logo Fukpig

Biographie

Fukpig

Drunk (Chant), Misery (Guitare / Basse) et Migg (Guitare / Batterie) créent Fukpig en 2001 comme projet parallèle à leur groupe de Sludge, Mistress, désormais splitté. Étant occupés par leur formation d'origine mais aussi par d'autres projets (Misery et Migg font partis d'Anaal Nathrakh) les anglais ne sortent rien et opèrent un hiatus en 2004. Fort de leurs succès dans leurs autres groupes, Fukpig est réactivé en 2008 et deux disques sortent sur Feto Records. Spewings From A Selfish Nation en 2009 et Belief Is The Death Of Intelligence en 2010 se posent comme un mélange de Grind, de Crust et de Black Metal.

3 ( 2012 )

Je ne sais pas ce qui prend parfois aux groupes de crust et de grind mais de temps en temps ils ne s'embêtent pas de fioritures. Rappellez-vous Mumakil et le tracklisting minimaliste de leur premier album. Là on a droit à la même blague pour le titre pour ce nouveau Fukpig : 3. 3 quoi ? Hé bien, simplement leur troisième album, et si on en juge d'après le contenu, on peut dire que ce sobre « 3 » exprime le peu de diffé rence d'avec Belief Is Death Of Intelligence et Spewings from a Selfish Nation. On a là toujours la même recette : un mélange ultra-violent de grindcore, de crust et de black metal. Et surtout une vénération pour l'exagération, car oui chez Fukpig TOUT est excessif. La batterie est exagérément violente (on passe sans cesse d'un d-beat qui ferait passer Disfear pour un groupe de pop-punk en short à un blast qui n'a rien à envier à Anaal Nathraak, dont sont issus la plupart des membres de Fukpig, les chiens ne font pas des chats), la saturation des guitares est totalement exagérée et c'est presque un vrombissement continue de crépitement des flammes des enfers auquel on a à faire, les claviers qui propagent des ambiances de cryptes chrétiennes hantées sont à la limite du larsen. Quant au chant, c'est toujours la cerise sur le gateau. Cascade de glaires sur fond de haine, équilibre parfait entre éructation crust-metal et râle black metal, et une louchasse d'effet pour rendre le tout encore plus Evil.


Après - éternel paradoxe qui touche une grande partie des musiques extrêmes et du rock'n'roll en général - peu de nouveautés à se mettre sous la dent sur ce nouveau Fukpig. Mais comme le proverbe le dit, un groupe de rock'n'roll n'a pas à être original pour être bon. Ce qui compte sur ce 3, c'est bien l'intensité et la sincérité avec laquelle les anglais se permettent de vomir à la face du monde. Là réside la différence entre un bon et un mauvais album d'un genre extrême qui se renouvelle peu. Et ce qu'ils éructent et font gronder depuis leurs amplis pour vous le faire ressentir, ils y croient. Les paroles de Fukpig sont très politisées, à l'extrême gauche et vomissent nos sociétés, le misérabilisme individualiste et mercantile dont fait preuve le genre humain, les mécanismes de répressions indirects, le fascisme...avec un tel sentiment de répulsion viscérale, qu'ils n'ont finalement pas d'autre choix que de le faire de cette manière

Sans répit pour l'auditeur, hormis quelques breaks et intros aux claviers, ce « 3 » prolonge la tradition Necropunk qu'ils ont fondé d'un voyage aux côtés des aspects les plus sombres de notre époque où finalement, la violence musicale de Fukpig n'est que l'expression de la douleur que génère ces aspects, un sentiment qui domine dans le crust, depuis Drink To Be Merry d'Amebix à Misanthropic Generation de Disfear, et que Fukpig exprime parfaitement dans la dernière piste, The Eulogy of a Crushed Romantic :

...Wishing the world was a better place
A place it'll never be

[…]

Are these the words of
A hopeless cynic or the eulogy
Of a crushed romantic?



A écouter : Tout, et à fond

Belief Is The Death Of Intelligence ( 2010 )

Fukpig. Un nom qui veut tout dire avec un visuel charmant qui d'entrée de jeu annonce la violence auditive à se dérouler dans tes oreilles. Puis en regardant le cv du trio (Anaal Nathrakh en particulier) tu te rends compte que ça fait pas vraiment marrer et que tu ne vas pas passer un moment des plus agréables sur ce Belief Is The Death Of Intelligence.

Alors Fukpig c'est quoi? Du Grindcore comme fondation dont tu connais plus ou moins la formule. Ca va très vite, ça maltraite ton tympan avec du bon riff joué à 200 à l'heure et du blast en veux tu en voilà. Le titre d'ouverture donne le ton, car oui, Die Bastard ne fait certainement pas dans la dentelle, si t'en est-ce qu'on puisse en douter. Les guitares sont tranchantes, ou parfois carrément plombées. A cela t'y ajoutes des vocaux genre Punk soulard qui te gueule dessus dans rue sans que t'aies rien demandé ou bien typés Black Metal démoniaque pour cerner les contours du projet.

Fort de leurs compétences au sein de leurs autres groupes, les anglais en profitent pour incorporer une bonne louche de Black Metal qui se retrouve autant dans l'imagerie que dans l'atmosphère opaque, sombre et glauque à souhait. Par exemple des titres aux noms de bon goût comme Mind Attack, Midwiter ou Dawn Of The Dumb n'ont d'égale que leur attrait pour le metal noir. Si les pauses se font rares et qu'on se prend souvent tout en pleine tronche, quelques samples de chant d'église bien incorporés (Necessary Heresies, Sadism In The Name Of God) font leur apparition donnant une ampleur grandiloquente à l'ensemble. C'est d'ailleurs le plus du groupe car au lieu d'écouter un groupe de Grind basique on se retrouve face à un disque qui va voir ailleurs dans le registre de l'extrême et n'oublie pas les ambiances.

En outre, Fukpig joue dans l'urgence, comme si Mumakil s'était mis au Punk (rythmiquement parlant surtout) avec un rendu sonore un poil dégueulasse, râpeux ou crasseux type Crust qui se laisser aller (This Is England) et l'on pourrait même parler de Noisecore par moment (Britains Got Fucking Aids). Aussi étonnant que cela puisse paraître, un côté moderne / oldschool se dégage de ces quinze morceaux, rendu qui doit encore une fois venir de leurs autres projets et du mélange des styles.

C'est donc 30 minutes d'extrême(s) et de ramonage de conduit auditif que les fous furieux de Fukpig proposent ici. Certes, Belief Is The Death Of Intelligence est un poil moins violent que Spewings From A Selfish Nation, mais pas de quoi s'indigner ou faire la fine bouche non plus. Fukpig ou le genre de groupe qui devrait logiquement faire plaisir à tes voisins, surtout à fort volume.

A écouter : avec tes voisins