Albums du moment
Pochette Nighttime Stories
Pochette Sphere
Pochette Spotted Horse Pochette Full Upon Her Burning Lips
Chroniques
Pochette In The Raw
Pochette Metaportal
Pochette The Den Pochette Broken Play

Biographie

 

Protect: A Benefit For The National Association To Protect Children ( 2005 )

On savait le gros Mike engagé politiquement, par une 'guerre' qui l’a mené à réaliser des compilations qui visaient directement l’administration Bush (Rock Against Bush 1 et 2) soutenant implicitement le candidat démocrate malheureux, on le savait moins attaché à l’éducation et à la protection de l’enfance contre toutes formes d’abus, d’exploitation et/ou de négligence (mais à dire vraie, cela allait de soi). Evidemment tout le monde acquiesce quant au bien fondé de cette participation (tous les groupes, au premier chef, qui offrent leur talents pour une cause juste et noble), et outre l’idée, somme toute simple mais souvent remise en cause, que la musique peut vraiment changer le monde et la société dans laquelle on (sur)vit, il y a la bonne action que l’on fait en achetant cette compilation (www.protect.org). En effet, les profits tirés de cette compilation reviennent à l’association en question. C’est ce qu’on doit appeler la beauté du geste, et c’est ce que nous saluons. Un jour peut-être, les politiques s’occuperont de ses choses là sérieusement, de telle manière à ce qu’il n’y ait plus besoin de ce genre de projet (le combat sera alors vraiment gagné). Aussi, deux logos, en plus de celui de l’association Protect, apparaissent dans le livret, le bien connu www.punkvoter.com toujours en activité, et le plus que conseillable, www.scissorpress.com.

Quant à la musique, évidemment, c’est de la haute voltige, avec flopées d’inédites (MxPx, Coalesce, Against Me!, Joey Cape, Smoke Or Fire…), on retrouve évidemment les groupes Anti-Flag et NoFx de facto, mais aussi l’étonnant Communiqué avec le somptueux "Carrie Anne" et sa mélodie suave et son refrain accrocheur. Idem pour la chanson de Matt Skirba (le monsieur d'Alkaline Trio), "Demons Away", un pur moment d’apesanteur (mais sans Calogero). Point à noter, NoFx nous délivre une bien mièvre quasi-inédite, composition, "Leaving Jesusland", qui ne laisse pas présager le meilleur pour leur album à venir, courant 2006. On ne peut cacher notre plaisir de retrouver une chanson live inédite de Jawbreaker, la très 'sing-along' "Want" (que tout le monde connaît, sans toujours savoir que c’est eux !). Dans les petites découvertes sympas, le duo entre Rusty Pistachio (H20) et Paul Delaney (None More Black). Un bravo à l’artwork soigné mêlant un bleu ciel avec les noirs/gris et blancs autour d’un trophée (un cœur assigné d’un 'PROTECT') porté par deux enfants. Tant que la musique indépendante saura répondre à ce genre de projet, nous continuerons à croire en un avenir meilleur (Cindy verse une larme et regarde par la fenêtre).

A écouter : Carrie Anne
14.5 / 20
0 commentaire
logo amazon

Fat Music VI: Uncontrollable Fatulence ( 2002 )

Voici donc le sixième volet des compils Fat dont en général, chaque volume se vend à 200 000 exemplaires environ. Il faut dire qu'à environ 8 euros l'exemplaire en magasins, ces compils ont de quoi séduir.! Surtout quand il y a des morceaux inédits comme c'est le cas ici. Pas moins de 11 morceaux qui ne sont jamais parus sur les 18 qui sont présentés sur ce sixième volume.
Commençons par les morceaux inédits pris dans l'ordre d'apparition:

The Lawrence Arms: Le groupe a fait pas mal de progrès depuis ses débuts avec A guided tour of Chicago! C'était déjà visible sur Apathy And Exhaustion, leur dernier LP sorti sur Fat au début de l'année. Un morceau limpide, qui passe d'un trait (il faut dire qu'il ne dure qu'1min20!). The Lawrence Arms gagne en mélodie sans perdre leur côté quelque peu agressif appuyé par une voix un peu à l'arrach'.

