logo Echoplain

Biographie

Echoplain

Echoplain est crée en 2018 par Emmanuel Bœuf (guitare, chant) et Clément Matheron (basse), tous deux anciens membres de Sons of Frida, et Stéphane Vion (batterie). Après un premier EP éponyme sorti chez Atypeek Music en 2019, le groupe y sort son 1er album, Polaroid Malibu, en janvier 2021. Leur musique est à la frontière entre noise rock et post-punk.

Chronique

Polaroid Malibu ( 2021 )

Echoplain, issu de la petite mafia du noise-rock de Paris, sort son premier album, après un Ep en 2019. Les amateurs de bruit peuvent se réjouir, mais pas seulement eux.

Dès All Eyes On Me, Polaroid Malibu marque des points grâce à une intro à la batterie (comme toutes les intros de bon goût, sans vouloir être de mauvaise foi) et une mise en place qui dévoile le programme d’un disque direct mais pas simpliste. Parce que si Echoplain est un trio, sa musique n’en est pas moins bavarde, inventive et très composée. Et l’ingrédient principal de son noise-rock, c’est une approche post-punk du machin. Une batterie qui tape dans l’originalité, le contre-temps et le groove, une basse très présente et une guitare dans la plus grande tradition noise-rock estampillé 90’s. Et sur tout ça, ce qui fait monter la sauce jusqu’à la (j’aurais mis « jusqu’à la ») faire déborder, c’est le chant, tour à tour mélodique et bourrin, invectivant l’auditeur pour l’accrocher en tapant toujours juste-là où c’est irrésistible.

Hole.dare.Neck, plus strictement post-punk dans la construction de ses couplets, cache en son milieu un break casse-nuques absolument imparable. On Her Side se développe sur un riff de basse, la guitare n’étant seulement là pour faire du bruit et nous faire attendre les refrains qui explosent d’une façon terriblement jouissive. Concernant le chant, écoutez Here I Stand et son refrain séduisant dès la première écoute. Ce titre est une illustration brillante de la formule d’Echoplain, du bruit, de la mélodie, beaucoup d’idées dans chaque morceau, mais un art de la composition qui rend le tout terriblement digeste.

On pense parfois à Gâtechien (quand celui-ci est à son meilleur), comme sur Watcha, sa grosse basse et son chant scandé, mais en bien plus abouti et imparable. On My Own est le dernier pic du disque, avec son riff entêtant, ses cassures rythmiques et son chant un peu en retrait, parlé-chanté. Fade Out possède quelques atouts, moins immédiats, son côté écrasant, moins directement mélodique et sa fin qui se déconstruit dans la grande tradition Shellac. Le disque s’essouffle ensuite quelque peu sur les deux derniers morceaux qui, sans être mauvais, ne possèdent pas le côté imparable du reste du disque.

Un très léger bémol qui n’entame en rien notre plaisir et qui n’empêche pas Polaroid Malibu de tourner inlassablement sur la platine depuis sa sortie. Echoplain impressionne dès son premier long format, et signe ici un des premiers cartons noise-rock de 2021. 

A écouter : Here I Stand
Echoplain

Style : noise rock post-punk
Tags : -
Origine : France
Bandcamp :
Amateurs : 0 amateur Facebook :