Albums du moment
Pochette A Different Shade of Blue
Pochette Nighttime Stories Pochette Sphere
Chroniques
Pochette Etrange
Pochette Errorzone
Pochette Dreams of Quiet Places
Pochette Hallucinogen Pochette Nest

logo Free Diamonds

Biographie

Free Diamonds

Scott Anderson: Chant/Guitare
Paul Cosgrove: Chant/Basse
Dave Morton: Batterie

C'est au travers de la compilation This is Indie Rock éditée par Deep ELM (Lock & Key, Camber,...), le 08 novembre 2005, que l'on a pu découvrir ce trio originaire de Newcastle. Le label de Caroline du Nord n'aura pas manquer de flairer le bon coup, et les signe afin de sortir, à peine 5 mois plus tard, leur tout premier full-length: There Should Be More Dancing. Free Diamonds enchainera avec une tournée comprenant notamment quelques dates en France. En 207, le combo fait à nouveau quelques dates en France, avant de sortir son second opus, By The Sword, précurseur d'un énième retour sur les routes françaises.

15.5 / 20
0 commentaire
logo amazon

By The Sword ( 2007 )

Toujours aussi obsédés par cette idée, et pas seulement, de faire danser les foules, les filles et les punks bourrés, nos three Diamonds déboulent avec une nouvelle galette, à n’en pas douter, aussi fraîche et revigorante que la précédente, et c'est de bonne augure pour la saison (ndlr : message aux lecteurs du futur venus en paix, il s’agit de l’été 2007).

Et si l’on pouvait s’attendre à une simple, mais ultra-efficace, redite de There Should Be More Dancing, en réalité il n’en est rien. Bien qu’ils conservent leur charme percutant basé essentiellement sur cette alchimie constante, chants/basse/batterie/folie, les Diamonds osent et évoluent sans filet, laissant même d'entrée de jeu le mic’ aux demoiselles (Gemma Andrews de Cedar Noir). Galants...par la suite, ces trois barges y vont d’un harmonica bien folky sur "Backpack Escape Plan", de claviers bien psychés, façon mods 60s, ou plus puérils sur "The Little Keyboard Song"; sans oublier ce p’tit côté surfing-USA récurrent sur "Flamingo!", "Tumbling Tumbling Down" et "Jealous Panther". De l'inédit de l'inédit on vous dit. Enfin, le trio a su éclaircir, pour ne pas dire adoucir, son son…son son son (ndlr : Scott sort de ce corps) en usant fréquemment de la gratte sèche, poussant le vice jusqu’à la ballade à l’émotion inédite sur "My Boxing Days Are Over". Bref ceux qui voulaient du nouveau seront servis…d'ailleurs les fans de Ted Leo devraient peut-être prendre le temps de se (re)pencher sur ces larrons en foi-ré (ndlr : Scott ? Toujours là ?).

Quant aux autres, notez bien que les Diamonds n’ont pas changé mais bien su intelligemment évoluer. Les mélodies sont toujours vivaces ,épileptiques, syncopées, parfois même très proches du premier opus comme sur "Midnight Rainbow", et ses arpèges à la "The Day We Conquered" ; les refrains et débits azimutés au possible de Scott façon ‘never ever, ever a-again-gain’ ("The Little Keyboard Song") toujours en place, tout comme son  traditionnel cisaillage de circonstance avec le ‘F.R.E.E’ de "A Herd Of Elephants". Pour couronner le tout, le frontman continue de nous servir ses histoires aussi délirantes que sarcastiques, toujours promptes à faire 'shaker ton booty' (‘we're gonna dance at your funeral’).

Vous l’aurez compris, By The Sword se veut peut-être une chouille moins immédiat que son aîné, mais se révèle au final certainement plus fouillé, plus intrigant, plus méticuleux, le groupe n’ayant malgré tout rien perdu de sa gnak…gnagnak... (ndlr : dégage...)

Télécharger : "Hugs & Kisses"
Ecouter sur MySpace : "Teen Magic", "To Russia With Love",....

A écouter : "The Little Keyboard Song"; "My Boxing Days Are Over"; "Teen Magic"; "A Herd Of Elephants";...
16.5 / 20
0 commentaire

There Should Be More Dancing ( 2006 )

Pardonnez l’expression mais…putain c’que ça fait du bien ! Free Diamonds existe depuis à peine 18 mois, taquine l’auditeur avec un "Blind Boys" imparable, pour mieux le mettre K.O. en lui assénant ce 13-hits-combo. Un trio sous-acides, auteur d’un album sans fioriture. Son nom : There Should Be More Dancing.

‘You Should Be Danciiiinn’ Yeahhh’. 1977, des visionnaires ces Bee-Gees, et Free Diamonds leurs rend bien hommage avec ces 30 minutes où une seule idée nous obsède : dancer, bondir, se secouer et voir ces demoiselles en faire autant. Du calme, on n’est pas non plus face à un revival disco; du rock, de la pop, du punk servis par trois délurés. Chacun des membres se taille la part du lion, que ce soit Dave et ses cadences brusques ("Hearts in Clubs"), Paul et ses lignes heavy ("What Part Of Free Diamonds Don¹t You Understand?") ou Scott et ses riffs assassins (morceau au choix). Des titres pétillants, frais, spontanés, normal lorsque l’on sait que le combo n’est pas du genre à s’attarder sur ses compos. Ca démoule et ça joue, point final. Le résultat est brillant et n’aurait pas fait tâche sur un Different Damage. Chaque titre dispose de ce ‘petit truc’ qui fait qu’on va tiquer dessus, que ce soit les éléments cités précédemment, ou le soubresaut d’un orgue sur "International Gathering of Champions", un piano fugace ("Blind Boys"), un solo de gratte ("J.P.L.D."), et même un passage emo sur "The Day We Conquered". Et le tout reste homogène, que demander de plus ?

Réponse : une voix haut perchée, largement inspirée des Blood Brothers. Scott nous fait un put*** de festival : il chante, gueule, compte, susurre, supplie (‘you gotta help me help you. help me help myself. you gotta help paul. help dave. help scott save himself’), insiste (‘alright alright alright’), butte sur des syllabes (‘some-sometimes’, ‘ca-ca-ca-cars’ ), épèle (‘L.O.V.E. L.O.V.E.’, ‘D.I.A.M.O.N.D.S.’) toujours dans un style très 'orgasmique'. Et pour être honnête, c'est pas le seul à prendre son pied.

Le mot de la fin, extrait du copyright livret : 2006 deep elm records inc. Made in the united states of america. trademark, blah, blah, blah. we said dance motherfuckers, dance!

Télécharger: "Blind Boys"
Des titres en écoute sur MyWire|MySpace.

A écouter : Blind Boys; International Gathering Of Champions; Lovers Die Young; The List Of Everyone