Jeudi 26 septembre 2019

Devin Townsend a dévoilé son nouveau backing band pour son  Devin Townsend Project :
Ché Aimee Dorval (Casualties Of Cool), chant et guitare
Morgan Ågren (Kaipa), batterie
Mike Keneally (Dethklok), batterie
Markus Reuter (Stick Men, Stick Men), guitare ambiance
Nathan Navarro, basse
Diego Tejeida (Haken), clavier
Et au choeur :
Samantha Preis
Anne Preis
Arabella Packford
Vous pourrez voir le groupe le 15 novembre à Paris (Salle Pleyel) avec Haken.

Jeudi 19 septembre 2019

Et voilà le clip de Why? de Devin Townsend, un clip animé plutôt sympathique.

Mercredi 17 juillet 2019

Devin Townsend a confirmé qu'il jouerait du Strapping Young Lad en concert à partir de 2020.

Vendredi 24 mai 2019

Un set acoustique de Devin Townsend ? C'est que ça se passe.

Lundi 13 mai 2019

Devin Townsend a annoncé une tournée européenne, et c'est Haken qui assurera la première partie. Une seule date en France, le 15 novembre à Paris (Salle Pleyel).

Mercredi 03 avril 2019

Empath, le nouveau Devin Townsend est sorti il y a quelques jours chez Insideout Music et s'écoute en intégralité par là. Le clip pour Spirits Will Collide se visionne dans la suite.

Lundi 18 mars 2019

Groupes de la scène française : Brett Caldas-Lima, ingé-son de renom (Ayreon, Devin Townsend et beaucoup, beaucoup d'autres) vous offre la chance de gagner le mixage/mastering d'un de vos titres. Comment participer ? Ca se passe par ici.

Samedi 16 mars 2019

Y a t'il des fans de Devin Townsend dans la salle ? voici Evermore.

Samedi 23 février 2019

Devin Townsend vient de balancer le premier single de son nouvel album : GenesisEmpath sort le 29 mars.

Samedi 02 février 2019

Devin Townsend sera à la Salle Pleyel (Paris) avec Haken le 15 novembre prochain. 
Billeterie par ici.

Jeudi 17 janvier 2019

Le prochain Devin Townsend se nommera Empath et sortira en mars.

Samedi 10 novembre 2018

Devin Townsend vient d'annoncer une tournée un peu spéciale. Nommée An Evening With, il jouera seul et en acoustique sur scène des chansons de son répertoire et répondra aux questions que des fans présents vont lui poser. La tournée européenne ne passe malheureusement pas par la France, les dates les plus proches géographiquement étant Cologne, Haarlem et Londres.

Mercredi 07 novembre 2018

Idem pour Devin Townsend qui devrait sortir son prochain album en 2019.

Mardi 10 juillet 2018

Tant qu'on parle de Spock's Beard, sachez que leur label InsideOutMusic fête ses 25 ans. Pour l'occasion, la maison de disque, spécialisée en Rock Progressif et Metal Progressif, met à disposition une compilation de plus de 3 heures sur laquelle on retrouve plein d'artistes dont on pense du bien : Caligula's Horse, Leprous, Sons Of Apollo, Spock's Beard, Ayreon, Pain Of Salvation, Riverside, Haken, Devin Townsend, Headspace... La compil se stream et/ou se télécharge ici.

Vendredi 22 juin 2018

Promethee sortira son prochain album, Convalescence, le 12 octobre chez Lifeforce Records. Voici la pochette et la tracklist. Il a été enregistré par Johann Meyer (Gojira) et masterisé par Jens Bogren (Opeth, Devin Townsend, Kreator) au Fascination Street Studios.

Vendredi 25 mai 2018

Devin Townsend sortira un live intitulé Ocean Machine - Live At The Ancient Roman Theatre Plovdiv le 6 juillet chez HevyDevy Records. Le live a été filmé et enregistré pour les 20 ans de l'album Ocean Machine qui a été joué en intégralité en Bulgarie. Voici la pochette et la tracklist. Un extrait avec le morceau Truth est à visionner par .

Mercredi 25 avril 2018

Pendulum sortira un album de remix intitulé The Reworks le 29 juin dont voici la pochette et la tracklist. On y trouvera Devin TownsendMoby... Le morceau Blood Sugar (Knife Party Remix) est en écoute dans la suite.

Jeudi 29 mars 2018

Devin Townsend a indiqué qu'il était désormais sans label, sans management et que cela lui allait très bien.

Jeudi 01 février 2018

Devin Townsend a déclaré qu'il mettait en pause son Devin Townsend Project pour se consacrer à 4 autres projets. Du coup si vous souhaitez embaucher un des zicos de Devin Townsend Project via ce post Facebook vous aurez toutes les infos. 

Dimanche 18 juin 2017

Hellfest 2017

Photos :
- Samedi : photos groupes et artistes.
- Vendredi : photos groupes et artistes.


Report :

La veille se lit ici.

Soleil Soleil Soleil! En 12 édition le Hellfest a rarement connu journée aussi chaude (et dimanche cela sera pire !), la chaleur va peser sur le festival aujourd’hui, les corps vont souffrir !
Hier on a oublié de préciser un changement important : la taille (et le nombre) des écrans des mainstage, là où on avait des formes rectangulaires un peu étranges on a désormais des écrans énormes au ratio standard : belle amélioration.

Toutes nos photos de la journée sont à voir ici, réalisées par Bacteries, Chazo, et Meo Photo.
 
Crypt Sermon :
Sous une Altar encore timide, les gars de Philadelphie ont réveillé les amateurs de Doom Traditionnel. Sans réinventer le style, bien au contraire, les Américains rendent hommage aux grands de la scène comme Candlemass ou Trouble. Une mise en bouche plutôt sympa avant les autres performances traînantes de la journée.
 
