Albums du moment
Pochette Erase
Pochette Couvre-sang
Chroniques
Pochette The Phoenix
Pochette Nuklearth
Pochette Eden In Reverse
Pochette No Fomo
Pochette Commotions Pochette Le Silence
Découverte
Pochette Moozoonsii

Biographie

Equus

Equus est un quartet Post-Rock suisse qui comprend des membres de Impure Wilhelmina, Shora, Iskander et Seaplane Harbor entre autres. Le groupe sort un premier album, en 2008, intitulé Eutheria qui laisse résonner un Post-Rock tendu, profond et sinueux à la manière des artistes du label Constellation, sur un peu plus d'une heure pour trois morceaux seulement. Une suite lui est donnée en 2011 avec Wie Er In Die Welt Kam, la bande son d'un film muet datant de 1920 : Le Golem.

Chronique

Eutheria ( 2008 )

Il n'y a pas qu'en termes de chocolat que les Suisses régalent l'Europe depuis quelques temps. Loin d'être neutres, des formations comme Cortez, Impure Wilhelmina, Shora ou Knut ont investi avec fermeté les territoires "post" de la scène internationale. De la même manière qu'on parlera d'une certaine école suédoise ou anglaise, le post-rock venu de Suisse s'est lui aussi souvent affirmé comme un vivier gage de qualité. Rien d'étonnant, alors, à voir en Equus un nouveau témoignage de talent, made in Genève.

Si ses formations-mères expliquent certainement beaucoup de choses (Equus regroupe des membres de Shora et Impure Wilhelmina entre autres)- une façon d'amener ses climax qui sonne très Malval (Hyracotherm) par exemple, il reste que Eutheria propose autre chose qu'un simple voyage post-rock. 3 morceaux, seulement, pour plus d'une heure de musique: voilà qui ressemble plus à une odyssée.

"C'est le groupe aux mille tours, celui qui erra tant et passa par tant d'angoisses".

 Equus prend le temps de poser la scène de son épopée. Hyracotherm, fait de fausses montées, de mélodies errantes et de notes en peine se développe, se transforme, se durcit puis s'apaise, se réinvente avant d'exploser, une demi-heure durant. On réitèrera l'influence de Shora à mi-parcours. Il y règne une tension palpable, de celles aux détours insoupçonnés, qui tiennent en haleine. Il faut être attentif, là où chaque note tombée est soupesée, où chaque nappe s'étend avec consistance en arrière-plan.

Une odyssée à l'imaginaire foisonnant et l'imagination débordante, qui laisse libre cours à sa musique pour représenter ses aventures le plus fidèlement possible. Equus est sans loi, donc imprévisible, s'attardant sur des détails- une même mélodie reproduite sur ce qui ressemble à un infini, en témoignent l'affranchissement des formats ou la construction totalement aléatoire des morceaux. Si Hyracotherm s'achève sur une rêverie ambient, Orrorin reprend le cours d'un fleuve tranquille avec sa basse ronde et ses arpèges soyeux avant de glisser, en fond, un solo digne de King Crimson et de faire appel à Grails sur Epona. Sans se départir d'une ligne directrice, Eutheria trace son chemin à force d'ambiances variées et de rencontres inattendues (les 3 dernières minutes de Epona), ce qui lui évite de tomber dans l'écueil, disons, d'un The Evpatoria Report (pour rester sur le même label) trop policé, et de maintenir, pour peu qu'on le veuille, un intérêt certain avant d'arriver à bon port.

Eutheria a fait assez peu de bruit lors de sa sortie (2008) et ce n'est pas dit qu'Equus soit plus qu'un one shot. Ce n'est pas dit, non plus, qu'il doit rester dans les limbes. En considérant plus ce disque comme une bande sonore aux interprétations visuelles multiples que comme un simple album de post-rock, la saveur dégagée est enivrante et généreuse. A savourer les yeux fermés, l'esprit ouvert.

A écouter : A savourer
Equus

Style : Post Rock
Tags :
Origine : Suisse
Bandcamp :
Amateurs : 10 amateurs Facebook :