Albums du moment
Pochette Monumenty selhání
Pochette A Different Shade of Blue
Pochette A Dawn To Fear Pochette Nighttime Stories
Chroniques
Pochette Etrange
Pochette Errorzone
Pochette Dreams of Quiet Places
Pochette Hallucinogen Pochette Nest

logo Funeralium

Biographie

Funeralium

Funeralium est fondé en 2003 par un activiste bien connu de la scène Doom française, Marquis (Ataraxie, guitare / chant), qui souhaite composer le Doom le plus dingue possible. Très vite rejoint par son compère Berserk d'Ataraxie (Guitare / Chant) et leurs amis d'Heol Telwen Toxine (Basse) et Yskithyrwynn (Batterie), le groupe nouvellement formé s'attelle à répéter. L'année suivante Bang Nr Be Banged!! lui offre un deal pour une démo. La formation saisit sa chance et sort Ultra Sick Doom, en référence à leur idôle Bethlehem et son fâmeux Dark Metal. Cette démo sera unanimement reconnue comme un petit bijou, les comparaisons avec Wormphlegm et surtout Bethlehem revenant souvent. En 2007 Funeralium fait son grand retour avec un deal chez Total Rust Music et un nouvel album éponyme, mélange d'anciennes et de nouvelles compositions.

Chronique

Funeralium ( 2007 )

Funeralium avait pas mal secoué son petit monde en 2004 avec sa démo au nom bien à propos d’Ultra Sick Doom. Il faut dire que son Funeral Doom poussé à l’extrême avait envoûté nombre d’auditeurs, dont beaucoup n’avait pas hésité à proclamer Funeralium comme le groupe de Doom le plus cradingue du moment. Le revoilà donc trois ans plus tard avec un premier album éponyme et beaucoup d’espoir à satisfaire.

L’album se dévoile comme la continuité directe de la démo, d’une part parce qu’on retrouve deux pistes de cette dernière sur le disque, Funeralium et Transcendence #26, de l’autre parce que la même recette est  réutilisée : voix criarde de dément entrecoupée de growls, mur de guitares aux accordages abyssaux et section rythmique itérative & hypnotique, le tout réparti sur des pistes longues, très longues, quelque chose comme six compos pour quatre-vingt minutes. Certes à première vue (enfin, à première ouïe), pas grand-chose de différent, si ce n’est le sentiment que le groupe a mûri, évolué, progressé tout simplement. Si Ultra Sick Doom manquait quelque peu de cohérence et s’envolait dans des plans parfois légèrement brouillons, tout cela a été gommé pour pondre une partition sans la moindre fausse note : chaque musicien semble faire corps avec son instrument, tout est maîtrisé pour un rendu impressionnant qui ne faiblit jamais sur la longueur, et Marquis, véritable homme fort du groupe, n’a jamais été aussi hallucinant avec des vocaux proprement… hallucinés.

Certes, présenté comme ça, l’ensemble peut paraître rebutant car trop massif, mais il serait regrettable de ne pas surmonter l’apparent monolithisme de l’album, car celui-ci recèle bien des trésors, et le premier d’entre eux est l’ambiance, tout simplement incroyable. En effet, Si Welcome to the Asylum ouvrait Ultra Sick Doom, elle aurait très bien pu figurer sur ce disque tant son titre prend ici tout son sens, puisque on a réellement l’impression de se retrouver enfermé dans un asile pour psychopathes fous furieux, avec son lot de silhouettes décharnées se tordant de douleur dans leur camisole et hurlant à la mort comme des damnés. Mais l’ambiance ne se résume pas simplement à une histoire de malaise et de glauque ; on est très loin de toute la hype Suicidal Black où c’est à celui qui sera le plus malsain et le plus dérangeant. Non ici, et bien que ce ne soit pas forcément évidement de prime abord, on a affaire à un véritable disque de Doom, poussé à ses confins les plus extrêmes.

En ce sens, les inévitables comparaisons avec Bethlehem et Wormphlegm qui reviennent de manière incessante  n’ont vraiment pas lieu d’être, car si la voix & le final Dark Metal de Funeralium ressemblent au premier et la démarche au second, aucun des deux ne peut se targuer d’avoir pondu un opus qui puise autant dans les racines du Doom que celui-ci. Ainsi, on trouve sur ce disque des riffs purement old school qui fleurent bon le Doom sabbathien des 80s, Saint Vitus et Pentagram en tête (Light Crisis, Let People Die et son "OURGH" au charme tellement old school). A sa manière, ce disque est en fait un hommage aux glorieux anciens, et rares sont les groupes de Funeral Doom qui peuvent en dire autant et plus rare encore sont ceux capables de le faire avec autant de classe.
Ainsi Funeralium nous pond un album vraiment exceptionnel, probablement ce qui s’est fait de mieux en France après Slow Transcending Agony d’Ataraxie. Cessons rapidement les pinaillages insensés, Funeralium est un groupe de Doom, un vrai de vrai, avec une identité propre, et un album monumental. Tout simplement.

Trois titres en écoute sur le myspace du groupe.

A écouter : Du dbut la fin, c'est mieux
Funeralium

Style : Funeral Doom Metal
Tags :
Origine : France
Site Officiel : funeralium.com
Myspace :
Amateurs : 5 amateurs Facebook :