Ultra Vomit :
On arrive sur la Mainstage pile à temps pour voir Ultra Vomit séparer la foule en vue d'un wall of death des familles : team pipi contre team caca, tous prêts à se jeter dessus joyeusement, et sans rester au milieu hein, sinon c'est faire le jeu du pipi, annonce le groupe le plus sérieusement du monde. Bien sûr, c'est le début du titre Pipi VS Caca qui déclenche le wall of death. Les hits se succèdent, tous plus débiles les uns que les autres, et Andréas (de Andréas Et Nicolas) vient même investir la scène comme un fou pour Je Collectionne Des Canards (Vivants). Ayant visiblement du chromosome à revendre, l'olibrius descend même de scène et c'est la sécurité qui le retient de se jeter dans le public... Bonne humeur pour attaquer cette deuxième journée !
 
Monkey3 :
Les portes de cette seconde journée sont ouvertes depuis peu mais pourtant il y a foule sous la Valley pour Monkey3. Le groupe comme souvent retravaille ses morceaux en live. Il faut dire que chacun des membres du quatuor majoritairement instrumental fait preuve d'une virtuosité exemplaire pour offrir au public un aspect différent de leur répertoire, le tout embelli par un son à en fait pâlir plus d'un jusqu’au final du concert, lancé sur une montée vertigineuse qui vient nous gifler la face à grands coups de riffs.
 
Igorrr :
L'OSNI (objet sonore non identifié) de la journée c'est évidemment Igorrr. Avant d’entamer une importante tournée en octobre prochain pour promouvoir Savage Sinusoid, leur tout nouvel album fraîchement sorti la veille, le groupe est de passage à Clisson et énormément de monde était au rendez-vous. Il faut dire que depuis leur signature chez Metal Blade, le groupe qui jouissait déjà d’une forte notoriété ne cesse de grossir. La crainte que le côté breakcore soit surmixé et prenne le pas sur le chant baroque était importante mais le résultat fut tout à fait honorable. Plusieurs nouveaux morceaux furent joués notamment ieuD, le premier single, avant de voir les membres du groupe quitter la scène à l’exception de M. Igorrr qui resta seul pour nous asséner un mix breakcore intense qui ravit les fans de la première heure et qui eut fini d'achever le public pendant ces 40 minutes hautement stroboscopiques. A déconseiller à tout festivalier souffrant d'épilepsie.
 
Nails :
Tout le monde croyait Nails fini, que le groupe avait splitté pour justifier de l’annulation de la dernière tournée européenne sans communiquer sur les raisons de cette décision, mais après un EP deux titres aux côtés de Full Of Hell, le groupe revient sur le devant de la scène et le premier concert du groupe depuis cette histoire se passe à Clisson. Les premiers circle pits ne tardent pas à soulever un rideau de poussière tandis que le frontman lance le premier morceau suivi de très près par You Will Never Be One Of Us. Le chanteur fera d'ailleurs un communiqué en soulignant que ce concert est le premier du groupe depuis longtemps et qu'il apprécie l'accueil réservé par le public. Un contraste impressionnant s’impose entre ces paroles et l’aspect ultra haineux de leur musique.
 
Bongripper :
Sous la Valley, Bongripper a tout simplement cassé le Doom game. Deux morceaux (Hail et Endless), des musiciens réglés comme des horloges dans la gestuelle et un public qui se brise la nuque avec enthousiasme. On pose son cerveau pendant 40 minutes et on se laisse emporter par les rythmiques grasses et les coups de masse de la batterie. Les musiciens s'octroient quelques petits espaces de jams avant de rechuter de plus belle. On soulignera un final ultra-intense façon mur de son qui laisse juste sur le cul, muet et abasourdi pour un petit moment. Pas un mot de la part de Bongripper mais les applaudissement pleuvent à la fin du set. Si ce n'était pas déjà fait, les 'ricains ont prouvé qu'ils atteignent haut la main les sommets du Doom / Sludge instrumental.  
 
Ereb Altor :
Le Death/Black de Ereb Altor est vikingisé à la limite du Pagan, lancinant à la limite du Doom. L'excellente dichotomie entre chant clair de qualité et voix saturée hypnotique rend le groupe réellement intéressant, malgré l'absence de jeu de scène ou la sobriété de la communication avec le public. Pas prévus sur mon planning, mais happé par ce que j'entendais venir de la Temple, cette belle découverte m'a fait rester jusqu'à la fin de leur set !
 
Blood Ceremony
Il est 16h et donc l’heure de prendre notre goûter Black Sabbath meets Jethro Tull. Une section guitare / basse / batterie à l’ancienne, façon Rock 70’s comme beaucoup de groupes récents peuvent le faire et ajoutez à cela une chanteuse / flûtiste qui donne toute la personnalité au projet. Ça fonctionne : les riffs sont entraînants, les mélodies à la flûtes tant dans les soli que dans les mélodies qui apportent une énergie communicatrice à l’ensemble. On y trouve un côté hippie 70’s tellement énergique et cool qu’on ne peut qu’adhérer.
  
Panthère D'Acier :
Sur la Mainstage 1, les derniers survivants du mouvement Hair / Glam Metal se déchaînent en entrecoupant (comme d'hab') leurs titres par des sketches bas du front. Ultra drôle pour certains, sexiste et ridicule pour d'autres, en tout cas Steel Panther ne ménage pas ses efforts et ne laisse personne indifférent. Le groupe sélectionne ses singles et ses tubes pour encore plus marquer le coup, à base de Glory Hole ou de Seventeen Girls In A Row. Comme attendu au vu des concerts précédents du combo, le public est truffé de filles volontaires pour montrer la plupart de leur anatomie, qu'elles soient invitées sur scène par le groupe ou juchées sur des épaules au milieu de la foule. Un spectacle toujours identique depuis des années, mais toujours marquant et décontracté... Selon les points de vue, encore une fois.
 
