamo en 2013 qui font que le nouveau line-up n'est pas entièrement soudé ou ne se retrouve pas complètement dans la composition. Toujours est-il que les Finlandais livrent nettement moins de mélodies marquantes, de riffs impressionnants et l'on ne retrouve pas le caractère si particulier des autres albums.

Ne nous trompons pas, IV : One With The Storm est un bon album engrangeant sans problème des points surtout si l'on découvre Ghost Brigade par celui-ci. La voix de Manne est passionnante et vecteur d'émotions, toujours aussi à l'aise dans les growls, mais surtout dans ce chant clair qui colle des frissons (Anchored).  De même la patte mélodique est toujours présentes avec des arpèges que peu d'autres son capables de sortir (Departures) ou d'agressions sonores bien senties (Wretched Blues). Le groupe étire même ses compositions, sort du classique couplet / refrains (Electra Complex et ses 10 minutes qui passent bien) et rajoute une légère touche de synthé qui se marie bien à l'ensemble (Long Way To The Graves). Mais il y a clairement un sentiment de moins dans cette œuvre, que Ghost Brigade n'est pas au niveau et qu'il n'y a pas le même attrait, la même puissance captivante dont pouvait faire preuve les Finlandais par le passé (le quelconque Stones And Pillars). Oui, ce disque est moins immédiat, parce qu'il n'y a pas de véritable titre tubesque hormis Departures peut-être, mais il est également un peu triste de les voir poursuivre exactement dans des sillons qu'eux même avaient tracés et personnalisés. Pas de quoi crier au loup non plus, mais l'impression que le groupe se rapproche de plus en plus du point de rupture est bel et bien là.

IV : One With The Storm est un album correct, mais on espère revoir Ghost Brigade en meilleure forme par la suite, car leur cinquième album sera sans doute déterminant pour la suite. On saura alors si le groupe est capable de tenir d'avantage sur la longueur, de raviver la flamme ou a finalement exprimé toutes ses idées.

16 / 20
9 commentaires (17.22/20).
logo amazon

Until Fear No Longer Defines Us ( 2011 )

Dire que le nouvel album de Ghost Brigade était attendu tient de l'euphémisme. Ghost Brigade est un groupe qui monte et qui s'est fait une très bonne place sur la scène Metal en l'espace de quelques années avec ses deux albums démontrant une personnalité rare et des concerts qui n'auront pas laissé le public indifférent. Quid de ce Until Fear No Longer Defines Us?

Vêtu de sa belle parure couleur neige, Ghost Brigade revient pour nous entrainer dans le froid finlandais. L'ouverture acoustique d'In The Woods nous y plonge directement, construit autour d'arpèges folk et de la voix frissonnante de Manne Ikonen. Simple, à la beauté gracieuse et saisissante. Until Fear No Longer Defines Us est par ailleurs construit par une alternance de morceaux puissants et d'autres plus portés sur les ambiances sombres et austères. Le spleenesque Chamber rejoint le magnifique Grain « tandis que la mélancolie en est pour ainsi dire l'illustre compagne ». Ils côtoient avec cohérence des titres plus nerveux et puissants comme le mastodonte Traces Of Liberty d'une efficacité redoutable ou le frontal Torn. Que dire de Clawmaster, le single de cet album, porté par le somptueux clip réalisé par Fursy Teyssier (Les Discrets / Amesoeurs) qui a su capter dans ses images toute l'essence du propos de Ghost Brigade.

