logo Duet

Biographie

Duet

Duo en provenance de Tours, Duet est la rencontre de Virginie (batterie & chant) et de David (basse & chant) que l'on retrouve également chez les excellents Kraken Oxen.
Entre les atmosphères chaudes de la pop, les vagues glacées cold / new wave et les électrochocs postcore, l'entité bicéphale qu'est Duet produit une musique haute en couleurs et en émotions.  Début 2006 Le duo engendre The round dance of shadows, premier album et premiers amours. En décembre de la même année, Our Place, album autoproduit, voit le jour.

15.5 / 20
0 commentaire
logo album du moment

The round dance of the shadows ( 2006 )

Avec la configuration minimale, Duet semble prendre un malin plaisir à mettre au tapis le moindre sceptique sur son potentiel. En effet, en s'appuyant sur une batterie aux accents minimalistes et des boucles de basse, le couple parvient avec aisance à nous faire le coup des montagnes russes. Bref, il va falloir s'accrocher !

Si les compositions de Duet s'inscrivent dans un schéma plutôt repérable, à savoir la rythmique mid-tempo de Virginie enveloppée par la ligne de basse grave et éthérée de David, le tout agrémenté des quelques effets qui vont bien, leur musique est dénuée de toutes balises émotionnelles. Les mélodies chavirent, les cordes retentissent au plus près de nous, le jeu sec (puissant !) et précis de la batterie prend aux tripes ... bref Duet ne laisse aucune chance et emporte bien au delà de la simple nostalgie ou mélancolie émanant des morceaux. Tantôt d'une gravité malsaine sur le percutant "Les aiguilles", tantôt sucrées et tirées vers le haut sur "The Sleepwalker", les notes progressent et évoluent toujours sur la brèche tout en restant bien cadrées par le duo.
Sans en faire des tonnes, Duet parvient à hypnotiser via une maîtrise du sujet tant technique qu'artistique. Au niveau du chant, David use avec énergie des octaves les plus basses auxquelles viennent parfois se greffer la douceur des vocalises de Virginie ("Arena", "The Sleepwalker"). L'ensemble rappelle un Bauhaus groovy mis à nu, rien que ça !
A mi chemin de cette danse hypnotique, certains décrocheront peut-être mais cet aspect est largement compensé par la présence d'une bonne poignée de moments de grâces. Parmi ces derniers on retiendra l'arrivée des lignes de basses assassines sur le fabuleux et instrumental "Last night we made a wish", la lente mélodie éthérée et grave de "The Lighthouse" ou encore le refrain entêtant de "The round dance of the shadows" qui sublime littéralement le morceau.

Duet couple avec talent et de façon très personnelle sensibilité avec énergie, sensualité avec tension, sur ce premier véritable essai qui s'avère être des plus convaincants. Entre une dépression nourrie de cold wave et un sourire matinée de pop rock, The Round Dance of Shadows a de quoi séduire, voire davantage si les disques de Joy Division occupent vos étagères.

A écouter : Last night we made a wish - The round dance of the shadows - The sleepwalker - The Lighthouse

Our Place ( 2006 )

Il aura fallu à peine moins d'un an pour que notre Duo tourangeau donne suite a The Round Dance of the Shadows, premier album dont l'écoute reste définitivement ancrée en mémoire grâce à une poignée de morceaux déchirants. Mélange subtil de finesse cold wave et d'énergie rock, le jeu de Duet semble ici entrevoir une nouvelle voie tout en conservant les jalons précédemment posés.

David et Virgine semblent avoir choisi de débrider leur jeu et de laisser davantage parler les instruments au profit d'une plus grande énergie. Un rythme soutenu, des cordes qui s'emballent et dérapent dans des acrobaties risquées. Pas de doute, Duet mise désormais sur des frasques rock'n roll autant que sur les mélodies graves et baroques qui font toute leur personnalité. Car Duet a toujours le goût des jolis morceaux minimalistes qui murmurent à nos oreilles ("Whiff", "Irony").
Même constat d’évolution en ce qui concerne le chant. Ce dernier "survole" plus qu'il n'habite totalement les morceaux comme auparavant. Dommage que Virginie ne participe pas un peu plus à ce niveau, assurément il a encore un peu de place. En tout cas Duet dose toujours aussi bien son spleen orageux et ses envolées ensoleillées désormais soutenues par des parties tout simplement plus "rock".

Avec un jeu de basse souvent bruitiste et noisy, des compositions moins balisées, Our Place est assurément un disque davantage opaque et moins marquant sur les premières impressions que The Round Dance of The Shadows. A n'en pas douter, l'aspect plus direct devrait révéler son plein potentiel sur scène.

Télécharger : Doesn't matter, For the Drummers.

A écouter : Spark - Irony - Doesn't Matter