Skepticism :
Caution Funeral Doom Metal de cette année, un peu moins d’un an après leur prestation au Fall Of Summer 2016. Tout semble tourner au ralenti, les musiciens sont quasi statiques hormis le chanteur qui, par d’infinies précautions, lance quelques fleurs en direction du public et exécute quelques mouvements graves tel un chef d’orchestre abattu. Leur set serait la définition du désespoir. De tristes mélodies au piano, des riffs graves joués avec un lenteur affligée et une batterie qui l’est tout autant. Rien de bon n’est à prendre chez Skepticism. Douleur, tristesse, détresse… Et pourtant, les finlandais tiennent d’une grandeur romantique dont eux seuls ont le secret.
 
Frank Carter&The Rattlesnakes :
Plein après-midi, soleil massif sur la Warzone, public en chaleur, et belle mandale punk-hardcore pour l'ex-Gallows accompagné de ses acolytes fort enthousiastes. Dès le second titre Frank descend dans la fosse, monte sur la barrière, puis monte sur le public (oui), et va faire un titre complet porté par le public. Suivra une montagne de poussière soulevée lorsque le chanteur sus-nommé exige un circle pit autour de la tour régie (le public n’y arrivera pas, mais le circle pit était déjà géant. Le guitariste viendra également jouer sur le public. Même si sur album Frank Carter n’est pas le disque vers lequel on revient souvent, en live c’est magistral, une leçon de rock, pas besoin d’artifice quand on a l’énergie.
 
Decapitated :
Après la messe funéraire de Skepticism, changement de registre brutal puisque ce sont les polonais de Decapitated qui viennent secouer la Altar voisine. Peu de discours entre les morceaux comme le souligne le frontman qui préfère enchaîner les titres pour jouer un maximum, pour le plus grand plaisir des festivaliers. Un agréable remerciement sera tout de même glissé pour l'accueil toujours plus chaleureux réservé à ce groupe qui n'avait plus joué au Hellfest depuis 2010. Fort d'un nouvel album Anticult à paraître le mois prochain, le combo emmené par un chanteur survolté qui n'a de cesse d'enchaîner les aller-retour d'un bout à l'autre de la scène nous assène leur Death Metal technique et déstructuré pendant un peu moins d'une heure.
 
Mars Red Sky :
Décidément la Valley peut se targuer d'une excellente sono cette année, et les Bordelais de Mars Red Sky ne dérogent pas à la règle. Alignement de bons titres comme à l'accoutumée, plus un nouveau morceau d'une dizaine de minutes en avant-dernière friandise, qui augure de fort belles choses pour la suite. On a rarement entendu des basses aussi profondes et intenses sous cette tente. Le Ciel Martien est définitivement une valeur sûre du Stoner/Doom français, à suivre à la trace.
 
Soilwork :
Soilwork est un maudit du Hellfest. Après une édition 2014 qui a vu le groupe casser la Altar, le combo revient sur la même scène... sans claviériste, suite à un problème d'avion. Qu'à cela ne tienne, les mecs ont une revanche à prendre sur ce festival, et ils le font savoir à grand renfort d'énergie et de compos rentre-dedans (Bastard Chain est par exemple vraiment folle, et la set-list est légèrement remaniée pour mieux coller à des ambiances sans synthés). La pêche des musiciens est impressionnante et personne ne tombe dans un trou sous la scène... Bjorn est parfait vocalement, et leur nouveau batteur, élève de l'ancien, est au niveau de son maître. Rendez-vous après un prochain album pour finir de conjurer le sort, sans trou et avec un clavier !
 
Chelsea Wolfe :
A l’approche du concert de Chelsea Wolfe, la chaleur est à la limite du supportable sous la Valley. Pourtant il ne faut pas rechigner à un peu de proximité physique avec les festivaliers pour voir l'élégante chanteuse et ses musiciens. Pour ceux qui n’auraient pas eu la chance de la voir en live encore, un point important est à prendre en compte : les sons basses sont tout particulièrement élevés. Sachant que le concert fut majoritairement composé de morceau de Abyss qui en regorge, certains passages de la première demie-heure sont difficilement supportables pour nos oreilles déjà affaiblies. Ça n'empêchera point cette grande dame de nous délivrer un set maîtrisé par sa progression et au final fou qui verra Chelsea Wolfe hurler dans les micros de sa guitare pour amplifier les larsens du titre Survive.

Alcest :
Le soleil commence à se coucher. Quelques rayons orangés dardent encore sous la Temple et Deafheaven eût été fort à propos mais c'est Alcest qui nous gratifiera d'un set tout en rêveries et en couleurs multiples. Son parfait, heure de passage bien calibrée et public au rendez-vous, Neige et sa bande ont eu les conditions parfaites pour livrer un show de qualité. Peu importe les allures de gros(ses) dur(e)s, tout le monde a un petit cœur qui bat quand les Français lâchent leur Post-Black planant. Alcest se focalise d'ailleurs sur une set-list calibrée « Hellfest », plutôt Metal donc avec le récent Kodama, Les Voyages de L' Âme et Délivrance tiré de Shelter. L'heure complète dédiée aux fées et autres forêts merveilleuses passe bien vite et sans le moindre accroc pour nos poètes du Black merveilleux.  
 
Comeback Kid :
Comment créer un nuage de poussière au point que la sécu aura du mal à voir les slammers arriver ? Inviter Comeback Kid ! Le groupe va jouer une heure non stop et puiser dans sa désormais conséquente discographie, dommage que Devin Townsend jouait la veille on aurait peut être pu voir un duo (car oui ce dernier joue sur le prochain album du groupe). Finish de cette heure folle sur Wake The Dead, évidemment.
 
