Albums du moment
Pochette Street Heat
Pochette Necroceros Pochette Vivre Encore
Chroniques
Pochette animus
Pochette W Śnialni
Pochette I
Pochette Silent Running
Pochette Stillness
Pochette La Joie Pochette Hategod Triumph

logo Fallaster

Biographie

Fallaster

Fallaster naît en 2006 et propose un emo post-hardcore teinté de metalcore. Un premier album, Everything Is Alright, apparaît la même année et le groupe gérera lui-même la sortie, qui recevra un bel accueil du public (1500 exemplaires vendus) et des médias, certains titres figureront même dans la bande son et le générique de la série tv "Déjà Vu", diffusée sur France 2. Le groupe enchaînera ensuite les concerts, ouvrant notamment pour de grands noms de la scène rock internationale tels que Silverstein, Bullet For My Valentine, Superbus ou encore The Ataris.
En 2008, Fallaster retourne en studio pour enregistrer l'EP Mystar, proposant cette fois des titres plus sombres que dans leur premier opus. Les concerts s'enchaînent à nouveau, et mi 2010, le groupe entreprend la composition d'un nouvel album. Courant 2011, deux nouveaux guitaristes (Xavier et Antoine) intègrent le projet suite au départ de Nicolas. A l'été 2012, le quintet part en studio à Montréal afin de travailler avec le producteur Luc Tellier, enregistrer Disclosing, qui verra le jour le 18 Février 2013.

Anthony - Chant
Aurélien - Basse/Chant
Olivier - Batterie
Xavier - Guitare
Antoine - Guitare

Chronique

Disclosing ( 2013 )

Alors que la scène emo/metalcore semble aujourd’hui surchargée de clones insipides, certaines formations n’en démordent pas et tentent de redonner un semblant de fierté à cet amas de platitude musicale consternante. Fallaster fait certainement partie de ces groupes. On peut se permettre un tel constat - un album et un Ep formatés dans le même moule que les copains plus tard - après le dernier long plutôt encourageant des français, Disclosing.

On commence doucement par des nappes atmosphériques électrisées (As Long As Senses Last), qui embrayeront bien vite sur des plans metalcore typiques, toujours parfaitement calibrés. Tout est d’ailleurs ajusté au millimètre chez Fallaster, rien ne dépasse. Les voix – qu’elles soient claires ou hurlées – sont toujours justes et équilibrées, alors que l’instrumentation est forgée par la même discipline. Les guitares sembleront relativement classiques dans leur jeu, tandis que la batterie fait preuve d’imagination dans ses variations rythmiques, donnant lieu à de véritables progressions post-hardcore épiques (What We Are Here For). Le quintet explore même subrepticement quelques terrains proches du mathcore de The Chariot ou The Bled (Hear Me!).

Seulement voilà, ce Disclosing est bourré de bonnes volontés, plein d’envie d’en découdre avec les gros machins de la scène concernée, tellement qu’il en oublie d’avoir une véritable personnalité. Ce disque est surproduit, ne laisse pas grand chose (si ce n’est rien) déborder, le rendu sonore global en devient désespérément plat, déjà entendu des milliers de fois dans toutes les galaxies. C’en est d’autant plus rageant qu’on ressent un réel talent palpable, malheureusement noyé sous un mur d’effets inapproprié, à l’image de beaucoup de leurs contemporains qui préfèrent suivre un modèle (business plan ?) plutôt que de proposer une vision personnelle de leur musique. Espérons une émancipation complète pour la prochaine livraison.

A écouter : In The Long Run, What We Are Here For, Hear Me!.
Fallaster

Style : Emo / Post-Hardcore / Metalcore
Tags : - -
Origine : France
Site Officiel : fallaster.com
Amateurs : 1 amateur Facebook :