Biographie

Et Tu Brute

Il n'y a que peu de choses à dire sur l'histoire de Et Tu Brute pour la simple raison que le groupe n'aura fait que passer dans la nébuleuse Emo/Screamo et que la trace qu'il y a laissé est avant tout musicale. Cette association de jeunes gens venus du Massachusetts connait une vie aussi brève qu'intense et ne produira donc qu'une seule et unique démo non pressée avant de disparaitre totalement. On retrouvera Ian en solo avec un projet ambient, Ian Otenti, lui aussi des plus éphémères.

Chronique

17 / 20
2 commentaires (16.5/20).

Demo ( 2004 )

Une démo, une simple démo. Le point de départ souvent oublié, les balbutiements de n’importe quel groupe, quelque soit son envergure ou sa prétention. Et Tu Brute ne dépassera jamais ce stade, concentrant l’œuvre d’une vie en quatre brûlots hors du temps, jamais publiés sur support physique.

Un premier titre qui pose l'ambiance: lourde agressive et sombre. "Zombies avant-garde", emo-crié au-delà de la mort. Ce sentiment de sentir le vocaliste se consumer de l’intérieur… comment ne pas songer à "Journeyman" (Portraits Of Past)? Le propos prend pourtant une autre forme. Une batterie sèche et précise frappe là où ça fait mal comme pour nous éveiller et nous ouvrir les yeux sur une vérité sale que des guitares cristallines ne sauraient dissimuler. Puis "Favete Linguis". Douce caresse mélancolique réconfortante... montée en puissance… non c'est un faux départ. L'explosion viendra plus tard, on a le temps. Seulement quatre titres mais c'est  plus que nécessaire pour vous mettre à mal semble nous murmurer le groupe au creux de l'oreille...
Et là d'un coup, tout s'assombrit. Hargne, noirceur. Même les accalmies au cœur de la tourmente n'ont plus aucun autre gout que celui de la rancœur. "All things equal", trompeur en ses premiers instants, vous tend le mode d'emploi pour le nœud coulant. La corde qui se resserre, les gorges nouées, les larmes et la rage…
Les plus courageux ou les plus curieux résisteront. La récompense empoisonnée viendra alors avec "One last look", titre prémonitoire. La lumière semble de nouveau percer à travers un ciel intégralement sombre. Espoir. Mais c'est de courte durée : noyée sous le tumulte des cordes et de la voix qui nous décochent conjointement quelques flèches screamo de premier ordre, elle disparait. Tout semble perdu. Mais elle reviendra, vaillante… vacillante, lointaine. Espoir encore. Espoir, toujours. Espoir... seulement.

Car c'est déjà fini. Et Tu Brute est allé arracher ce final de haute lutte à la force de son dernier souffle. Le groupe a accompli ce pour quoi il semble rétrospectivement être né et ne reviendra jamais. C’est le prix à payer pour avoir brillé plus tôt et plus fort que quiconque. Et Tu Brute ou la définition même de l’éphémère. Un happening mortel ; vivre et disparaitre en scène, en un instant, pour provoquer une réaction. D’ailleurs, nombreuses sont les formations à s’être probablement bâties sur les cendres laissées par ce courant d’air brulant, dissimulant les traces de son passage. C’est à se demander si Et Tu Brute a jamais vraiment existé, en fait. Et pourtant cette Demo orpheline hors du commun est bel et bien là, c’est à n’y rien comprendre.

A écouter : parce qu'il le faut pour le croire...
Et Tu Brute

Style : Screamo / Post
Tags : -
Origine : USA
Myspace :
Amateurs : 7 amateurs Facebook :