Pain Of Salvation :
La première fois que j'ai vu Pain Of Salvation en concert, c'était il y a pile 10 ans, au Hellfest 2007. Pour marquer cet anniversaire, PoS est de retour avec un concert exemplaire. Ultra énergique, la bande à Gildenlöw envoie son Prog subtil et à fleur de peau sans ménager sa peine. Le frontman semble réellement transcendé par les premiers titres, issus du récent In The Passing Light Of Day qui lui est intimement personnel. Après trois brûlots issus de ce dernier album (Full Throttle Tribe, Reasons, Meaningless), Pain Of Salvation opère à un retour arrière, en ayant l'excellente idée de ne s'arrêter que le temps de Linoleum sur la période 2005-2016. Pour le reste, on aura droit à un best-of des vieux albums et Ashes sera un point culminant de la performance. Le groupe clôture en revenant au présent avec le magistral et émouvant On A Tuesday. Quoiqu'en disent ceux qui ont choisis d'aller voir PrimusPoS était parfait. Aucun regret.
 
Primus :
Grosse sensation du Hellfest, la prestation de Primus enchante son monde et envoie ses lignes de basse, via un Les Claypool en feu. L’ensemble est tout à fait enthousiasmant et donne même lieu au meilleur show de la Valley, excepté Chelsea Wolfe. Les projections visuelles qui agrémentaient le set donnaient une dimension épique à la chose, et accentuant l’effet grisant procuré par le groove constant qu’ils imposent. Le public en liesse et fortement trentenaire, excepté une partie qui évacuait de manière sporadique. L’ensemble fut conquit par un rendu démentiel, qui ne se limitait pas à la basse, en fait une setlist carrée, optimale, un diamant pour tous les fans de Primus.
 
Agnostic Front :
Les légendes du Hardcore New-Yorkais connaissent le sujet : une arrivée de Vinnie Stigma avec un gros sourire avec son t-shirt Madball et c’est parti pour un défilé de titres HxC. Que dire de plus? Roger Miret va parler de la Warzone, disant que cela lui rappelle son passage en prison ou que le nom de la scène lui fait penser à son frère (mort au combat semble-t-il?). Evidemment avec le NY HxC : bonne humeur et contact avec le public.
 
Aerosmith :
La tête d’affiche de cette deuxième journée attire encore plus de monde que Deep Purple la veille. Le public est entassé jusque derrière la régie des Mainstages, quasiment jusqu’à l’entrée de la Altar. Pourtant, les écrans géants qui encadrent la scène se bornent à n’afficher qu’un logo Aerosmith, ce qui fait que presque personne ne voit ce qui se passe sur scène. Mais cela ne dure que le temps du premier morceau, et enfin les écrans révèlent un Steven Tyler visiblement fatigué mais volontaire. Le groupe assure un show sans surprise, bien que toujours plaisant à regarder. Ils iront même jusqu’à dépasser leur créneau horaire de presque un quart d’heure pour finir en beauté avec les tubes de légende que sont Dream On et Walk This Way. Un spectacle digne d’être vu au moins une fois, sans hésiter, mais plutôt convenu pour celles et ceux déjà présents en 2014.
 
Opeth :
La bande à Mikael Akerfeldt est désormais habituée du Hellfest. C’est un groupe confiant qui foule la scène de la Altar pour le dernier créneau de la tente ce soir avec le titre éponyme du dernier album, Sorceress. Les Suédois alterneront ensuite les vieilleries Death Prog et les morceaux plus récents dans la veine psyché en assénant un Ghost Of Perdition magistral dès le second titre avant de le faire suivre par Cusp Of Eternity et un Heir Apparent explosif. Le temps que Mikael sorte quelques blagues sur Aerosmith qui jouait au même moment (et qu’il apprécie également), Opeth enchaîne sur Era avant d’introduire le très long titre final Deliverance. La leçon fut dite mais comme toujours, une heure pour Opeth c’est définitivement trop court.
 
Slo Burn :
L'un des nombreux projets de John Garcia, l'un de ses plus anciens (avant Hermano), et comme à chaque fois que l'un de ses groupes s’exhibe en live, ça casse la gueule. Pourtant la matière n'est pas pléthorique puisque le groupe n'a sorti qu'une démo et un EP en 1997, mais le feeling est là, entre Blues et Heavy suintant, le chant étant assez discret, on a parfois l'impression d'assister à un concert de Karma To Burn. Difficile cependant de savoir qui a copié l'autre, sachant qu'ils ont évolué dans la même décennie. Quoi qu'il en soit, le rendu est monstrueux, le set est carré, puissant et objectivement incandescent.
 
Deafheaven :
Mettons les choses au clair tout de suite. Le son n’était pas des plus avenant, notamment sur les guitares en retrait et le chant trop présent. Sauf que. Les gens qui connaissent le groupe savent. Il ya quelque chose de fortement émotionnelles dans Deafheaven. Dans les blasts, dans ces guitares mélancoliques tantôt Black tantôt Post-Hardcore, dans ce chant presque maniéré mais au bord du gouffre. Il faut écouter Brought To The Water, Dream House ou même Cody (la reprise de Mogwai) pour s’en rendre compte. Alors on ferme les yeux, on souffre, on lève le poing et l’on subit la musique de Deafheaven à la fois grandiose, terrible et douloureux. 
 
Suicidal Tendencies :
Warzone surblindée, normal pour un set survitaminé, en compagnie exceptionnelle de Dave Lombardo, qui accompagne le groupe sur leur tournée annuelle. Et ma foi, une bonne branlée comme on en a l’habitude avec les Californiens, rendu nickel comme sur la plupart de leurs concifs. Le monde insatiable faisait qu’on ne pouvait apprécier pleinement la prestation, mais le rendu était à la hauteur des attentes générales. Un immanquable au vu de leur parcours, le Hardcore West-Coast par excellence.
 
