Albums du moment
Pochette Nighttime Stories
Pochette Sphere
Pochette Spotted Horse Pochette Full Upon Her Burning Lips

logo Fickle

Biographie

Fickle

Ez: Chant
G: Basse
Rom: Guitare
Steph: Batterie
Ben: Guitare

Fickle se forme de manière assez banale en Janvier 2001 près d'Aix en Provence. Laurent veut jouer du punk rock et passe une annonce à cet effet. G et Rom y répondent, puis après quelques "remaniements", dont Laurent qui quittera le groupe afin de reprendre ses études fin 2002, le line up parvient à se stabiliser pour finalement terminer à 4.
Leur premier album, Hopeless Utopians, est enregistré dans le sud par Christian Carvin (Freygolo, Eths, The More I See...), et voit ainsi le jour en Mai 2003. Quelques concerts suivent la sortie du disque. En Septembre 2004, Rom fait la rencontre de Ben à Paris, qui deviendra donc le nouveau second guitariste du groupe. Le tout aboutit à une formation définitive de 5 membres.
A nouvelle formation, nouvel album et nouveau label, puisque Fickle signe sur le label Murrayfield (Silmarils, Dolly) affilié à East West (sous division de Warner Music) et sort le 02 mai 2006 son second CD intitulé ID, toujours enregistré par Carvin.

Chroniques

ID Hopeless Utopians
12.5 / 20
0 commentaire
logo amazon

ID ( 2006 )

Après la débâcle Minimum Serious et l'essai timide de leurs compères de Side Issue, c'est au tour des sudistes de Fickle de s'adonner au pop punk chanté en français. Sur une bonne moitié de ID, le (désormais) quintet franchit le pas (en avant selon certains, en arrière pour d'autres) et s'ouvre à son tour à la critique acerbe tout en s'ouvrant des portes.

Ce qui est certain, c'est qu'au niveau de la composition et de l'exécution, Fickle a pris beaucoup d'assurance et a effacé les approximations encore présentes sur Hopeless Utopians. Ce qui est moins sûr, c'est que le groupe ait définitivement trouvé sa voie; car si sur cet album le fil directeur est définitivement pop punk, au final on y chante aussi bien en français qu'en anglais (parfois les deux dans un même titre), on trouve une ou deux plages plus punk rock ("Au nom du progrès", "Secret Garden"), des passages plus musclés à grosse voix inspirés d'Avenged Sevenfold ("Pseudo", piste cachée), ou bien encore "Demain", une balade façon nouveau rock français (oserais-je la comparaison à Kyo?), sans compter la dernière piste, acoustique bien entendu.

Vous l'aurez compris ce disque parfois un peu décousu ne plaira pas à tout le monde, et soyons honnêtes, il ravira à n'en pas douter bien plus les auditeurs de Ouï FM ou Le Mouv' que ceux de PunkRadioCast. Ce constat fait, il reste à poser qu'il y a un travail évident derrière cet ID, et en évitant de balancer toujours la même sauce, Fickle s'en sort avec les honneurs dans son genre.
Certes, les sempiternels refrains ultra-accrocheurs (voire fédérateurs) sont bien précédés des petits breaks calmes et doublement popisants ("The Change to Come", "Best Friendz", "Virginia"...) et Fickle ne s'écarte jamais trop des chemins déjà tracés, mais nombre de morceaux se révèlent être sacrément bien ficelés après quelques écoutes, et les moins récalcitrants se prendront peut être au jeu du chant de refrain à tue-tête tant le sens de la mélodie est développé chez les Aixois.
Autre point fort, les spécificités de la langue française chantée (rythme, accentuation) sont habilement prises en compte (chose qui pose généralement problème dans ce style tant influencé par les groupes américains), et les rimes constantes renforcent bien les mélodies. En revanche, ‘Ez’ ne parvient pas vraiment à se défaire de cette intonation à tendance maniérée, si typique des musiques pop et rock françaises, et qui peut être si agaçante. Les sujets abordés ne sont pas franchement novateurs mais ils ont le mérite de ne rabâcher la thématique plage-prout-filles sur aucun des 12 titres, ou presque.

ID est l'album typique autour duquel une prise de parti s’opère: les inconditionnels du easy listening seront immédiatement conquis et cautionneront sans trop se poser de questions, tandis que les durs à cuire s'en donneront à coeur joie dans la surenchère du lynchage en public après 20 secondes d'écoute. Bilan mitigé pour ma part, car au final même si Fickle fait preuve de talent (bien plus que ses compatriotes évoluant dans le même registre) et d'un sens de la mélodie indéniable (encore faut il accepter de se laisser prendre au jeu), l'écoute globale se trouve entachée par ce côté souvent trop poussif et ce chant en français certes travaillé, mais aussi souvent trop affecté. Le bon dosage se situerait-il pour le quintet au niveau des morceaux les moins pop, ceux se rapprochant le plus du punk rock? Cela ne fait aucun doute pour moi.

Ecouter des extraits de "Secret Garden" et "Au nom du progrès" + "Plus le Temps" sur la page Myspace.

A écouter : "Secret Garden" ; "The Change to Come" ; "Au nom du progrs"

Hopeless Utopians ( 2003 )

Pour un groupe débutant par cet album, faire appel à Christian Carvin et son studio All Productions était peut être risqué. Cependant, il semblerait qu'il ait su mettre sa touche dans les compos aisément.
La qualité de la production est donc à la hauteur, pas vraiment de fioriture ici. Le son est net, précis, sans bavure (peut être le sera t'il trop pour certains… il faut aimer le son sec de la batterie, déjà présent sur le (sur)prize fool de Freygolo).

Pour ce qui est du style, c'est du punk rock mélodique qui rappelle tantôt Cooter (désormais Autopilot Off) pour le chant, tantôt les chansons les plus 'softcore' de Millencolin ("New Hits Suck") ou encore parfois le Dude Ranch de Blink 182 et les premiers opus de mxpx ("You'd better realize").
Fickle jouit d'une certaine aisance pour la mélodie doucette et entraînante (parfois à la limite du pop punk), mais cet avantage comporte peut être aussi l'inconvénient de tomber dans la mélodie trop facile et peu novatrice.

Pour une première production c'est loin d'être amateur et parfois même positivement surprenant, notamment pour le travail au niveau de la batterie (on sent une volonté de ne pas faire trop simple) mais il n'empêche qu'un certain nombre de parties ont un goût de déjà entendu, de punk rock mélo particulièrement classique et Fickle a un peu de mal à imposer son propre style.
La guitare jonglant entre rythmique et envolées mélodiques est certes constamment entraînante, mais pas vraiment novatrice.

Pour autant, des morceaux comme "New Hits Suck", "Shadows Of Frankness" ou "You'd better realize" prouvent que les 4 jeunes hommes peuvent faire preuve d'une efficacité remarquable et d'une pointe de recherche/personnalisation (section cuivres (trompette + trombone), construction de "Shadows...") appréciable.

En résumé, la musique de Fickle est empreinte d'une bonne humeur et d'un entrain indéniables. Reste maintenant à affiner tout ça et montrer un visage un poil plus personnel.

A écouter : Shadows Of Frankness ; New Hits Suck ; You'd better realize
Fickle

Style : Pop Punk
Tags : -
Origine : France
Site Officiel : ficklefickle.com
Amateurs : 6 amateurs Facebook :