logo Fony

Biographie

Fony

Formé à la base pour quelques dates ponctuelles, Fony est devenu un véritable projet en 1998 composé de Philip Brashford (Guitare), Christopher Hamilton (Guitare), Steve Gush (Basse), Peter Hamilton (Batterie) et Olly Gibbons (Chant). Le groupe enregistre une démo qui les fait remarquer par Casket Music. Le label s’occupe de la sortie de Routine Irregular, premier album surprenant de richesse et d'inventivité. En 2003, Fony confirme avec Circles. Les anglais sortent Mercy After Fiction en 2006 quelques mois avant de splitter définitivement.

15.5 / 20
3 commentaires (16/20).
logo amazon

Circles ( 2003 )

Fony nous avaient déjà agréablement surpris avec Routine Irregular. Leurs compositions recherchées et la capacité du groupe à jouer avec l'émotion avaient réussi à hisser le groupe au delà de la marée neo metal insipide. Magré tout, Fony reste une formation confidentielle. Circles pourrait bien les récompenser de leur véritable ambition.

Une ambition matérialisée par l'atout majeur de Fony : son porte parole et sa facilité à naviguer dans de multiples registres vocaux. Sensible et fragile sur "Satire" et ses relents de Jeff Buckley, le chant sait aussi enfiler des habits éthérés et sombres jouxtant les râles de Maynard James Keenan (Tool) sur "Black Widows And A Film Noir". Olly Gibbens module à loisir et s'adapte à une orchestration hétérogène, violente, atmosphérique, mélodique et acoustique, douce amère. Le spectre est large mais reste concentré sur une couleur à fleur de peau et un sentiment de désespoir latent, et ce même dans les moments les plus vindicatifs ("Emeritus" et Fucking The Sentiment"). On pense inévitablement à Glassjaw. Fony possède l'art de lier à merveille des lignes lourdes à une voix souvent aérienne. L'alternance de morceaux comme "Circles", limite post-rock, et de passages intenses ("January Zen") font prendre conscience que des risques sont prits. Fony refuse le formatage et créé ses propres règles.

Fony récidive donc avec Circles. D'une densité musicale certaine, ce disque montre que depuis Routine Irregular, le jeune groupe à su conserver son axe atypique. Au prochain round, on sera en droit d'attendre un disque moins marquée d'influences tenaces.

A écouter : Emeritus - Helium - Black widows And A Film Noir - January Zen
15.5 / 20
0 commentaire
logo amazon

Routine Irregular ( 2002 )

" Routine Irregular ", nouvel album de Fony est un véritable chef-d'œuvre.
Je n'avais plus ressenti ça pour un nouveau groupe depuis Dredg ! Ces deux là semblent d'ailleurs suivre la même direction musicale, en mettant toute la violence contenue de leur composition au service de la beauté et de la sensibilité. Ici, point de brutalité superflue, juste ce qu'il faut, au moment ou il le faut, la mélodie occupe incontestablement les devants. Cet album semble être entièrement dédié à la mélodie sous toutes ses formes, que se soit dans l'instrumentalisation où dans le chant. Tout est fait pour donner une impression de beauté, de puissance et de cohérence. Rarement on aura vu des compositions aussi intenses et denses ; rarement on aura entendu une voix aussi travaillé et angélique, chargé d'émotions aussi diverses, une voix qui vous transportera… ailleurs.
" Sleep the dollar " introduit l'album de for belle manière, nappe de guitare, touche power/émo, voix magnifique. Mais ce n'est qu'un début et on s'aperçoit très vite que le groupe nous réserve des compositions encore plus surprenantes comme " Routine irregular " et ses entrelacements de guitares/batteries/chant d'une puissance émotionnelle hallucinante. Sur " Chore Again " on se rend un peu plus compte à quel point c'est la musique qui est au service du chant dans Fony et non pas l'inverse comme c'est souvent le cas. " RIUP " est un morceau plus Deftonien et " Impurity " ne ferai pas tache sur un album de Glassjaw. Encore du tout bon avec " Centrepaed " ou la bass s'invite dans une tempête sonore qui vous fera monté aux cieux, " Tri " morceau plus lourd mais toujours ultra mélodique, et cette chanson caché à la guitare acoustique et aux perçus africaine… Sublime ! Mais parlons un peu de " Fait accompli " qui vous mettra tout simplement cul par-dessus tête, indescriptible, cette chanson vous donnera des frissons !
" Routine Irregular " est a placé à coté d'albums comme " Lateralus " et " Leitmotiv ", une véritable révélation, comme quoi le rock n'est pas si mort qu'on le croit.

A écouter : Routine irregular - Centrepaed - Fait accompli