Top 3 des chroniqueurs présents :
 
Bacteries : Frank Carter, Pain Of Salvation, Comeback Kid 
Grum Lee : Ugly Kid Joe, SaxonDee Snider
Pentacle : Deafheaven, Bongripper, Alcest
Max : Bongripper, Skepticism, Deafheaven
Zbrlah : Pain Of Salvation, Opeth, Alcest
Meo : BongripperMonkey 3Slo Burn
Nonohate : Opeth, Chelsea Wolfe, Bongripper
Julien : Igorrr, Opeth, Primus
Tang : Chelsea WolfePrimusSlo Burn (+ Mars Red Sky)

Samedi 17 juin 2017

Vendredi au Hellfest 2017!

Les photos : Nos photos sont en ligne. Pas mal de photos d'ambiance, et des photos d'un peu tout ce que nous avons capté sur la journée. Le tout se dévoile par ici. Les photos sont de Meo Photo, Bacteries et Chazo et d'autres arriveront dans la semaine.

12ème cuvée du Hellfest, complet sans même avoir annoncé un groupe, le 3ème week-end de juin voit Clisson devenir une nouvelle fois le point de convergence des amateurs de musiques amplifiées.
Alors comme d’hab on va débuter par les changements au niveau du site, des scènes, … cette année assez peu de changement pour le grand public, le site reste globalement le même, mais les 2 scènes principales sont reculées donnant plus d’espace quand le site se remplit, devant Deep Purple on aura vu l’effet (positif) de cette modif. Le gros changement de l’année sera pour la partie VIP (décalée pour donner de la place aux mainstage).
 
 
Verdun :
10h30. Du Doom pour ouvrir les festivités de cette première journée de festival. Ca commence déjà très fort puisque les Montpellierains bénéficient d’un son énorme et qui plus est hyper propre. Peu de temps pour jouer quelques titres de The Eternal Drift's Canticles, mais les riffs massifs, la basse sourde, les coups de caisse claire monstrueux et le chant presque mystique par moment nous mettent clairement dans le bain. Les mecs sont chauffés, nous aussi.
 
The Decline :
Warzone, soleil qui commence à taper à 11h, Punk-Rock... Comment vous expliquer que c’était plutôt la combinaison parfaite de ce début de matinée ? C’est super entraînant, les mecs débordent d’énergie communicative et ça rappelle légèrement Dropkick Murphys sans le côté celtique, bref du tout bon !
 
Myrath :
La Mainstage 2 rassemble déjà un peu de monde pour Myrath, malgré l'heure matinale. Quelques drapeaux tunisiens sont même de sortie, preuve que les fans se mobilisent pour le groupe ! Sans backdrop mais avec un décor en forme de porte tout en arabesques, le show commence par une danseuse, qui entre sur scène par cette porte justement. Puis les musiciens entrent en scène, en costume sobre et classe mais ornés de détails arabisants, pour entamer le tube Believer. Le set, bien que bref, donnera à tout le monde le temps de s'exprimer : solos de guitare et de basse, chant en anglais et en arabe, claviériste qui vient danser avec la performeuse... Seul Morgan Berthet derrière ses fûts semble moins investi dans le concert, mais son jeu technique est néanmoins bien au rendez-vous. Un des sets les plus “trop court” de la journée, d'entrée de jeu…
 
Okkultokrati :
Les norvégiens placés sous la Valley sont plutôt une énigme. On les aurait plutôt vu sous la Warzone, vu leur mélange de Hardcore / Crust / Black et certaines touches vaguement Doom. La prestation reste cependant en demi-teinte. Les musiciens sont statiques, la scène semble trop grande pour eux (plutôt à voir en petite salle ?) et les compositions trop linéaires pour se mettre vraiment dedans. Les deux derniers titres dont un très méchant et un final hypnotique et lancinant sont bien plus convaincants. 
 
True Black Dawn :
Cette année, la scène Black Metal au Hellfest est davantage représentée par ses aspects Pagan / Folk ou par les groupes dits Post. On est donc plutôt ravis d’entendre des hurlements haineux, des riffs qui glacent le sang et du blast à foison. Oui, True Black Dawn joue du Black Metal à “l’ancienne” et même s’ils n’inventent rien, ça fait du bien par là où ça passe.
 
Textures :
C’est sans doute l’une des dernières fois que l’on a l’occasion de voir Textures en dehors de la petite tournée avant le split qui se prépare d’ici la fin d’année. Pour le moment, on savoure, donc. Rythmique au poil, gros riffs dans la gueule, passages plus mélodiques, Daniel De Jongh est plutôt en forme vocalement alternant les growl et le chant clair aisément. Pas mal de titres de Phenotype sont joués ainsi qu’un petit Singularity de derrière les fagots. On aurait bien repris quelques titres en rab.
 
Animals As Leaders :
Animals As Leaders ne sont que trois, n'ont pas de bassiste, pas de chant, et pourtant ils investissent l'énorme Mainstage 1 avec aisance et désinvolture. Tout sourire, Tosin Abasi mène son groupe virtuose sereinement pour quarante minutes de guitares slappées, de tapings à huit doigts, de polyrythmies syncopées... L'enchaînement final The Woven Web / CAFO termine de satisfaire les aficionados de Prog djenty, et de prouver que Animals As Leaders a sa place sur la scène principale du Hellfest.
 
Evergrey :
Bien qu’offrant un véritable best-of des derniers albums du groupe (Leave It Behind Us, Passing Through, King Of Errors...), Evergrey semble un peu à côté de la plaque. Interludes au piano entre les trois premiers titres le temps de changer de guitares, de parler aux techniciens, les musiciens semblent avoir quelques soucis. Mais l'interprétation des morceaux est parfaite, avec un son excellent, et la voix de Tom Englund reste inégalée dans l'émotion qu'il transporte. Poignant dans son chant, souriant comme jamais quand il n'est pas au micro, le frontman semble s'éclater.
 
