Albums du moment
Pochette Monumenty selhání
Pochette A Different Shade of Blue
Pochette A Dawn To Fear Pochette Nighttime Stories
Chroniques
Pochette Etrange
Pochette Errorzone
Pochette Dreams of Quiet Places
Pochette Hallucinogen Pochette Nest

Biographie

Discipline

Joost de Graaf - Vocals
Carlo Geerlings - Bass
Erik Wouters - Guitar
Joost Strijbos - Drums

Originaire d'Eindhoven (Pays-Bas), Discipline se constitue aux débuts des années 90. Après de nombreux bouleversements de line up, le combo se stabilise et signe un deal avec Lost And Found Records en 1995, année qui voit sortir leur première production intitulée Stompin' Crew EP. Cet ep est suivi un an plus tard par le premier album Guilty As Charged. Les réactions s'avèrent positives et Discipline s'embarque pour une série de concerts en compagnie de The Business, notamment. En 1998, le groupe enregistre son deuxième album The Bulldog Style qui se veut la rencontre entre le mouvement Oï et hardcore. Cet album connaît un retentissement certain dans le monde underground mais, en raison de problèmes de violence à certains de leurs concerts, Discipline est contraint à prendre un peu de recul. La situation se clarifie peu de temps après mais les relations avec le label se désagrègent tellement que le combo claque la porte et signe avec I Scream Records
Le premier album avec le nouveau label sort en 1999. Intitulé Nice Boys Finish Last, il place Discipline parmi les plus grosses pointures de la scène street punk européenne. S'ensuit une tournée en compagnie d' Agnostic Front, Dropkick Murphys et US Bombs. L'album est suivi de Love Thy Neighbor aux alentours de 2000, et Discipline participe au Unity Tour qui regroupe Agnostic Front, Ignite, Shutdown et The Forgotten. Petit à petit, le groupe d'Eindhoven se construit un petit public et écume les festivals tels que le Dynamo Open Air, le Holidays in The Sun, et le Vans Warped Tour.  
En 2002, sort Saints And Sinners et Discipline s'embarque pour le Eastpack Resistance Tour. L'album sort aux USA sur GMM Records et le label profite de l'aubaine pour ressortir Love Thy Neighbor et Nice Boys Finish Last. La même année est édité Working Class Heroes, split live avec Agnostic Front, et produit par Roger Miret.

Chronique

Downfall of the Working Man ( 2005 )

Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, Discipline est loin d'être le premier venu. En une dizaine d'années, le groupe hollandais a su se forger une place de choix dans la scène underground européenne qui lui a permis, notamment, d'écouler plus de 10.000 exemplaires de leur précédent opus, Saints & Sinners.

Le dernier album en date, intitulé Downfall of The Working Man, est le cinquième à sortir sur le label belge I Scream Records et se situe dans la stricte continuité de l'orientation prise par Discipline il y a de celà quelques années. A savoir un street punk très classique, ne renouvelant pas le genre - ce n'est pas ce qu'on lui demande - que l'on pourrait rapprocher de The Business, des Disasters ou de Lower Class Brats. L'ensemble des compos se déroule selon un tempo jamais trop rapide, proposant une structure très traditionnelle (couplet/refrain/break) sur laquelle Discipline prend appui pour imposer une tonalité sing along très bien maîtrisée et assez efficace ("Red & White Army", "Words Out Of Life").

Toutefois, l'expérience aidant, on surprend le groupe hollandais à vouloir travailler davantage ses compositions en y incluant beaucoup plus de mélodies, peut-être au détriment de l'énergie et de l'agressivité, qui reste malgré tout assez présente grâce à la terrible voix de Joost de Graaf ("When I'm Dancing I Ain't Fighting", "From Vengeance To Victory", "Belief").

Bref, sans être transcendant, il convient d'avouer que Downfall Of The Working Man fonctionne de manière efficace. L'impression de déjà-entendu digérée, on se prend rapidement au jeu et on se surprend, parfois, à fredonner quelques airs une fois l'écoute effectuée. Un album rapidement assimilable que devraient apprécier les fans de old school de tout poil.  

T

A écouter : "No Surrender", "Strenght To Live", "When I'm Dancing I Ain't Fighting"