Albums du moment
Pochette Monumenty selhání
Pochette A Different Shade of Blue
Pochette A Dawn To Fear Pochette Nighttime Stories
Chroniques
Pochette Etrange
Pochette Errorzone
Pochette Dreams of Quiet Places
Pochette Hallucinogen Pochette Nest

logo From Autumn To Ashes

Biographie

From Autumn To Ashes

A partir de 2001, From Autumn to Ashes se fait un nom dans la scène new-yorkaise grâce à une démo 3 titres et de nombreux concerts. FATA partique un hardcore avec de nombreux breaks, des riffs très metals et des mélodies empruntant à l’émo. Après une année passée à jouer un peu partout aux Etats-Unis et après avoir été signé par l’excellent label Ferret, le groupe sort son premier album intitulé Too bad you’re beautiful en 2002. Après un album seulement sur Ferret, il intègre l'écurie Vagrant plus connue pour ces groupes emo, emo punk... et sort The Fiction We Live sur ce dernier fin 2003. FATA sera au Warped Tour durant l'été '04...

13 / 20
1 commentaire (1/20).
logo amazon

The Fiction We Live ( 2003 )

Donner suite à un album réussi et remarqué n'est pas chose aisée et bon nombre de groupes s'y sont cassés les dents et ont traîné par la suite leur premier opus comme un fardeau. Le successeur de Too bad you're beautiful était donc très attendu et on se demandait si From Autumn To Ashes allait réussir à égaler voire à surpasser leur excellent premier album.

Les mauvaises langues craignaient que le passage du groupe chez une semi-major (Vagrant en l'occurrence) ne présageait rien de bon et on ne peut malheureusement entièrement leur donner tort. En effet, la musique de FATA s'est faite plus accessible et plus mélodique (ce qui n'est pas un mal en soi) mais aussi beaucoup moins passionnante. Alors que sur le premier album de nombreux breaks bien foutus venaient à chaque instant relancer l'intérêt des morceaux, les structures des différents titres sont ici beaucoup plus simples et s'apparentent plutôt au classique couplet-refrain.

Le groupe n'a pour autant pas délaissé ce qui a fait son succès : les riffs metal à la At the Gates sont toujours présents, l'alternance chantée-criée au chant est toujours de rigueur et on a toujours droit à quelques parties accoustiques. Les parties criées au chant sont même plus puissantes qu'avant et il est indéniable que FATA possède un sens certain de la mélodie qui n'est pas donné à tous les groupes. D'ailleurs, le chant est nettement plus mis en avant sur cet album avec une production beaucoup moins brute que sur Too bad you're beautiful.
Là où le bât blesse, c'est que si l'on enlève le chant, il ne reste cette fois plus grand chose à se mettre sous la dent : les riffs de gratte sont beaucoup plus basiques et moins percutants que sur le premier album. On a parfois l'impression que le groupe a perdu sa hargne.

Pourtant, The fiction we live est loin d'être un mauvais album. En témoignent les deux premiers titres qui sont tout de même sacrément efficaces avec ce mélange metal-hardcore-emo ayant fait ses preuves sur le premier album. Mais ce dernier opus s'enlise ensuite avec des morceaux très emo ("No Trivia", "The Second Wrong Makes You Feel Right", "I'm the Best at Ruining My Life") et dans ce registre il faut bien avouer que FATA ne vaut pas Thrice ou Thursday. Les autres titres ("Milligram Smile", "Every Reason To" avec son début à la Iron Maiden, "Alive Out of Habit" et "All I Taste today Is What's Her Name" avec leur désormais classique alternance crié-chanté) sont certes efficaces mais manquent de fraîcheur et de surprise.
On remarquera la belle prestation sur "Autumns Monologue" de Melanie Wills, la chanteuse déjà présente sur le premier album, qui possède décidément une magnifique voix.
En bref, The fiction we live reste un bon album plus accessible que le précédent qui devrait plaire aux amateurs de Boy Sets Fire ou de Thrice. On peut tout de même regretter l'orientation prise par le groupe qui a privilégié la simplicité avec des morceaux plus basiques, plus mélodiques et moins percutants que sur le premier album pour un album qui au final reste loin du niveau du précédent.

T

A écouter : The After Dinner Payback ; Lilacs & Lolita
17 / 20
3 commentaires (17.67/20).
logo amazon

Too Bad You're Beautiful ( 2002 )

La vague émo-hardcore fait actuellemnt fureur et les groupes qui, comme Poison the Well, Atreyu ou Killswitch Engage, alternent passages criés et chantés sont de plus en plus nombreux. From Autumn To Ashes possède effectivement cette caractéristique mais y ajoute sa touche personnelle. En effet, on retrouve dans les compos du groupe un son très métal et des riffs influencés par le trash suédois et des groupes comme In Flames. Ajoutez à cela des passages accoustiques de toute beauté, des morceaux biens construits, une bonne dose d’originalité et vous obtenez ce Too bad you’re beautiful qui est un petit chef d’œuvre.

D’emblée on est séduit par les riffs accrocheurs et rageurs. Mais là où certains groupes se contentent de balançer deux riffs par morceau, on a droit ici à une déferlante de passages plus efficaces les uns que les autres. On sent que les musiciens maîtrisent parfaitement leurs instruments et le batteur semble s’entendre très bien avec sa double pédale. L’émotion est toujours présente dans la voix du chanteur et notamment dans les passages plus calmes où celui-ci semble des fois à la limite de la fausse note, ce qui paradoxalement n’enlève rien à la beauté de ces passages.

Les deux premiers morceaux sont d’une grande efficacité et on y retrouve toutes les caractéristiques citées précedemment. Puis, arrive "Chloroform Perfume", une magnifique et surprenante ballade accoustique. On enchaîne ensuite sur des morceaux plus violents mais toujours parfaitements réussis, en particulier "Take her to the music store". Quant à "Reflections", c’est tout simplement un petit chef d’œuvre, morceau de presque 8 minutes qui débute par une superbe intro accoustique pour finir sur des sonorités beaucoup plus violentes. L’album se clôt en apothéose sur un long morceau où l’on entend des violons et une magnifique voix féminine.

Bref, cet album est une réussite sur tous les points et ce n’est pas tous les jours que l’on entend un groupe de hardcore osant nous lâcher une ballade au milieu de son album ou insérer des violons. A conseiller à tous ceux qui apprécient des groupes comme Poison the Well et plus généralement aux amateurs de musique violente, technique et émotionnelle.

T

A écouter : Reflections ; Take her to the music store ; Chloroform Perfume