logo Eating Glass

Biographie

Eating Glass

Eating Glass nous vient de la ville d'Hamilton au Canada ou ils y défendent leur Hardcore Metal à la sauce Holy Terror depuis 2006. Le groupe se compose de Jose Lopez au chant, Spencer Arnott à la batterie, Ryan Rogers et Jeff Pottruff aux guitares et enfin Jason Whitney à la basse. Ce n'est que fin 2008 qu'Eating Glass sort son premier ep chez High Anxiety et No Idea Records : Feed Them To The Vultures.

Chronique

Feed Them To The Vultures ( 2008 )

La scène Holy Terror a le vent en poupe ces derniers temps et se porte plutôt bien avec comme fer de lance les fameux Pulling TeethTrash Talk ou Rise And Fall signés chez la productive écurie Deathwish de Jacob Bannon (Converge), dont on retrouve également Eating Glass sur le catalogue. Toutes ces formations reprennent le flambeau d'un Hardcore Metal à la Integrity et en poussant l'extrémisme sonore dans ses derniers retranchements. Mais alors que propose de plus Eating Glass?

Tout d'abord l'artwork rappelle fortement celui de Martyr Immortal de Pulling Teeth et c'est tout à fait normal puisque c'est Jeff Beckman qui l'a réalisé. Pour ceux qui suivent de près la scène, on sait d'emblée où l'on met les pieds, et il se trouve que ces pieds là ne vont pas rester bien longtemps ancrés au sol. En effet, Eating Glass délivre sur ce Feed Them To The Vulture huit titres ultra véloces et repousse les limites posées par la clique de chez Deathwish. Plus rapide, plus vindicatif dans le propos, le groupe inflige de véritables coups de tatanes en pleine tronche. Avec des titres qui tournent à 1min30 en moyenne, les cinq gars d'Hamilton balancent du riff qui tronçonne des buches par paquet de douze martelé par une rythmique efficace mais qui manque cependant d'un peu de variété. "King Of Frauds" est une véritable bombe sonore qui explose à nos tympans alors que l'enchainement de "Cannibals" et "Amongst The Wolves" démontre dès le départ les capacités du hurleur en chef à vomir ses tripes avec des lyrics qui tournent autour des thématiques propres à la scène Holy Terror : la religion ou la surconsommation par exemple. On retrouve également tous les éléments de cette scène à savoir qu'Eating Glass relève ses huits brûlots à renfort de soli Thrash rapides et mélodiques comme sur "My Own Hell / Watching This World Burn" notamment et ralenti les tempos ("Feed Them...") ou les accélère à l'extrême ("…To The Vultures"). C'est évidemment sans compter de la présence de mosh parts et sing-along intenses portés par le chanteur complètement fou furieux ("Beating My Self Up").

Seulement voilà, on ne pourra certes pas enlever à Eating Glass d'être foutrement efficace, rapide, méchant et sur-énervé comme pas permis, mais malgré les bons vieux Integrity comme étendard, Eating Glass n'a pas l'accroche des récents Pulling Teeth ou Trash Talk qui ont perfectionné leur approche du genre. Les canadiens répètent leurs gammes de la meilleure façon, mais ne diffère pas foncièrement de toutes la tripotées de formations estampillées Hardcore Metal surfant sur la vague Holy Terror qui risque tôt ou tard d'arriver à saturation. Pour autant cela fait-il d'Eating Glass un mauvais groupe? Pas forcément, mais il n'étonnera pas grand monde coutumier de la scène et satisfera les moins exigeants en matière de renouveau Holy Terror. Il faudra donc sans doute pousser le concept un peu plus loin la prochaine fois, comme l'on su faire encore une fois Pulling Teeth sur Paranoid Delusions / Paradise Illusions, afin de sortir la tête de l'eau.

A écouter : My Own Hell / Watching This World Burn - Coming Clean
Eating Glass

Style : Hardcore Metal
Tags : -
Origine : USA
Myspace :
Amateurs : 1 amateur Facebook :