logo Gatherer

Biographie

Gatherer

Gatherer est un combo originaire du New Jersey. Composé de 5 membres, le groupe enregistre un premier EP, Postcards, aux Timber Studios, avant de le sortir via son Bandcamp en Mars 2012. Après quelques temps, le quintet décide de franchir le pas du premier album. Caught Between A Rock And A Sad Place sort donc en Juin 2013, composé de dix titres. Suite à quelques soucis, Gatherer se renomment en Gatherers, tout en subissant quelques changement de line-up. Cela ne bloque toutefois pas l'avancée des Américains, qui annoncent Quiet World pour 2015.

16 / 20
4 commentaires (16.63/20).
logo album du moment logo amazon

Caught Between A Rock And A Sad Place ( 2013 )

Après l'effet Postcards, Gatherer était attendu de pied ferme. Sur son premier EP, le combo avait réussi un très beau pari : sortir 4 titres de très bonne facture, et malgré le douloureux épisode avec Glass Nails Records, les Américains n'ont pas lâché prise et s'en sont donnés à coeur joie sur 10 titres. En résulte donc Caught Between a Rock and a Sad Place, condensé Emo / Hardcore dans la continué du EP.

Avec une sincère simplicité, s'ouvrant au monde sur "What If I Can't", Gatherer se lance dans un enchaînement de sentiments, bien au-delà de Postcards (comme l'atteste la nouvelle version de "Brittle Bones"). Se recentrant sur lui-même, notamment via l'abondance de lyrics à la première personne , le quintet se fait corne d'abondance d'emo-parts ("Ocean Floor", "Campfire") , très différentes du côté brut de leur précédente sortie. L'abandon semble être d'ailleurs le thème principal de cet album, chaque mot y fait référence, fait planer son ombre sur cette crainte qui se transforme en constat sur les derniers mots, même si l'acceptation adulte prend la place d'un égoïsme parfois trop clamé ("And we will never start again / I'll be loved and Glad").
Bien plus qu'un océan de sentiments, Gatherer couvre d'un voile d'incertitude ses cordes, n'usant pas d'un sur-effet de fragilité alors que l'on tombe dans le funeste ("Death Bed"). Et chose agréable, il n'y a pas de temps mort, de passage surjoué ou d'explosion avortée : tout s'enchaîne sans cassure, les notes s'enroulent sans se mordre la queue et le frontman a le bon goût de changer régulièrement son jeu de cordes.
Et tandis que les écoutes s'enchaînent, rien ne faiblit. Point de talon d'Achille dont Pâris pourrait abuser, les larmes désabusées ne se font pas fausses, même si Caught Between use rarement de cette sensation pour séduire ("I Have Seen Moutains"), et le combo ne lâche jamais le moindre centimètres gratté au fil des minutes. Pas d'erreurs ? Aucune. Pas de restructuration ou création d'un nouveau courant, mais on n'en demandait pas tant, juste de passer un agréable moment avec cette muse, et c'est chose faite.

En exaltant ses sens, Gatherer use de son Caught Between a Rock and a Sad Place pour piéger l'auditeur dans la boucle ensorcelante de "And Now Everyone Sings the Blues" ou "I Have Seen Moutains". Parce que derrière cette rugosité écorchée se cache une douce poésie que le combo arrive à sublimer, ce premier opus mérite les honneurs.

A écouter : Tout, avec passion.
4 / 5
1 commentaire (15.5/20).

Postcards ( 2012 )

Il y a parfois des découvertes rafraîchissantes, avec quelques titres glanés ça et la. Gatherer est de ceux la, sous couvert de 4 titres de hardcore mélodique aux airs de Defeater ou Modern Life is war. Car jouer sur ce terrain peut s'avérer un jeu dangereux : trop d'émotions, des explosions surfaites ou un chant qui tente maladroitement de faire passer des sentiments mais sans grande motivation.
Avec Postcards, Gatherer relève le défi haut la main. En à peine plus de 7 minutes, les 4 morceaux s'enchainent et les riffs défilent avec une sincérité poignante proche de leurs confrères de Defeater ("Jones Beach", "Brittle Bones"). Certes, il ne s'agit que d'un nombre restreint de compos, mais chacune transpire la fougue au travers de la voix du frontman (qui officie dans un registre assez proche de Jeffrey Eaton de Modern Life Is War) tout en gardant une certaine fragilité à la manière de Touché Amoré.

Postcards forme un ensemble homogène, ou les titres se succèdent sans véritable rupture : démarrages au quart de tour ("Jones Beach", "Brittle Bones"), refrains marquants ("Wedding Bells" qui marquera sans doute quelques esprits) et passion débordante ("Postcards" et son chant qui prend aux tripes) sont les éléments essentiels présentés par Gatherer. Les Américains semblent d'ailleurs réaliser un sans faute : pas de temps mort ou d'effluves trop présentes d'une source d'inspiration.

Gatherer est poignant, captivant. En 4 titres, le combo a su démontrer son talent et l'avenir s'annonce radieux pour le quintet si la qualité reste au rendez-vous. Postcards les inscrit dans la liste des groupes à suivre de 2012.

A écouter : Brittle Bones
Gatherer

Style : Hardcore Mélodique
Tags :
Origine : USA
Site Officiel : gatherersband.com
Facebook :
Amateurs : 2 amateurs Facebook :