Subrosa :
Il y deux mois Subrosa jouait un set d’un tristesse et d’une grâce absolue au Roadburn. Ici, ce sera tout l’inverse. Les musiciennes ont bouffé un lion. Le set est d’une lourdeur qui mettrait presque à l’amende Electric Wizard. Les cordes sont énervées, la rythmique fracasse tout et pourtant l’ensemble est si cohérent et si intelligent. Ce n’est pas une fureur ivre de sens que nous livre Subrosa mais bien une plongée dans les ténèbres à la puissance émotionnelle et réfléchie. Comme en 2014, c’est une nouvelle fois un coup de coeur.
 
Queensrÿche :
Pendant ce temps sur la Mainstage 2, Queensrÿche distribue son Prog de papys. De papys ? Pas tant que ça. Le groupe à beau faire partie des meubles, certains de ses membres ont beau commencer à réellement accuser le poids des ans, l'efficacité est là à 100%. La foule est beaucoup plus dense que ce à quoi on pouvait s'attendre, et Queensrÿche réussi à ambiancer tout le monde, du quinqua qui attend Deep Purple jusqu'au gamin qui découvre le Heavy Prog. Une programmation audacieuse mais un pari réussi.
 
Devin Townsend Project :
"My name is Devin Townsend ! Are you ready for some awkward progressive metal ?" C'est comme ça que le Canadien ouvre son concert sur la Mainstage 1 avant de lancer Rejoice. Le son est excellent, aussi bon qu'en salle. La voix de Devin est parfaite, autant en clair qu'en chant hurlé, et le bonhomme s'en sert pour ambiancer le public : toujours dans le quatrième degré, il blague entre les morceaux ("vous savez ce qui est cool ? Nous on est à l'ombre !"). Quant à la setlist, elle ressemble malheureusement à celle que nous avons déjà pu voir au début de l'année lors de la tournée avec  Between The Buried And Me et Leprous. Mais c'est si bien fait qu'on se laisse faire sans rechigner.
 
Dodheimsgard :
Dodheimsgard s'annonçait comme un show à ne pas manquer pour tout fan Black Metal avant-gardiste. Les Norvégiens grimés de jaune, noir et blanc s'avancent sur scène et envoient une intro orientaliste, psychédélique avant que les guitares ne se mettent à parler. Et si la curiosité était piquée au vif, malheureusement le son des nordiques ne fut pas au rendez-vous. Une basse envahissante, des riffs beaucoup trop enfouis et inintelligibles, et au final une déception pour ce qui aurait pu être l'un des concerts les plus surprenants de la journée. 
 
PuissanceLoup :
Quoi de mieux en plein après-midi ensoleillé que d'aller prendre l'air vers les Mainstages ? Bof ? Non non mais là on parle de PuissanceLoup, autrement dit du Puissance (pardon, Power) Metal à base de corpse paint et de loups-garous, du « Alleluia » à toutes les sauces et surtout une bonne humeur communicative. Avec des tubes pleins la set-list (We Drink Your Blood, Resurrection By Erection,...), et un frontman qui s'improvise prof de chant du public, comment ne pas adhérer au set des Allemands ? On se prend très facilement au jeu et le groupe en redemande, lançant de plus belle ses claviers des cathédrales et ses rythmiques ultra-prenantes. Et que ça danse avec ses potes ici, que ça arrose tout le monde par là, en somme un public gonflé à bloc qui repartira avec le sourire et des refrains plein la tête. 
 
Tagada Jones :
En 2014 Tagada Jones avait sur-bondé la Warzone, une des raisons qui avait poussé le festival a refaire cette scène. Et bien en 2017 Tagada Jones fera de même ! C’est fou de voir autant de personnes pour un groupe français. Et l’ambiance est folle ! 10 minutes avant le début du concert le public slamme déjà. Après c’est sans surprise, le groupe déroule ses titres Punk, aux refrains faciles, mais oui il faut l’avouer c’est efficace et le frontman sait comment dynamiser le set.
 
Behemoth :
Même si la communication n'est pas le fort de Behemoth (on aura pas un "merci" ou un "c'est le dernier titre"...), les Polonais nous font néanmoins vivre un show grandiloquent qui ne laisse personne de marbre. Changement de costumes, faux sang qui dégouline de la bouche de Nergal, musiciens dissimulés par des masques cornus inexpressifs et glauques (sur O Father O Satan O Sun). Seuls les pyrotechniques paraissent moins impressionnants qu'ils ne le sont probablement réellement, car le groupe joue sur la Mainstage 2 à 20h et il fait encore grand jour... Le set de Behemoth n'en sera pas moins carré. Hallucinant de patate, Nergal mène son groupe avec passion et énergie le long d'un set irréprochable, principalement axé sur le dernier album en date, The Satanist.
 
Cryptopsy :
None So Vile, LE saint album de Brutal Death Metal joué en entier sur leur tournée et donc durant leur passage, c’est forcément un évènement qu’il ne fallait pas louper aujourd’hui. S'exprimant autant en anglais qu'en français, nos confrères québécois ont délivré un set parfait au son propre de bout en bout face à une Altar clairsemée souffrant forcément de jouer en même que le set Behemoth sur la Mainstage 2. Mais pour les amateurs, manquer une prestation à la fois variée, brutale avec une dose de groove et de violence viscérale, ça tenait du sacrilège. Le plus impressionnant dans tout ça c’est qu’on voit bien que ce groupe / album a influencé une bonne partie de la scène Deathcore, sauf que là on a clairement ce qui se fait de mieux avant que ça devienne n’importe quoi. 
 
