Albums du moment
Pochette Fyra
Pochette Street Heat
Découverte
Pochette Lost Ghosts Vol.1

logo Future of Forestry

Biographie

Future of Forestry

Eric Owyoung : Chant/Guitare/Clavier
Nick Maybury : Guitare/Chant/Clavier
Luke Floeter : Basse/Clavier
Spencer Kim : Batterie

Future of Forestry tire directement son nom d'un poème de C.S. Lewis dans lequel l'auteur dépeint une Angleterre rattrapée par l'industrialisation, aux dépens bien évidemment de la Nature. Les membres du groupe se rencontrèrent au sein d'un autre formation, Something Like Silas, qui subit pas mal de mutations pour aboutir en 2006 à un line-up radicalement différent. D'où la décision du quatuor de poursuivre cette aventure sous une nouvelle identité. Ce qui explique par la même occasion cette rapide signature sur Credential Recordings (Edison Glass, Lost Ocean,...) et la sortie imminente (23/01/2007) de Twilight, premier album qui fait suite à un EP éponyme.

Chronique

Twilight ( 2007 )

Ken Andrews. Nom peu évocateur qui a pourtant une incidence majeure sur la coloration musicale dont jouit ce premier effort. En effet, ce personnage dispose d’un curriculum vitae assez impressionnant, qui l’a vu collaboré avec des artistes tels que Pete Yorn, Failure, Beck, et surtout Copeland, Mae, Sense Field et Jimmy Eat World, certaines ressemblances étant pour le moins troublantes...

Une production très carrée c’est le moins que l’on puisse dire à première écoute; Credential Recordings a vu les choses en grand pour ses nouveaux venus. Pendant qu’Andrews travaillait avec Beck, le quatuor a eu tout le temps qu’il souhaitait pour expérimenter certaines choses, créer des ambiances, et truffer ainsi ses morceaux de bruits enregistrés aux alentours de leur demeure. Un travail que l’on ressent d’emblée à l’écoute de Twilight, les deux premières pistes développant avec minutie un rock atmosphérique, bien que ‘radio-friendly’, que l’on pourrait situer quelque part entre U2 et Switchfoot. Deux références que l’on perçoit d’ailleurs très nettement dans le chant d’Eric Owyoung, quoiqu'un peu plus enclin aux envolées lyriques, style musical oblige. Mais Jonathan Foreman et Bono sont loin d’être les seules sources d’inspiration du leader de Future of Forestry, et de surcroît de son producteur. Lorsqu’il pousse un peu sa voix, Owyoung se rapproche incontestablement du grain de Jonathan Bunch (Sense Field, Further Seems Forever) ; les inconditionnels de How to Start a Fire et Hide Nothing devraient au passage y trouver leur compte. Mais c'est musicalement qu'une des ressemblances est la plus marquante; dès la troisième piste, en l’occurrence "Twilight", impossible de ne pas penser à l'incontournalble Clarity (Jimmy Eat World) : les arpèges langoureux, le clavier sucré, le xylophone candide. 'Vous écoutez : "12.23.95"' ( !?). C’est un peu ça, et cette impression ne fait que s’accroître dès les vocalises d’Owyoung, identiques à…Jim Adkins. Un vrai caméléon, qui enchaîne ensuite avec "Speak to me Gently", véritable plagiat de "Hear You Me" (Bleed American).

Dès lors, l’écoute de l’album devient des plus ardues tant les points de comparaisons ne cessent de s’accumuler. Sans compter cette fâcheuse tendance qu’a le groupe d’étirer ses morceaux. Des titres qui passent que très rarement en dessous de la barre des 4’00, y compris sur la sublime "Sanctitatis" qui aurait pu se contenter des 3’30 habituels, mais qu’ils ont compulsivement décidé de prolonger d’une minute.

En résumé, Twilight se révèle décevant malgré l'entrée en matière prometteuse avec ces petites perles, accrocheuses au possible que sont "Open Wide" et "All I Want", et bien sûr la céleste "Sanctitatis". Appréciable si l'on parvient à passer outre les assimilations récurrentes, et que l'on est patient...vraiment patient.

A écouter : "Sanctitatis"; "Open Wide"; "All I Want"
Future of Forestry

Style : Christian Rock
Tags : - -
Origine : USA
Site Officiel : futureofforestry.com
Myspace :
Amateurs : 0 amateur Facebook :