logo Frameworks

Biographie

Frameworks

Formé à Gainesville (Floride) en 2011, Frameworks est un combo de Post-Hardcore influencé dès ses premiers morceaux par La Dispute ou Pianos Become the Teeth. Leur premier EP Every Day Is The Same sort en Octobre 2011 qui leur permet de signer chez 13th Floor Recordings.
Rapidement, le combo gagne en renommée et sort, sur le même label, Small Victories en février 2013. Le premier album, Loom, déboule quant à lui chez Topshelf Records l'année suivante.

Chronique

15.5 / 20
0 commentaire
logo amazon

Loom ( 2014 )

Topshelf Records possède un rooster d’artistes de plus en plus convaincants : Cut TeethPrawn, Suis La Lune, … et maintenant Frameworks. Avec Loom, leur premier opus, on bascule dans un Hardcore Mélodique teinté de Screamo et Post-Hardcore. Le recette vous parle ? En quelques mots, les ingrédients de La Dispute ou Pianos Become the teeth viennent à nouveau d’être annoncés sur le papier.
Au travers de Loom et son artwork plus orienté cold-wave des 80’s qu’Hardcore Mélo, le quintet s’acharne à marquer d’une empreinte nette le paysage musical actuel : des premiers jets que sont Old Pride ou Somewhere at the Bottom, Frameworks emprunte les racines ; Pour autant, les musiciens y ajoutent d’autres aspects, complexifiant légèrement la musique : quelques éléments plus étouffants (« Bright and New ») ou influencés par une vague emo / screamo (« Affordance »).
Ce sont ces facettes qui font passer Frameworks au-delà de la barrière des suiveurs sans âme : Loom y gagne en intérêt et ne se noie pas dans les traces bien marquées de PBTT ou La Dispute. On pourra d’ailleurs retrouver des similitudes évidentes avec Disembarked et son Nothing’s Wrong Here, qui puise sa source dans la même scène, même si la production s’y révèle moins étouffante.

Cet opus semble donc à première vue être ce bloc incontournable que l’on aurait souhaité suite au changement de style de Pianos Become the Teeth. Même s’il offre d’agréables moments (« Rosie », l’ultrasensible « Familiar Haze »), ce disque peut toutefois se voir reprocher le fait de ne pas se détacher assez de ce que l’on connaît au travers de combos plus anciens. « Autonomy » tente de donner de l’élan, bien loin d’un plagiat sans intérêt, même si les premières secondes de « Mutual Collision » avaient pu amener un léger doute.

Frameworks est au final un excellent nouveau-venu dans le microcosme (Post)Hardcore Mélo, qui malgré un emprunt de sonorités à Old Pride, se révèle une alternative aux disques qui ont défilé depuis quelques années. Si vous doutez encore, une écoute de « Rosie » devrait finir de vous convaincre.

A écouter : Rosie, pour vous convaincre