Albums du moment
Pochette Monumenty selhání
Pochette A Different Shade of Blue
Pochette A Dawn To Fear Pochette Nighttime Stories

logo Exivious

Biographie

Exivious

Exivious émerge en 2005 et réunit alors des membres de Cynic, Dodecahedron, Pestilence et Textures. Les Hollandais pratiquent l'alliance concrète du jazz et du metal, et finissent par sortir en 2009 un premier album en autoproduction, acclamé par la critique mais assez peu distribué. En 2010 les obligations de Tymon et Robin liées à Cynic les forcent à faire une pause. Un an plus tard les deux quittent leur groupe et se retrouvent totalement libres de composer pour Exivious. Dans le même temps Stef Broks (Textures) doit à son tour se consacrer à son groupe principal, il sera remplacé par Yuma Van Eekelen (Pestilence). S'ensuit un passage au Brutal Assault, leur premier gros festival à l'air libre, et une tournée européenne avec Obscura, Gorod et Spawn of Possession, le groupe affichant des prestations résolument immersives.

Exivious sort Liminal en 2013 chez Season of Mist, deuxième album qui a bénéficié des joies du crowdfunding pour exister, récoltant plus du double de l'objectif initial de 8 000 euros.

Chronique

17 / 20
2 commentaires (16.75/20).
logo amazon

Liminal ( 2013 )

Obscur projet réunissant des éléments échappés de Cynic, Dodecahedron et Pestilence, Exivious trempe étrangement dans le jazz-metal progressif, et n’a étonnamment pas fait grand bruit lorsqu’il est sorti du bois vers 2009, en autoproduction certes. Il fallait bien en parler un jour ici-bas, de cet équilibre atteint avec Liminal pondu il y a trois ans, de cette petite merveille de fusion, en hybridation constante, un tour de force technique qui n’omet pas de transmettre son lot d’émotions, par ses plans mesurés soigneusement démolis en décharges de breaks et contretemps, qui ne se ressemblent jamais (JAMAIS t'entends ?).

Là où l’éponyme tendait plutôt vers l’abstraction et le concassage de nuques, affichant des qualités propres à chacun des protagonistes inscrits dans le processus créatif, Liminal dévoile de plus aériens desseins, bien aidé par une production sensiblement clarifiée. L’entrain presque guilleret apporté par la basse rondelette et les notes de guitares cristallines passe régulièrement le relais à une déviance typiquement jazz, pertinemment couplée à la lourdeur métallique. Le changement de batteur entre les deux albums (Stef de Textures par l’ex-Pestilence Yuma) a sans doute participé à l’évolution des compositions, l’instrument concerné étant légèrement moins imposant, laissant suffisamment de champ aux autres pour s’exprimer dans le détail, et développer une ambiance globale lumineuse, enchanteresse, irréelle.

Ce n’est pas l’intervention magistrale du saxophoniste Jonas Knutsson sur Deeply Woven, l’un des nombreux sommets de l’objet, qui dérogera de l’extrême qualité de Liminal. Qu’il s’agisse de la volée cosmique One’s Glow partiellement déguisée en rock progressif, du fantastique Alphaform, écrasant et frissonnant de génie, du faussement casse-gueule Triguna dont le final intempestif évoquera Fantômas au loin, ou encore des vibrations aux frontières d’un post-rock contemplant l’océan sur Movement, il n’y a pas l’ombre d’une faute de goût.

Moins tortueuse qu’auparavant, la musique des Hollandais a gagné en clarté, en équilibre aussi, tout en installant une atmosphère enivrante, sans perte d’intensité ni de technique, en y injectant la dose d’avant-gardisme adéquate. Jazz et metal sont les deux têtes d’un même corps matérialisé en ce deuxième album, qu’on aurait aimé voir double lui aussi.

Liminal écoutable et disponible via Bandcamp.

A écouter : dans toutes les écoles (mais pas que).
Exivious

Style : Jazz / Metal / Progressif
Tags : - - -
Origine : Pays-Bas
Site Officiel : exivious.net/index.php?sub=band
Facebook :
Amateurs : 2 amateurs Facebook :