Baroness :
Voilà une paire d’année que je n’avais pas revu Baroness sur scène. Sans être amateur des derniers albums, le groupe a généralement donné des concerts qui mérite le détour. Le début du concert sera mollasson, mou, fade, lent… et il faudra attendre la fin du concert pour que le groupe se penche sur ses premières productions et redonne un coup de fouet à son set, un peu tard.
 
Deep Purple :
Tête d'affiche de ce premier jour de festival, et légende incontestable du Rock au sens le plus large possible, Deep Purple rassemble bon nombre de chroniqueurs de Metalorgie, certains pour une heure et demi de passion béate, d'autre pour quelques titres en mode curieux. La Mainstage 1 s'est dotée d'un grand écran en fond de scène, qui diffuse des images du groupe différentes des écrans sur les côtés de la scène, détail non-négligeable vu l'affluence énorme autour de Deep Purple... Les Britanniques ouvrent leur set avec quelques titres récents, et même s'il est évident qu'ils ont une super forme et qu'ils n'ont toujours pas d'arthrite (surtout Don Airey aux claviers, LE virtuose de la journée), on sent que quelque chose cloche... C'est tout simplement que ce ne sont pas ce que les gens attendent de Deep Purple (même s'ils ont le bon goût de choisir des titres intéressants comme The Surprising ou Birds Of Prey, qu'on avait déjà salués dans notre chronique). C'est d'abord Strange Kind Of Woman, premier classique à être joué qui réveillera l'ardeur de la foule, puis Lazy, tous deux distillés au milieu d'une heure de morceaux récents. Puis vient le le final, une demi-heure de grands classiques incontournables : Perfect Strangers, Space Truckin', Smoke On The Water, Hush (avec l'ajout d'une bataille de solos entre Don Airey et Steve Morse) et Black Night...
 
Obituary :
Direction Obituary pour se réchauffer les esgourdes à coups de Death Old School. Sans surprise, les Américains livrent un live calibré où les vieux morceaux ont une place de choix. Avec une Altar bien remplie, les Slowly We Rot ou Chopped In Half trouvent un écho chez beaucoup de fans. Ralentissements, lourdeur des riffs, batterie tirant par moments sur le Punk, rien de nouveau sous le soleil mais ces papas du Death ont une fois de plus ravi leurs fans avec talent.
 
Electric Wizard :
Doom Fuzz et pattes d'eph en coucher de soleil, Electric Wizard s'apprête à prendre possession de la Valley et le terme « possession » est faible. Il plane déjà une très forte odeur de marijane dans l’air alors que le groupe foule à peine la scène et que les lampes des amplis Marshall commencent à chauffer. "Hear me, Lucifer !" Un Black Mass à réveiller les morts ne tarde pas à s’emparé du public sur fond de projections nsfw psyché-erotico-sanatico-sadomaso. Le son des anglais, très élevé comme à leurs habitudes, est très bien maîtrisé jusqu’au terme de l’heure de set accordé au combo clôturé comme en 2014 par Funeralopolis.
 
 
Marduk :
Au détour de la Temple, Marduk crie toute sa haine et déploie son imagerie guerrière à qui veut l'entendre. Rien de surprenant pour qui connaît un tant soit peu l'ardeur des Suédois. Bon, c'est méchant, pas très fin et la batterie est un peu trigguée, mais pour qui recherche une dose de Black rentrée dans le crâne à coup de Panzer, le show fait l'affaire sans extras particuliers.  
 
Rancid :
...And Out Come The Wolves est un album qui a régulièrement tournée sur ma platine il y a quelques années. Sans être un connaisseur de Rancid néanmoins, leur venue au Hellfest s'annonçait comme un des moments fort sur la partie Punk du festival. Et le contrat est remplit, le groupe va jouer anciens les titres (dont beaucoup de And Out Come The Wolves) et deux ou trois récents. L’énergie est là, le groupe semble s’éclater sur scène même si la machine est bien huilée. Bonne ambiance, énergie : Rancid donc?
 
Autopsy :
Autopsy n'est pas une tête que l'on voit souvent dans nos contrées, pas d'excuse pour rater les garçons bouchers du Death-Doom en cette fin de soirée. « We are Autopsy and we play Death Fucking Metal » : Chris Reifert annonce la couleur du haut de sa batterie et entame les hostilités. Et le sieur et ses sbires nous ont réservé un grand écart discographique, allant de Severed Survival en passant par Mental Funeral pour aboutir sur le dernier EP Skull Grinder. Quelque peu taquin avec l'audience éparse et un peu engourdie, le leader n'aura de cesse d'envoyer pain sur pain derrière les fûts tout en haranguant la foule de sa voix grasse. Tu t'endors un peu avec les pavés Doom-Death et leurs mélodies lugubres ? Compte sur Autopsy pour te caler des départs en trombe foutrement idiots mais efficaces qui font simplement remuer la tête sans réfléchir malgré la fatigue. Accompagnée d'un son très correct, cette rareté scénique aura fait son effet malgré une affluence injustement basse.  
 
In Flames :
Ne nous voilons pas la face : les deux derniers albums d'In Flames sont insipides, pour rester poli. L'épreuve du live avait tout pour effrayer, d'autant plus qu'on découvre que le groupe est agrémenté d'un claviériste full hipster, mais le groupe s'en sort finalement extrêmement bien. Les récents titres fades sont boostés par l'énergie de la scène et réussissent presque à passer inaperçus au milieu des vieux titres joués (Cloud Connected, Only For The Weak... même Deliver Us passe crème !). Seul bémol, le hit Take This Life, joué en toute fin de concert, est le titre de trop pour Anders Fridén. Son chant, vraiment en place sur le reste du set, était une preuve que l'évolution musicale du groupe n'est pas liée à la perte de ses capacités de screameur. Mais la fatigue d'une heure intense doit avoir eu raison de lui, et les refrains de Take This Life sont méconnaissables... Malgré tout, le groupe partait de loin et la surprise est très bonne pour clore ce premier jour.
A peine le show d’In Flames terminé que résonne dans les haut-parleurs des Mainstages le célèbre Black Hole Sun de Soundgarden. Un hommage non dissimulé à Chris Cornell qui nous a quitté il y a déjà un mois de cela.
 
