Albums du moment
Pochette Nighttime Stories
Pochette Sphere Pochette Spotted Horse
Chroniques
Pochette Of Jupiter And Moons
Pochette In The Raw
Pochette Metaportal
Pochette The Bleeding Mask Of Dread Pochette The Den

Biographie

Efterklang

Ecoutez danois. Venus de Copenhague, 5 joyeux lurons créent Efterklang en 2001 et participent depuis lors au concert nordique des voix post-rock / electronica (pensez Mum, pensez Sigur Ros) qui se répand depuis quelques années sur l'Europe continentale.

Les premières notes d'Efterklang se font entendre sur Springer en 2003 (réédité en 2005) sur le propre label du groupe, Rumraket (qui héberge, entre autres, Grizzly Bear et Amiina). Tournant autour d'un post-rock electro intimiste, voire à la frontière du minimalisme, le groupe sort son premier LP, Tripper, l'année d'après, toujours sur son label. Efterklang se montre sur scène, soigne alors ses tournées avec éclat visuel et se voit, sur la route, rejoint par 3 ou 4 astres pétillants (violons, trombones, pianos) pour former un groupe à géométrie variable (dont fait également partie l'étonnant Peter Broderick).

En 2007, les danois sortent coup sur coup un EP (Under Giants Tree) et un LP (Parades) qui commencent à les faire connaître au grand public. A cette occasion, le cocon s'ouvre et l'intimité des débuts se mue petit à petit en fanfare parfaitement orchestrée, en témoigne la participation de plus de 30 musiciens sur Parades, dont l'énergie toute enfantine trouve son écho sur scène au travers des tempéraments toujours plus exhubérants de chacun des membres du groupe.

Chronique

15.5 / 20
0 commentaire

Performing Parades (+DVD) ( 2009 )

En 2007 sortait Parades, un bijou d'electronica post-rock, soyeux d'arrangements en tous genres, lumineux comme un paysage d'hiver baigné dans le soleil pâle du matin. Peu de temps après, Efterklang est approché pour travailler en collaboration avec l'orchestre national danois. Le défi est de faire vivre un album (réarrangé et recomposé spécialement par Karsten Fundal pour l'occasion), sur scène, par une cinquantaine de personnes. Le résultat, après 10 mois de préparation, se fait écouter pour la première fois lors d'une représentation le 26 septembre 2008 à la Koncerthuset de Copenhague. Depuis, le groupe a tourné dans quelques salles d'Europe sous cette configuration exceptionnelle, mais c'est cette première date qui est ici restituée, en audio et en vidéo, le concert ayant également été filmé.

30 personnes avaient déjà participé à l'élaboration de Parades, il y a deux ans et demi. Et, au final, resplendissait déjà du soin accordé aux arrangements (cordes, cuivres) et aux choeurs (trois groupes différents). A l'image de son artwork fouillé, l'album était un tableau à plusieurs niveaux où les protagonistes se mettaient en mouvement, unis par une alchimie unique, les sens en éveil, autour d'une solennité bariolée et d'un dramatisme peint aux couleurs pastels. Les morceaux fragiles et confidentiels (Frida Found A Friend, Maison de réflexion, qui rappelleront aisément l'electronica de múm) alternaient avec les moments de bravoure aux accents de fanfares (le final de Polygyne, Mirador, Cutting Ice to Snow). Chacun, à sa place, contribuait à faire grandir ce disque d'une exubérance humble.

Le concert proposé ici ne se veut pas juste une redite ou une performance live de ces images. Certains morceaux bénéficient de nouveaux arrangements, d'une nouvelle dynamique qui font de cette parade une nouvelle peinture aux résonnances profondes, confinant parfois jusqu'au Sacré. Somptueux dans sa retenue, touchant dans le mélange de ses textures, l'orchestre apporte un côté organique (trompettes, trombone, soufflez! Cordes, vibrez jusqu'au frisson!) qui met en exergue les tons émotifs par lesquels passe l'auditeur. Il y a ces clarinettes virevoltantes, ses violons légers, ces choeurs enjoués qui fredonnent à l'unisson (somptueuse interprétation de Frida Found A friend). Il y a ce glockenspiel nostalgique, ce mélange vibrant de percussions, de fanfare et de repli sur soi. Et au milieu de ce cortège en pleine célébration, submergé, un public plongé dans une rêverie éveillée (Him Poe Poe). Que faisaient nos jouets lorsqu'on leur tournait le dos trop longtemps? A l'image de Casse-Noisette, ils prennent vie dans un tourbillon de notes. La passion qui anime le groupe sur scène et sa générosité suffisent à témoigner de sa sincérité et de son plaisir d'évoluer comme un tout, pour nous.

Véritable pièce musicale, Performing Parades est un joli témoignage de la relecture d'une oeuvre par son artiste avec un oeil nouveau. Elle témoigne du talent de composition des danois et se voit animée par un nouveau souffle de vie, tout en évitant le piège de la grandiloquence et du pompeux. Les instruments savent, en effet, suffisamment s'effacer pour n'être qu'un tremplin à l'imagination, tout en colorant les images ainsi naissantes. Féérique, on vous dit.

Le DVD qui accompagne le CD audio donne à voir le concert dans son intégralité, un documentaire "behind the scenes" et 6 clips officiels de morceaux issus de Parades.

A écouter : pour en prendre plein l'oue.