Pourtant, pas grand chose ne change entre ce Until Fear No Longer Defines Us et Isolation Songs sorti deux ans plus tôt. Ghost Brigade possède toujours ce feeling immense, cette manière personnelle d'aborder le Doom atmosphérique, le Metal-Progressif et le Postcore qui rappelle Cult Of Luna présent dans les guitares ou dans le chant. Les plus réfractaires diront que ça fait penser à Katatonia, Amorphis ou Insomnium. Il y a du vrai là dedans, mais c'est occulter le fait que Ghost Brigade c'est un peu de tous ces groupes avec une vision bien particulière. C'est leur patte, leur art. Celle qui fait qu'on les reconnaît entre mille, qu'aucun groupe ne soit véritablement comme eux. Quand bien même, se serait oublier se talent d'écriture indéniable, les mélodies à se damner, une voix superbe, les passages poignants (Soulcarvers), en bref toutes ces choses qui font des finlandais un groupe à part.

Il existe des groupes fascinants qui procurent des émotions intenses à l'écoute de leur musique, des artistes qui créent et évoluent dans un univers qui leur est propre. Ghost Brigade fait indubitablement parti de ceux là. Until Fear No Longer Defines Us, n'est peut-être pas leur chef d'œuvre, mais il façonne avec solidité leur excellente discographie.

16 / 20
7 commentaires (18.71/20).
logo amazon

Isolation Songs ( 2009 )

Guided By Fire avait fait son petit effet en déboulant il y a deux ans comme un mélange personnel et impromptu de Metal-Progressif et d'un son à la Cult Of Luna. Décidé à en remettre une couche, les finlandais semblent reprendre la même recette en diluant toutefois quelque peu leur jeu sur Isolation Songs.

Dès Suffocated une chose se confirme clairement, Ghost Brigade s'est orienté vers un Metal plus mélodique, des sonorités plus éthérées et lumineuses qu'auparavant. Non pas que le résultat soit de qualité médiocre, quoique les première écoutes seront peut-être quelque peu déstabilisantes pour l'auditeur qui aurait bien repris une louche de lourdeur avec Guided By Fire. Pas de virage à 180° non plus, le groupe garde sa griffe particulière, cette manière de sonner péchu, épais, avec des morceaux le plus souvent en mid-tempo, mais en aérant cette fois-ci d'avantage ses compositions. Le combo finlandais se plait toujours à aller fureter de ci de là dans le panel des différents genre du Metal à savoir que l'on retrouve ici des titres aux ralentissements Doom, des ambiances sombres et austères propre au Dark-Metal et un son massif typique du Postcore.
Disposant toujours d'un song-writing de qualité, ce qui demeure indéniablement la force de Ghost Brigade, le quintet explore une facette plus lumineuse et atmosphérique (Into The Black Light) évoquant les dernières productions d'Amorphis et nettement plus mélancolique également (Secret) (Opeth est tu là?). Isolation Songs résulte encore une fois de riffs catchy (Lost In A Loop), de passages aériens somptueux (Secrets Of The Earth), de charmants arpèges touché par la grâce de dieux finlandais (My Heart Is A Tomb) et de crescendo déchainés (Concealed Revulsions).
Autre point important qu'il ne faudrait pas oublier est le double chant particulièrement impressionnant de Manne Ikonen qui maitrise à la perfection les alternances entre chant clair et agressif. Ghost Brigade arrive toujours à surprendre, certes moins que la baffe du premier opus, mais quand même, ils parviennent avec Isolation Songs, tout en gardant leur son caractéristique, à s'en détacher et aller plus loin afin d'apporter un vent de froideur sur leurs compositions. Avec des refrains entêtants, un riffing mémorable, de pièces émotionnellement fortes et un véritable travail d'orfèvre engendré dans les agencements et les structures, Ghost Brigade prouve ici que leur premier essai n'était pas le jeu du hasard ou le coup de chance du débutant.

Ghost Brigade démontre une nouvelle fois avec Isolation Songs tout le bien que l'on pensait d'eux. Guided By Fire était excellent, Isolation Songs est au moins aussi bon, porté par une qualité d'écriture, de maturité et d'enchainements de plans qui fonctionnent parfaitement. Pourvu qu'ils continuent comme cela, c'est tout le mal qu'on leur souhaite.

A écouter : assurment