Albums du moment
Pochette Full Upon Her Burning Lips
Pochette Back In Business Pochette Hvísl Stjarnanna
Chroniques
Pochette Rammstein
Pochette Syntheosis
Pochette Flub
Pochette Masses
Pochette Compromissions Pochette Loud As Laughter

Titre : Dream Theater Année : 2013
Nombre de titres : 9

Tracklist
01. False Awakening Suite (I. Sleep Paralysis / II. Night Terrors / III. Lucid Dream)
02. The Enemy Inside
03. The Looking Glass
04. Enigma Machine
05. The Bigger Picture
06. Behind The Veil
07. Surrender To Reason
08. Along For The Ride
09. Illumination Theory (I. Paradoxe de la Lumière Noire / II. Live, Die, Kill / III. The Embracing Circle / IV. The Pursuit of Truth / V. Surrender, Trust&Passion)
Acheter : logo amazon
Label : Roadrunner Records
Collection : 10 membres possèdent cet album.
Moyenne lecteurs : 12.44/20 (8 avis dont 4 avec commentaire)


Laisser votre avis

Commentaires

diplodanus 11 / 20 Le 28/04/2014 à 09H31

album un peu décevant, les années passent et le son du clavier m'hérisse de plus en plus les cheveux. On dirait que DT se contente de faire du DT, finit les prises de risque de l'époque de Portnoy. Cet album éponyme est fait pour les fans (quoique...)

slaughtear 16 / 20 Le 26/12/2013 à 14H33

Bon c'est sûr que pour un album éponyme, on s'attendait à mieux, à quelque chose de plus "épique". Mais c'est pas vraiment le cas, même si ça reste un bon album. Du coup je vais faire une liste des "+" et des "-" de cet album:
Les + :
.Une production musclée et un son de batterie qui bute, bien mieux que sur l'album précédent, où le son était relativement faible.
.On entend vraiment la basse cette fois !! John Myung a vraiment fait du bon boulot avec ce son massif et métallique.
.De belles balades ou semi-balades (The Bigger Picture, The looking glass, Surender to reason), pleines de bons sentiments, mais ça fait aussi partie du folklore de Dream Theater ;)
.Illumination Theory, bien prog' comme il faut, avec ce passage symphonique en plein milieu de chanson, magnifique.

Les - :
.Merde, mais où est passé le côté bien "metal" de DT? à Part dans Enigma Machine, The enemy Inside et Behind the veil (et encore...), où sont passé les gros riffs tels ceux de Dark eternal night, A nightmare to remember, The shaterred fortress, As I am ou encore Bridges in the sky?? Se sont-il envolés avec Mike Portnoy? C'est triste à dire, mais on dirait que oui...
.Mais POURQUOI Jordan Rudess, continue à faire des solos avec des sons dégueulasses, qui ruinent presque certaines chansons, comme Along for the ride, qui avait pourtant bien commencé...

Bref, un bon album, épique (mais pas assez), envoûtant (mais pas assez), bourrin (mais pas assez). En gros, on aurait aimé que Dream Theater se lâche et nous en donne plus. Perso, j'aurais aimé un autre disque comme Black Clouds & Silver Linnings, avec des chansons bien longues et plus originales que celles que l'on trouve sur cet album éponyme. Je reste un peu sur ma faim, même si j'apprécie beaucoup d'écouter cet album. On verra le résultat en live^^

tony_akerfeldt 8.5 / 20 Le 21/10/2013 à 03H39

album éponyme, je m'attendais donc à une claque. hors l'intro est correct, le titre qui suit aussi puis c'est tout, rien de bien génial. James labrie saoule toujours autant avec sa voix et ses vibratos insupportables, c'est parfois niais (il y a toujours quelques passages niais chez eux), la prod est correcte mais on a connu mieux chez eux, et pas vraiment de cohérence selon moi entre les titres. bref j'ai ma place depuis longtemps pour leur passage à Lille, mais ca sera surement la der pour moi, leur concert précédent à bercy m'avait déjà bien emmerder, je pense pas qu'avec cet album le prochain va remonter le niveau

Jerry Bird 10 / 20 Le 15/10/2013 à 00H10

Ok, la je dois dire, ma deception apres plusieurs ecoutes est bien trop importante....
D'abbord le son de la batterie (j'ecoute tout en CD original sur moniteurs de studio yanaha HS7), et franchement je ne sais pas quel est leur probleme, mais on dirait qu'il essayent de se rapprocher au maximum de la batterie de Cubase... affolant, mix general atroce compression sans complexes, impression de faiblesse et de monotonie durant l'entierete de l'ecoute. Intro imutile, morceaux de remplissage, concours du plus mieleux entre Labrie et Rudess. Tiens parlons en de Rudess, pesro, je le tiens responsable pour une partie du declin de ce groupe, il a une place inutilement egale a celle de petrucci. Les soli de Rudess sont toujours aussi immemmorables, inchantables, et plein de sons enfantins... WTF?????
Je me considere un homme chanceux, je les ai vu en 2000 au Zenith de Paris, la force de l'age, tournee "metropolis part 2: scenes from a memory". Le lendemain, mon boss avait decoupe dans un quotidien parisien un article qui disait "Dream Theater enflamme le Zenith!!!" (snif)
Ce fut effectivement le cas, mais la c'en est fini pour moi, bonne continuation a ceux qui accrochent encore.
Tchussss