Albums du moment
Pochette Full Upon Her Burning Lips
Pochette Back In Business Pochette Hvísl Stjarnanna
Chroniques
Pochette A Throne of Ash,
Pochette Final Transmission
Pochette Rammstein
Pochette Syntheosis
Pochette Persona Pochette Flub

logo Down To Earth

Biographie

Down To Earth

Dimi (Batterie)
Thomas (Basse, Chant)
Niko (Guitare, Chant)

Down To Earth est un power trio aquitain (Bordeaux, La Rochelle) à la croisée d'influences diverses entre emo, post hardcore et rock (Hot Water Music, The Get Up Kids, Far, Tool, At The Drive-In ...). Après un premier EP en 2002, Down To Earth développe grandement son jeu et ses qualités pour présenter en 2007 un premier album incisif et convaincant, Room For The Three Of Us, sur le label Yr Letter. En 2010, Down To Earth revient avec Prisms, 2ème album plus personnel, sur le label américain emo/indie Deep Elm (Clair De Lune, Sounds Like Violence, Motion City Soundtrack, Brandtson).

12 / 20
1 commentaire (15/20).

Prisms ( 2010 )

Down To Earth signe sur Deep Elm Records pour son deuxième album. Oh Fuck ! Le même Deep Elm que Clair De Lune et Benton Falls. C'est une première pour un groupe français, même au son très marqué par l'indie rock / post hardcore US (cf. précédente chronique). Quant au mastering, c'est carrément Bob Weston (Shellac, The Get Up Kids, June Of 44, Polvo, Nirvana et j'en passe) qui s'en est chargé. Down To Earth a décidé de foutre un grand coup d'accélérateur. Faut-il encore savoir tenir la route, et ce n'est franchement pas toujours le cas sur Prisms.

Le trio a décidé de se laisser pousser un peu les couilles, de durcir le son, de rajouter un peu de saturation dans les guitares et des aspérités dans le chant. De bonnes intentions qui visent à écarter Down To Earth du très large scope dans lequel il s'était habilement faufilé avec Room For The Three Of Us. Ca ne démarrait pourtant pas si mal, un peu comme si Tool avait gobé des bulles indie rock 90's, une rythmique appuyée, une certaine agression lors du TOP départ. Il faut dire que le son claque, que le chant a définitivement évolué vers quelque chose de plus sec et de plus vindicatif également. L'accent frenchy n'est cette fois ci palpable que dans les parties les moins appuyées et les moins véloces. Un défaut certain pour nous, peut être un truc exotique (et donc chouette) outre-Atlantique ? Quoi qu'il en soit, le reste défile aussi sec, dans le même état d’esprit et dans le même souci de ne pas "sonner comme".

A trop vouloir jouer dans leur coin, comme enfermés sur eux mêmes, c'est une fâcheuse impression d'uniformité qui pointe, et ce malgré la richesse évidente des mélodies et de franches pointes de vitesses. Au bout du tunnel, traversé à 100 à l'heure, ne subsiste que des réminiscences et des bribes d'un rock qui aurait voulu exploser mais dont l’étincelle n'est jamais parvenu à la poudre. Rien ne claque à la figure dans Prisms, sans être forcément cliché (on se tape tout de même la lovin'ballade), Down To Earth ne parvient jamais à imposer une marque ou à enthousiasmer complètement. J'aurais tellement aimé que ce disque soit une bombe et une bonne sortie du label de Charlotte.

A écouter : Prisms - Blackwalls
14.5 / 20
0 commentaire

Room For The Three Of Us ( 2007 )

Malgré 10 années d'existence, 150 concerts au compteur, c'est seulement aujourd'hui que Down To Earth marque son parcours honorable d'un premier album. Le power trio de La Rochelle a par conséquent pris le temps de peaufiner les détails, d'assimiler leurs influences et d'affuter leurs armes. Room For The Three Of Us est un aboutissement et un manifeste mature au croisement des genres, tissant des liens entre la scène emo / post-hardcore Etats-unienne et un sensibilité davantage rock.

Comme un Ravi ou un Gravity Slaves troquant leur aspect punk pour les charmes d'un indie rock sombre et appuyé, Down To Earth n'en fini plus d'enchainer les tubes et ce malgré des moments plus marquants que d'autres. Grâce à des vocaux "caméléons" à l'aise dans tous les registres,  Down To Earth module et façonne des morceaux entre post-hardcore façon Hot Water Music, emo punk touché par la grâce de The Get Up Kids lors de l'emploi de lignes de chant typiques ("Remind It"), puis des digressions rappelant Incubus ("Explocean") ou même Tool ("Marmelade"). Dans les parties les plus bruitistes et énervées ("Relief") Down To Earth parvient même à jouxter l'entrain de At The Drive-in toujours grâce à ce chant terriblement bien exécuté qui évite sans mal le piège d'une prononciation anglaise approximative (chose peu évidente dans le style de par chez nous). Si l'énumération de toutes ses références d'Outre Atlantique peut laisser perplexe quant à une réelle originalité, le tout est largement compensé par une spontanéité optimiste et chaleureuse et surtout par des mélodies imparables vraiment personnelles pour le coup.

12 titres comme 12 étoiles filantes qui défilent comme un rien et laissent sur leur trajet des sourires béats et la sensation de replonger dans la grande période de The Get Up Kids, de Jawbreaker et autre Samiam. Il n'y a définitivement aucun faux pas sur Room Of The Three Of Us et encore moins d'excuses valables pour ne pas y prêter attention, surtout que dans notre bon vieux pays, on ne fait pas beaucoup mieux dans le genre.

A écouter : Explocean - Remind It - Inmost Song