Mad Caddies: ils avaient prévenus, ils reviendraient plus vers le style de Duck And Cover. C'est chose faite avec ce "Leavin'" qui n'est ni plus ni moins du Mad Caddies. Le ska/dixieland refait une apparition plus marquée dans les couplets et les ponts sans que les Caddies délaissent le punk rock de Rock The Plank. Je dirais que cette chanson est une synthèse de ce que les Californiens ont fait depuis le début, de Duck&Cover à Rock The Plank en passant par The Holiday Has Been Cancelled. Ce n'est quand même pas un retour complet aux sources cependant, mais c'est bien efficace. La suite au printemps avec le nouvel opus

Lagwagon: Je ne m'attarde pas trop sur cette chanson qui a déjà pas mal circulé sur le net puisque le groupe la distribuait en cd sampler sur le Vans Warped Tour... Les 5 compères sont revenus à quelque chose de plus rapide, plus dur que Double Plaidinum, laissant la lenteur et la mélancolie à Bad Astronaut (le side project du chanteur Joey Cape). Par contre, ce retour plus orienté vers les albums Hoss ou Trashed ne signifient pas que le groupe a totalement abandonné le côté émotionnel de Double Plaidinum puisque dans cette chanson on a droit à de petits passages calmes qui sont très vite emportés par le retour du rythme soutenu. La sensibilité de Double... est donc toujours présente d'une certaine manière, même si le rythme et la production sont redevenus plus durs. "Never Stops" a apparemment déjà conquis les fans du combo qui attendent l'arrivée de l'album en début d'année...

Strung Out: Je dois avouer que je regrette un peu l'époque de Twisted By Design ou Suburban..., quand ça allait à 200 à l'heure tout en étant hyper mélodique. Mais pourtant, force est de reconnaître que ce morceau est sacrément efficace. Même si ça va moins vite, les riffs sont toujours si spectaculaires... Mais ce qui est le plus fort se résume en un nom: Jason. Un chant gavé au talent. Les chœurs aidant, il arrive à trouver des parties de chant incroyablement précises et efficaces. La chanson n'est pas rapide, assez simple à premier abord mais terriblement efficace! Peut être aura-t-on droit à un ou deux inédits sur le cd live Live In A Dive No.4 en milieu d'année prochaine...

Rise Against: The Unraveling, leur premier album punk/hardcore sur Fat avait déjà jeté un beau pavé dans la mare. Rise Against remet le couvert. On sent bien l'influence de 88 Fingers Louie (certains membres de RA viennent du défunt combo). Ceux qui ont appréciés le LP devraient apprécier ce titre. Peut être moins hardcore et plus punk rock, "Generation lost" laisse une belle impression. Tout le savoir faire d'un morceau en crescendo, des parties variées qui assurent la mélodie... la nouvelle galette prévue pour le premier semestre 2003 va laisser une seconde empreinte chez Fat, et pas des moindres.

Swingin' Utters: Toujours autant pour les nostalgiques du punk rock old school et du street punk... Les amateurs de Rancid and co. devraient bien apprécier ce titre (les riffs, la voix...) Pas de grands bouleversements ni de grandes nouveautés, mais un des meilleurs groupes du genre.

Frenzal Rhomb: Il est loin le temps du punk rock sombre si particulier des premiers albums des Australiens. Depuis A Man's Not a Camel, les Frenzal c'est plus du pop punk qu'autre chose. On ne parle pas ici de teenage pop punk mais de punk rock édulcoré disons. Gentillet et simple, "Cocksucker" ne sent pas trop le préfabriqué et se trouve être sympathique ma foie. Un morceau sans prétention avec un très joli "mini pont" en milieu de morceau.

Anti-Flag: chanson quelque peu décevante, dépourbue de la magie de Underground Network. Un Couplet-refrain, couplet-refrain et hop vite expédié, emballé c'est pesé. La prod' n'est pas excellente non plus. Avec tous les side project des différents membres (Justin Sane a son projet solo éponyme, A-F Records à gérer, Chris #2 joue dans Whatever It Takes, sans compter l'engagement politique très marqué du groupe) et les sorties de nouveaux disques très fréquentes sur différents labels, il serait dommage qu'A-F délaisse la qualité de leur musique.

NOFX: Tout le monde les attendait au tournant! A l'écoute de ce "Mattersville" et de "The idiot son of an asshole" (respectivement George W. Bush et George Bush) que l'on a pu entendre en live sur la dernière tournée, il semblerait que la dernière orientation du groupe soit assez calme. Les riffs clairs, presque ska semblent dominer. Ce morceau est donc pas très compliqué et guilleret. Le xylophone joliment incorporé rajoute à la légèreté du titre, sans compter le "du du da la la.." doucereux du chant féminin en fin de morceau. Il faut reconnaître que la chanson est assez bien fichue et qu'elle semble avoir été écrite avec une facilité déconcertante mais c'est quand même un peu du réchauffé 3/4 Pump Up the Valuum et 1/4 The Decline. Heureusement que l'ambiance du couplet est un peu atypique avec le xylo. et tout car le refrain à coups de guitares plus saturées a déjà été entendu. Enfin bref, la plupart des fans semblent être satisfaits même si certains déplorent le manque d'énergie.

