Albums du moment
Pochette Street Heat
Pochette Necroceros Pochette Vivre Encore
Chroniques
Pochette Ultrapop
Pochette Tonic Immobility
Pochette animus
Pochette W Śnialni
Pochette I
Pochette Silent Running Pochette Stillness

logo Future of The Left

Biographie

Future of The Left

Les Gallois de Future of The Left se sont formés, en 2005, sur les cendres de McLusky (Andy Falkous - guitare/voix, et Jack Egglestone - batterie) et Jarcrew (Kelson Mathias - guitare/basse). Il faut cependant attendre 2007 pour voir sortir le premier album du combo, Curses, sur Too Pure, l'écurie londonienne qui avait accueilli McLusky. La filiation avec ces derniers se perpétuent dès les premiers riffs : guitares rageuses, choeurs millimétrés et vocaux inspirés sonnent comme au bon vieux temps. Nouveauté, cependant : l'ajout d'un clavier qui prendra de plus en plus de place au fur et à mesure, venant ajouter folie, tempo et profondeur aux compositions.

Après un album live en 2009, FoTL signe, la même année, chez 4AD pour la sortie de Travels with Myself And Another qui continue à creuser l'inspiration sans faille du quatuor. Après une tournée intense, le groupe repart dans l'ombre, remplaçant à la basse Kelson Mathias sur le départ.

Il faut attendre fin 2011 pour que se fasse entendre un nouvel EP, Polymers Are Forever, prélude à un troisième album en 2012, The Plot Against Common Sense, investi par l'électronique. 2013 marque un retour affirmé aux saturations, avec un album (How To Stop Your Brain In An Accident) et deux EP (Love Songs For Our Husbands et Human Death).

Chronique

Polymers Are Forever ( 2011 )

Trois ans après la sortie de Travels with Myself And Another, 2012 risque bien d'être l'année de Future of The Left. Avant le LP, le trio venu du Pays de Galles tient à donner un premier aperçu avec la sortie du court album, Polymers Are Forever. 6 morceaux pour donner le ton, et confirmer tout le bien qu'on avait entendu sur les deux premiers albums.

Pour rappel, Future of The Left, c'est la version fresh de McLusky, l'ossature du groupe (Andy Falkous au chant/guitare, Jack Egglestone à la batterie) étant en effet bâtie sur les cendres du combo de Cardiff. Ceci explique sans doute cela, de l'esprit punk pregnant, aux traits d'humour saillants qui parcourent l'EP. Visiblement, Polymers Are Forever expose en seulement 20 minutes l'essence d'un groupe qui a pris confiance et s'autorise une musique multi-directionnelle.

Que les guitares soient toujours aussi tranchantes lorsqu'elles passent la vitesse supérieure, comme sur "With Apologies to Emily Pankhurst" ou "Dry Hate", les deux titres les plus courts, ce n'est pas une surprise. Les trois compères aiment jouer aux sales gosses sur l'autoroute avec des mélodies simples et rôdées. McLusky avait trouvé la recette, Future of The Left la cuisine toujours aussi bien, synthétiseur compris. On ne leur en voudra certainement pas, et d'autant moins, qu'on les sait capables de s'amuser sur des titres plus corsés. Il faut regarder du côté de "Destroywhitchurch.com", qui démarre en trombe pour se terminer en spoken words dans une sortie que n'auraient pas renié Enablers ou Slint, le côté fun en plus; ou du côté du morceau-titre pour pleinement apprécier le sel des compositions.

Car Falkous est un narrateur du quotidien qui laisse peu de place à l'optimisme (Instead of common sense/Her parents gave her whisky/That is why she loves him/That is why he loves her) mais tourne ses histoires mortifères en lyrics mordants sans rien sacrifier du fond. La qualité de la narration rejaillit, de la même manière, sur l'instrumentation qui la porte. La chorale "My Wife Is Unhappy", aux lyrics soignés, est de ces titres qui se reprennent à tue-tête tant le gimmick du refrain fonctionne; derrière la facilité apparente du morceau se cache une inspiration qui fait mouche et diversifie la musique du trio.

Si la mise en bouche éveille les papilles, on attend désormais de pied ferme le plat de résistance, The Plot Against Common Sense. Tout un programme.

A écouter : My Wife Is Unhappy - Destroywhitchurch.com