Albums du moment
Pochette Full Upon Her Burning Lips
Pochette Back In Business Pochette Hvísl Stjarnanna
Chroniques
Pochette Final Transmission
Pochette Rammstein
Pochette Syntheosis
Pochette Flub
Pochette Masses Pochette Defeater

Biographie

Gazers

Gazers est un quintet parisien formé en 2012. Inspirés par les scènes black, noise, hardcore et post-etc, les Gazers sortent un premier EP éponyme auto-produit en janvier 2013. L'année suivante le groupe enregistre un split "3 way" avec les polonais de Fleshworld et les italiens de Viscera///, sorti chez Sell Your Soul et Unquiet Records, tout en préparant un premier format long prévu pour 2015.

Split 3 way (w/ Fleshworld & Viscera///) ( 2014 )

Les parisiens de Gazers nous ayant déjà gratifié d’un encourageant premier EP, qui souffrait aussi d'un défaut de production assez irritant malgré des qualités indéniables, c’est avec une certaine curiosité qu’on aborde l’écoute de ce split "3 way" avec Fleshworld et Viscera///.

L'objet s’ouvre d’abord sur les trois titres de Fleshworld, formation polonaise vieille de quatre ans, à cheval entre post-machin, crust, sludge et expérimentations diverses. Ça se vérifie sur Krag, en équilibre constant sur les cordes du post-rock, du screamo et du hardcore, augmenté d’arrangements mélodiques épiques. Une belle entame suivie d’un Petla assez noise-rock au premier abord, mais des guitares célestes s’incrustent rapidement puis s’emballent pour s’engager dans une valse post-screamo. Rien de tel pour finir qu’un gros pavé de neuf minutes imprononçable (Rezygnacja), qui débutera par une démonstration de feeling du frappeur, tribal et maladif dans son jeu, et que dire de ce chant, variant les plaisirs entre éructations hardcore et glaires black. Et là on se dit que l’un des avantages des split albums, c’est qu’on peut y dénicher des perles venues de Pologne, par exemple.

Du côté de la France et de sa capitale on découvre un Gazers mieux produit, et surtout des compositions déchirantes, explorant plus en profondeur les contrées du post-hardcore, du black et du screamo. Les trois morceaux composés par le quintet offrent un excellent aperçu du talent de ces gars-là tout en préparant le terrain d’un premier véritable long. Rush et son introduction anxiogène laissent vite place à la saleté, la vélocité et la lourdeur, toujours calé entre un Gaza et du post-hardcore type Cult of NeurIsis ; The Decline accentue le mouvement pour atteindre des sommets d’intensité, notamment par cette voix expulsant toutes ses toxines avec sincérité, emmenée par une section rythmique dense, irréprochable ; Epilogue clôture logiquement le trio de pistes des parisiens, usant de guitares un peu plus aériennes, malgré des velléités d’avantage punkisantes et une formidable amplitude du batteur.

S’ensuit le morceau-fleuve Versus des italiens de Viscera///, qui aiment gérer le poids du sludge en l’associant au black-metal, baigné d’une atmosphère post-hardcore du plus bel effet. Une composition généreuse qui éveille grassement la curiosité. Le deuxième morceau des italiens et le dernier de l’objet Nobody’s Diary surprend par son chant clair so 90’s en ouverture, qui reviendra vite à la normale hurlante, encouragée par une instrumentation sludgecore, un peu trop noyée dans le bruit, et après le final en larsen on se dit naturellement que ce titre était dispensable. Il n’empêche que ce n’est pas tous les jours qu’on se retrouve avec un split-cd au rendement créatif aussi complet dans les oreilles, parvenant à être aussi cohérent qu’un album classique, qui constitue au demeurant un parfait échantillon de la scène –core européenne.

En écoute totale sur le bandcamp du label Sell Your Soul Records.

A écouter : Rezygnacja, The Decline, Epilogue, Versus.
3 / 5
2 commentaires (16.25/20).

Gazers EP ( 2013 )

Les Gazers sont cinq. Ils sont parisiens et leur musique contient environ tout ce qui s’est fait d’inspirant, que ce soit en hardcore, en black metal, sludge, screamo et autres circonvolutions stylistiques à tendance colérique.

Ceci est le tout premier résultat de cet amalgame d’influences éparses (Gaza, Loma Prieta, Amen Ra, The Chariot, Cult Of Luna, etc). Les guitares sont lourdes et en place, les structures sont calées, le groove hardcore sludgy est bien là, persistant. Les quatre titres logés sur cette galette présentent de belles qualités et un fort potentiel, c’est certain. Le hic se hisse au niveau d’une production qui aurait oublié d’user d’un compresseur. Les cymbales envahissantes constituent un véritable parasite auditif, qui - si le disque avait été plus long - nous aurait sévèrement vrillé les tympans, au sens négatif. Dommage, car le talent du quintet est palpable a tous les niveaux. Chaque morceau transpire une puissante envie d’en découdre malgré des références logiquement très affirmées pour un premier jet. La production n’est malheureusement pas à la hauteur des ambitions de Gazers, qui vise déjà très haut en termes de composition, d’ambiance et d’équilibre. Reste à confirmer toutes ces bonnes choses sur la durée d’un objet plus garni et mieux produit.

EP dispo librement sur bandcamp.

A écouter : avec moins de cymbales.