Wizo: Toujours aussi bizarres et timbré.! Un morceau de 55 secondes à peine qui est très... étrange! Une voix presque enfantine, des paroles qui le sont tout autant ("D'you know I hate you? D'you know I hate you? I do, I fuckin' do!"), une structure plus que simpliste, un refrain qui en fait de même, un son dépouillé très punk et un effet "quasi disco" bien marrant vers la fin du morceau. Faut il les prendre on sérieux? Et si c'est le cas, comment faire?

Me First And The Gimme Gimmes: Petit rappel: le groupe est composé de Spike (chant dans Me First et basse dans Swingin' Utters), Fat Mike (basse dans Me First et NOFX), Joey Cape (guitare dans Me First et chant dans Lagwagon et Bad Astronaut), de Jackson à la guitare et Dave à la batterie). Le groupe ne joue que des reprises de tubes des années 60, 70, 80 et éventuellement 90. "Nothing compares 2 U" a été originellement composée par Prince et jouée par la suite par Sinead O'Connor. Bon ben c'est du Me First. La voix sensuelle du crooner Spike, un riff qui relève presque du ska, une basse très groovy. Les reprises ne sont pratiquement jamais à la sauce punk rock chez Me First, mais pourtant, même les plus sceptiques peuvent être séduits, encore une victoire.

Après les inédits, passons maintenant aux morceaux déjà sortis mais que tout le monde ne connait peut être pas.

Propagandhi: sorti sur Today's empires, tomorrow's ashes. Un punk/hardcore toujours engagé, mélodique, créatif, efficace... Il n'y a qu'à écouter la fin de ce morceau pour se rendre compte à quel point c'est immense. Immensément intense.

Dillinger Four: Leur album Situationist Comedy était une belle surprise. Un punk rock "en transition", assez mélodique mais pas exactement new school. Ca change un peu de ce qu'on a l'habitude d'écouter tout en pouvant parfaitement plaire aux amateurs de Fat Wreck. Par contre, le son est assez brouillon (évident sur la batterie) et la voix étouffée par la prod'. A (re)découvrir.

No Use For A Name: Une intro à la basse somptueuse, de l'émotion, de l'énergie, tout le talent de No Use... Morceau tiré de Hard Rock Bottom.

Avail: Front Porch Stories duquel est tiré la chanson vient juste de sortir... L'album est moins sombre, moins noir, plus mélodique que One Wrench, leur précédent opus sur Fat Wreck. Avail c'est un style personnel, une voix bourrue et presque rocailleuse, une basse qui fait parfois plus la mélodie que les guitares, un punk parfois teinté de hardcore et empreint de la culture du sud des Etats Unis. Ils sont un peu les Tennessee Williams du punk. En tout cas, "Blue times two" est un morceau énergisant qui prouve bien ce que peut faire le combo.

Less Than Jake: Un titre qui date d'il y a pas mal de temps déjà maintenant puisqu'il été paru sur Borders and Boundaries. Ni plus ni moins du Less Than Jake avec son ska/punk festif, ses parties de cuivres enthousiasmantes et sa facilité pour pondre des morceaux du genre efficaces.

Sick Of It All: Du SOIA. Si vous aimez le hardcore que pratique le combo New Yorkais, vous adopterez ce live plein d'énergie et très carré issu du Live In A Dive No.3! Du NY hxc donc à tatouages, grosses guitares saturées, gueulantes...

Good Riddance: Issu du dernier LP Symptoms of a Levelling Spirit. Dans GR il y a les morceaux plutôt punk/hardcore et ceux plutôt punk rock. Là ça serait plus punk rock bien qu'on pourrait penser le contraire en entendant les premières secondes de la chanson. Il y a toujours ce sens incroyable de la mélodie chez le combo (il suffit d'écouter le refrain pour s'en convaincre). Une montée superbe et une belle fin de morceau.

Pour conclure, peut être que quelques inédits ont été un peu bâclés mais la qualité générale est tout de même là! Certains de ces morceaux qui ne sont pas encore parus seront indéniablement sur les nouveaux albums car l'année 2003 sera chargée pour Fat!
Pour terminer, un reproche: avec une compil' de 47 minutes il restait une petite demi heure pour placer des morceaux des groupes du label qui ne figurent pas sur ce 6ème volet (Consumed, Bracket, Snuff/Guns N' Wankers, Tilt, Dickies, Hi-Standard...), alors pourquoi ne pas l'avoir fait? Quitte à mettre des morceaux un peu anciens déjà parus comme celui de Less Than Jake... Les compils Fat sont aussi bien pour les "connaisseurs" que pour ceux qui découvrent le punk rock alors pourquoi ne pas avoir donné leur chance aux autres combos peut être moins connus?

A écouter :