Albums du moment
Pochette A Spectre Is Haunting The World
Pochette Only Human Crust Pochette Glow
Découverte
Pochette Moozoonsii

logo Eremit

Biographie

Eremit

Eremit se forme en 2018 à Osnabrück en Allemagne par Moritz Fabian (Guitare / Chant), Pascal Sommer (Guitare) et Marco Baecker (Batterie). Le trio joue du Sludge / Doom et sort son premier effort, Carrier Of Weight chez Transcending Obscurity Records en 2018. Un ep sort en 2020 nommé Desert Of Ghouls, sur le même label.

Chronique

16.5 / 20
0 commentaire
logo amazon

Carrier Of Weight ( 2018 )

Il n’y a pas grand-chose à savoir d’Eremit. Deux guitares, une batterie et hop c’est pesé et emballé pour jouer du Sludge / Doom. Le groupe n’est connu pour absolument rien auparavant, mais sort tout de même un premier album directement chez Transcending Obscurity Records en 2018. Et à l’écoute de ce Carrier Of Weight, on peut clairement se dire que le label indien a eu le nez fin en signant le trio allemand.

Ce qui est bien avec Transcending Obscurity Records c’est qu’on peut leur faire confiance pour dénicher de bons groupes du fin fond de l’underground Metal extrême. Citons par exemple Temple Koludra, Gaerea ou Oak par exemple. Et puis ce qui attire l’œil chez Eremit avant d’avoir pu en écouter la moindre note, c’est ce logo transpercé par une épée mais aussi le somptueux visuel réalisé par Mariusz Lewandowski, de plus en plus connu pour ses artworks grandioses pour des groupes comme Bell Witch, Fuming Mouth, False ou encore Mizmor. Et c’est parti pour trois titres de Sludge / Doom étalés sur presque 70 minutes. D’un coup, on prendrait presque peur face à un tel monolithe, sauf qu’Eremit possède de sérieux arguments pour nous captiver pendant toute la durée de l’album, ce qui est franchement un tour de force dans la scène Stoner / Doom où l’ennui peut vite poindre le bout de son nez. Ce n’est pas qu’Eremit sonne particulièrement original, plus lent, plus lourd ou plus méchant que d’autres formations, mais tout de même, ce son épais et chaud (avec seulement deux guitares on le rappelle, car il n’y a pas de basse) occupe l’espace d’une fort belle manière. Il n’y aucune envie de sonner psychédélique non plus, ni de jouer à faire des aqua avec les petits copains Stoner / Doom. Non, Eremit est simplement Doom à mort et en terme de rapprochement on est plus à aller chercher du côté de chez Conan avec des riffs ou chez Thou ou Bongripper.

Le talent d’Eremit est dans son écriture. Le trio sait écrire de bons morceaux Doom, de ceux qui nous entrainent par un riff, un passage lourd, une mélodie, une ambiance. C’est sans doute ce qui est le plus difficile de réaliser dans le genre, car ce n’est pas le tout d’avoir des gros amplis, car si c’est pour ne rien dire derrière, ça ne vaut pas le coup. Mais Eremit dit beaucoup de choses en trois morceaux. Le premier titre par exemple, Dry Land, est construit avec une mélodie orientale vraiment chouette qui revient à deux reprises et deux passages écrasants soutenus par une voix d’outre-tombe. Ca semble bête comme choux sur le papier, mais le titre arriver à se dérouler avec certaines nuances pendant plus de vingt minutes sans jamais s’éparpiller et ennuyer. Le trio possède aussi un sens du groove et de la fuzz certain. Le deuxième morceau, Froth Is Beckoning, en témoigne avec un riff sacrément costaud qui aurait pu figurer sur un disque de Conan. Du mid-tempo pour se briser les cervicales, une voix qui lorgne du côté du Black Metal (c’est aussi pour cela qu’on évoquait Thou plus tôt), un ralentissement de mastodonte et une reprise du thème du début pour nous achever. La dernière pièce, quant à elle, s’étale sur plus de trente minutes, mais Cocoon Of Soul est nourrie de belles mélodies de guitares et d’une montée tout en subtilité. Son accélération en son milieu est inattendue et franchement excellente, tout comme le lead de guitare qui suit et qui rappelle des ambiances aérienne à la Ufomammut. Et c’est sans compter sur ce final Black Metal cataclysmique qui semble sorti d’on ne sait où et qui ne rigole vraiment pas. Peut-être une piste à explorer pour une future sortie ?

C’est simple, Carrier Of Weight est une excellente sortie Sludge / Doom. Oui, l’album est varié, travaillé, ça sonne comme il faut et ça fera secouer la tête sans problème, mais beaucoup d’autres groupes du genre arrive à conjuguer cela sans trop d’effort. La force supplémentaire d’Eremit sait de savoir composer et écrire des morceaux (sens du riffing, de la mélodie, des atmosphères), ce qui donne une œuvre prenante sur laquelle on a envie de revenir régulièrement et ça, ce n’est pas donné à tout le monde.

Eremit

Style : Sludge / Doom Metal
Tags : -
Origine : Allemagne
Facebook :
Bandcamp :
Amateurs : 2 amateurs Facebook :