logo Frightmare

Biographie

Frightmare

Frightmare se forme en 2002 à Portland (USA) sous l'initative de Maniac Neil, responsable de certains des gros groupes de Razorback Records (Lord Gore et Engorged en tête). Le concept de Frightmare : mélanger death/grind old school, punk, et ambiance façon vieux films d'horreur des années 80 (les films de slasher comme Vendredi 13 en tête). L'année suivante, le groupe accouche d'un premier album : Midnight Murder Mania, qui sera très bien accueilli par la presse et les fans. Le disque rencontre un succès tel que Frightmare devient la nouvelle mascotte de Razorback Records, fameux label spécialisé dans les groupes à tendance films d'horreur. En 2006, après un break de 2 ans, Frightmare pond un deuxième album toujours aussi taré et boosté aux films d'horreur...

 

 

Chronique

16 / 20
2 commentaires (16.25/20).

Bringing Back The Bloodshed ( 2006 )

Et voici de retour Frightmare, cette joyeuse bande de dingues enfermés dans les 80's tant au niveau musical que cinématographique. En effet, Frightmare mélange allègrement les deux arts en incluant à son death matiné de punk et de thrash une imagerie sortant tout droit des films de slasher des années 80, Vendredi 13 en tête. Le groupe avait déjà surpris en 2003 avec son mélange hyper-accrocheur de death old school et de punk à la old Misfits, en incorporant des passages grindesques dignes d'un Terrorizer ainsi que des riffs mélodiques plutôt bien sentis. Certes rien de bien innovant, mais l'efficacité de cette mixture avait fait l'effet d'une petite bombe chez les fans de Razorback Records. Soyons clairs : si Midnight Murder Mania était un bon disque accrocheur et divertissant, Bringing Back The Bloodshed est une pure bombe !

Frightmare a sur cet album repris tous les meilleurs ingrédients de Midnight Murder Mania... en les multipliant par 100. Pour faire simple : plus de death, plus de blasts, plus de thrash, plus de punk, plus de mélodie, et bien évidemment bien plus d'efficacité et de délire ! Le son est également bien meilleur que sur MMM, moderne mais sans fioritures, et en évitant la surenchère d'effets et d'arrangements. Du brut de décoffrage en somme... Servant au maximum des compos rentre-dedans comme Friday The 13th Part 2 (avec cette petite intro issue de la bande annonce du film...). Les morceaux sont bien construits et très travaillés, pas de temps morts et beaucoup de variations, exemple encore Friday The 13th Part 2 qui passe d'un morceau thrash/death rentre dedans à un break rock'n'roll qui ne dépareillerait pas dans un album de Black Label Society. Certaines compos partent totalement dans le punk (Barbecutioner) avant d'enchainer sur du gros grind bien gras à la Repulsion, tandis que d'autres commencent sur des mélodies dévastatrices qui cachent un mid-tempo death tout droit sorties d'un album d'Entombed (Slayride). Les quelques solos et mélodies sont bien supérieurs à ce qu'on pouvait entendre sur Midnight Murder Mania : souvent mieux maitrisées et apportant une tonalité angoissante mais en même temps catchy (Angela)... Le changement  est également maître mot du vocaliste déjanté du groupe : Maniac Neil n'a pas moins de quatre voix différentes allant du guttural dégueulasse façon goregrind au criard thrash old school. Bref, pas le temps de s'ennuyer à l'écoute de ce Bringing Back The Bloodshed : ça blaste, ça growle, ça crie, ça mélodise, ça solote, ça punkise, ça deathise, ça thrashise, ça headbangue, on comprend tout quand même et on bouge la tête bêtement sans chercher à comprendre. Et on se fait achever par chaque morceau car on attendait pas qu'il prenne cette tournure...

L'ambiance générale de l'album est également très travaillée. Au delà du death, Frightmare arrive à installer totalement son imagerie de vieux films d'horreur, notamment par ses samples tirés de films tels Driller Killer, Vendredi 13 n°2, ou encore Sleepaway Camp (l'intro du disque est tirée du film). On peut rapprocher l'ambiance du disque à celle des albums d'Impetigo, qui étaient eux bouffés par les films de cannibales à petit budget si possible... Bref, Frightmare se paie aussi le luxe de faire une reprise du Leatherface de Laaz Rockit, titre qui faisait office de BO pour Massacre à la tronçonneuse 3. Des accros ces petits gars décidément... Malgré cela, c'est l'efficacité qui l'emporte. Je défie tout amateur de death : essayez de ne pas headbanger au son d'Angela ou de Barbecutioner ;).

En conclusion, Frightmare n'invente absolument rien ici, mais nous sert une mixture diablement efficace à l'ambiance inégalée même chez ses comparses de Razorback Records. Bringing Back The Bloodshed est une arme de destruction de cervicales massive, bien supérieure à son prédécesseur. Alors que Midnight Murder Mania faisait juste passer un bon moment, Bringing Back The Bloodshed explose la nuque à grands coups de machette (ou de hache, ou de pique... c'est selon), et arrive à être assez varié et accrocheur pour marquer les esprits. Les amateurs de death/thrash seront aux anges à l'écoute de la galette. Malgré tout, les non-initiés au bastonnage musical devraient également jeter une oreille à nos barges américains... Assez catchy pour être appréciés même par des auditeurs plus calmes... Bref, tous à vos masques de hockey et vos tronçonneuses, Frightmare revient et ça fait mal.

A écouter : Angela, Friday The 13th Part 2, Slayride