Albums du moment
Pochette Full Upon Her Burning Lips
Pochette Back In Business Pochette Hvísl Stjarnanna
Chroniques
Pochette Rammstein
Pochette Syntheosis
Pochette Flub
Pochette Masses
Pochette Compromissions Pochette Loud As Laughter

Titre : The Flesh Prevails Année : 2014
Nombre de titres : 9

Tracklist
01. Starlit Path
02. Carved From Stone
03. The Night Reveals
04. The Flesh Prevails
05. Levitation
06. Alone With You
07. Allure
08. Sapphire
09. Chemical Cave
Acheter : logo amazon
Label : Unique Leader Records
Collection : 7 membres possèdent cet album.
Moyenne lecteurs : 16.67/20 (9 avis dont 3 avec commentaire)


Les membres qui ont aimé The Flesh Prevails aiment aussi :

Laisser votre avis

Commentaires

Nicolopoulos 18.5 / 20 Le 28/03/2015 à 22H52

Mais qu'est-ce que c'est bon !! Je ne suis pas un grand spécialiste du Death...mais là, la Suède a du souci à se faire !! C'est grandiose.

slaughtear 18.5 / 20 Le 11/08/2014 à 22H13

C'était un des albums que j'attendais le plus de 2014, et je n'ai pas été déçu!! En effet cet album est dans la continuité de Nomadic, et reprend également les passages death tech' destructeurs de The Harvest Wombs (comme le montre l'énorme Carved From Stone).
Dès l'intro de Starlit Path, on sait à quoi s'attendre: ça va être grandiose, atmosphérique, technique, bourrin... bref ça va être du Fallujah! Cet album est encore une succession de tubes entrecoupés de magnifiques instrumentales, voire souvent semi-instrumentales, avec des vocaux qui s'évanouissement dans l'espace (The Flesh Prevails, Chemical Cave...). Le groupe ose même quelques expérimentations bien venues, comme l'intro de Levitation, qui porte bien son nom, un des meilleurs morceaux de l'album.
Pour nous permettre de reprendre notre souffle dans cet abysse qu'est cet album, le groupe nous offre Alone With You, pièce aérienne qui nous emmène au 7ème ciel, avant de nous expulser dans l'univers de Allure, un des meilleurs instrumentaux composés par le groupe. Et que dire au niveau de la technique des musiciens.... chaque instrument est maîtrisé à la perfection, tout comme la voix d'Alex Hofmann, qui trouve sa juste place dans cet océan de brutalité atmosphérique.
Je leur reprocherais de jouer le même type de riff, car j'ai l'impression qu'au niveau du jeu des guitares, c'est un peu moins varié que The Harvest Wombs. Mais je leur pardonne volontiers, tant cet album est magnifique.
Bref, un des albums de l'année. Et encore je n'ai pas parlé de l'artwork.
Bordel, cet artwork...... *bave*

Ca Déchire 19.5 / 20 Le 28/07/2014 à 16H08

Suite logique de l'EP Nomadic, The Flesh Prevails est un véritable concept album de death atmosphérique avec lequel Fallujah a su allier à la perfection brutalité, technicité, élégance et émotion.

Ce qui m'a frappé, et qui au passage marque un réel progrès par rapport à The Harvest Wombs, c'est la diversité de cet album. On trouve des titres absolument épiques et majestueux (Starlit Path, Sapphire, The Night Reveals) ou quelques nappes de synthétiseur sont utilisées à merveille, des morceaux plus directs et brutaux (Carved From Stone), des intrumentales (The Flesh Prevails, Allure, Chemical Cave) et des morceaux plus expérimentaux (le superbe Levitation, l'ambient/electronica Alone With You) dans lesquels on trouve même du chant féminin.

Mais cette montée en puissance du côté progressif et des émotions ne veut pas dire que les compos ont perdu en efficacité et technicité, bien au contraire. Tout au long de l'album la technique des musiciens est sans faille, les guitaristes combinent les accords et tremolo ultra-épiques (Starlit Path 1:37 et toute une tripotées de plans dans Sapphire et j'en passe ...), envoient du riff d’anthologie qui reste de suite dans la tête (le milieu de Starlit Path, le riff principal de Carved From Stone, la fin de Chemical Cave ...) ainsi que d'innombrables et superbes solos. Et le tout n'est même pas indigeste et tombe très peu dans la démonstration technique.

La voix d'Alex Hofmann est plus déchainée que jamais, avec beaucoup d'émotions, et la basse est plus mise en valeur que par le passé (et rappelle Steve Harris par moment). J'oubliais le talentueux batteur, dont les accélérations et les patterns variés renforcent la cohérence de la structure des morceaux.

On pourra toujours trouver des défauts, pour ma part j'ai trouvé, à la première écoute, quelques passages un peu longs (notamment lors des intrumentales), tandis que certains pourront trouver que la production monstrueuse met peut être un peu trop en avant la batterie et les synthés ...

Enfin, pour moi la claque death de l'année, la grosse tuerie. Un grand album.