Albums du moment
Pochette Spotted Horse
Pochette Full Upon Her Burning Lips
Pochette Our Voices Will Soar Forever Pochette Back In Business
Chroniques
Pochette Algleymi
Pochette Carrion Spring
Pochette Downward Motion
Pochette Old Star
Pochette The Chosen One Pochette A Throne of Ash,

Biographie

Encre

Yann Encre est un artiste atypique que je me garderai bien de classer dans un style musical défini. Quoi que Post Rock serait le moins pire.
Pour le moins déroutant, Encre mélange textes évocateurs sussurés avec une musique chargée d’instruments à cordes préenregistrés sur des samples puis distillés avec parcimonie dans des harmonies pour le moins magiques. En effet, Encre est un magicien : il fait disparaître les frontières entre programmation et jeu réel. On jurerait avoir à faire aux musiciens en direct. Sur scène, ses titres prennent la force du rock abrasif grâce aux jeux de Bertrand Groussard (King Q4) à la batterie, Raphaël Seguin (Erich Zahn) à la guitare, Damien Poncet (My Jazzy Child) à la basse et aux samples ainsi que la violoncelliste Sonia Cordier.
Encre en est à sa 3ème production chez Claping Music. Après son album éponyme en 2001, Marbres en 2003, c’est au tour de Flux de sortir en 2004. Revenons un instant sur ce petit bijou…

Chronique

15 / 20
6 commentaires (17/20).
logo amazon

Flux ( 2004 )

La force de la musique de Encre réside sans doute dans la richesse des atistes qui l’entourent et des instruments qu’ils utilisent : la contrebasse de Relpot, le violoncelle de Sonia Cordier, la voix et le piano de Noak Katoï, la caisse claire de Shane Aspegren et même la basse et la batterie de Lab°. Les compositions de Encre sur Flux rappellent indéniablement celles de Téléfax : d’abord par les textes sussurés de Yann, et puis par la précision électronique de ses arrangements. Mais le génie réside là : à la différence de Téléfax, rien ne relève de l’électro dans la musique de Encre si ce n’est les samples qu’il utilise, mais dont la trace demeure imperceptible.
Si Encre aurait pu être signé sur le label Constellation de par son approche musicale, ses compositions se dénotent des GY!BE ou autres A Silver Mount Zion dans la structure même de ses titres : on est invité à y participer de suite, sans avoir à passer par de longues intros de mise en situation. De plus, le ton adopté est loin d’être triste ou nostalgique : mis à part Sèves et Plexus, on nous sert un jovial Flux, un grave mais tonique Marbres avec sa prolongation dans Hassan, un langoureux Us, un dubesque Missive Bis.
Pour ce qui est des textes, ils ne nous laissent pas en reste. A l’image de la pochette dont l’avant évoque une forme à connotation sexuelle (exactement, je ne saurai dire quoi, si vous pouvez m’éclairez…) et l’arrière des draps froissés, les paroles chuchotées décrivent précisément l’acte sexuel sur Galant(es ?) et provoquent Louise et ses amants sur Missive Bis. Le chant parlé de Yann Encre dénué de toute émotion renforce la gravité des atmosphères et la violence qui s’en dégage : « A l’heure où je te parle, j’ai le sang arraché… ».
Bref, vous vous laisserez transporter dans le Flux de belles harmonies qui iront jusqu’à vous donner une chair de poule transcendante sans pour autant tomber dans une dépression nerveuse. Vous en ressortirez aussi serein qu’après un bain chaud. Naviguez dans le Flux instrumental et hybride de la musique de Encre. Que l’on se le dise, Flux est audacieux mais absolument délicieux.

A écouter : Flux, Us, Galant(es?)
Encre

Style : Post Rock
Tags :
Origine : France
Site Officiel : encreweb.com
Amateurs : 13 amateurs Facebook :