The Damned :
"We are The Damned. Fuck brexit." C’est au punk-gothic de The Damned qu’il revient cette année de résonner sur la Warzone pour clôturer cette première journée. Les anglais, et tout particulièrement leur claviériste fou qui ne tient pas une seconde en place, déploient une forte énergie pour maintenir éveiller les festivaliers qui sont venus en nombre assister à leur prestation. Sous le regard de sa statue qui surplombe le côté Punk/Hardcore du festival, le combo londonien dédie Love Song, morceau d’ouverture de l’excellent Machine Gun Etiquette, à feu Lemmy Kilmister.
 
 
Le top 3 des chroniqueurs présent :
 
Bacteries : Subrosa, Rancid, Deep Purple
Pentacle : Subrosa, Electric Wizard, Verdun
Max : Cryptopsy (1er ex-aequo), Powerwolf (1er ex-aequo), Autopsy
Zbrlah : Devin Townsend Project, Deep Purple, Myrath
Meo : Electric Wizard, Monster Magnet, Red Fang
Nonohate : Cryptopsy, Electric Wizard, Autopsy
Julien : Rob Zombie, Behemoth, Avatar
 

Vendredi 16 juin 2017

Devin Townsend et Steve Vai seront réunis pour la première fois depuis 25 au festival Starmus Festival IV: Life And The Universe, qui aura lieu du 18 au 23 juin en Norvège.

Mardi 13 juin 2017

Mikael Åkerfeldt (Opeth, Storm Corrosion, ex-Bloodbath) a dévoilé qu'il était en discussion avec Devin Townsend et d'autres musiciens pour monter un nouveau projet. Affaire à suivre...

Samedi 10 juin 2017

Comeback Kid signe chez Nuclear Blast et balance un nouveau morceau, Absolute, sur lequel le groupe convie monsieur Devin Townsend. C'est que ça se passe.

Jeudi 16 mars 2017

Devin Townsend a partagé des souvenirs de ses débuts en tant que chanteur de Steve Vai : lors d'un passage à la télé ricaine (chez Jay Leno) il a décidé de se raser les cheveux, les sourcils, d'acheter des fringues moches, de s'écrire le nom d'un porte sur tout le corps et de chanter comme ça, pour faire chier tout ce cirque. En plus de leur performance live, Devin a aussi pris plein de photos dans une pièce backstage, dont une où nu il se cale un téléphone entre les fesses (et oui cette photo existe vraiment).
Et vous pouvez voir la vidéo de cette prestation ici.

Mardi 21 février 2017

The Devin Townsend Project, Tiamat, Walls Of Jericho, Swallow The Sun, God Is An Astronaut, The Crown, Birds In Row, Zhrine, Oceans Ate Alaska et Vision Of Disorder rejoignent l'affiche déjà copieuse du Brutal Assault Festival qui aura lieu du 9 au 12 août à la forteresse de Josefov en République Tchèque.

Mercredi 15 février 2017

Live Report : Devin Townsend, Between The Buried and Me et Leprous réunis sur la même affiche, il n'en fallait pas moins pour nous faire accourir au Bataclan. Retour sur cette soirée du 31 janvier ici.

Mercredi 08 février 2017

La programmation du Be Prog, My Friend ! 2017 s'est considérablement étoffée. En effet, se sont notamment ajoutés à l'affiche Devin Townsend, qui y jouera pour l'occasion son album culte Ocean Machine en entier. On y trouve aussi Leprous, qui jouera un concert avec des chansons choisies par les votes des fans. L'affiche actualisée est disponible ici.

Pour rappel, le Be Prog ! My Friend est un festival en plein air de rock/metal progressif, se tenant à Barcelone pour la quatrième année consécutive. L'édition 2017 aura lieu du 30 juin au 1er juillet, toujours dans le beau village historique Poble Espanyol. Retrouvez toutes les infos sur le festival à cette adresse.

Mardi 07 février 2017

Leprous et Devin Townsend s'ajoute à l'affiche du Be Prog! My Friend Festival. Par ailleurs, ce dernier y interprétera Ocean Machine: Biomech dans son intégralité.

Jeudi 02 février 2017

Alors que Leprous jouaient au Bataclan hier soir en compagnie de Devin Townsend et Between The Buried and Me, nous avons appris du chanteur que les norvégiens avaient presque terminé d'enregistrer leur cinquième album. Il a encore une fois été principalement composé par Einar Solberg et devrait sortir début 2018.

Mardi 27 décembre 2016

Continuez de voter pour vos albums de l'année! Voilà quelques noms sorties cette année (ceux avec * n'ont pas encore assez de note pour faire partie du top) :
- GojiraMagma
- The Lumberjack FeedbackBlackened Visions*
- David BowieBlackstar
- SubrosaFor This We Fought The Battle Of Ages*
- Animals As LeadersThe Madness Of Many
- Russian CirclesGuidance*
- ArchitectsAll Our Gods Have Abandoned Us
- Evergrey -  The Storm Within*
- Devin TownsendTranscendence
- Anaal NathrakhThe Whole Of The Law*

Mercredi 30 novembre 2016

Et voilà l'affiche complète de l'édition 2017 du Hellfest qui se déroulera les 16-17-18 juin à Clisson (44) : Deep PurpleAerosmith, Linkin ParkProphets Of RageFive Finger Dead Punch, Slayer, Airbourne, Rob ZombieAlter Bridge, Steel Panther, Apocalyptica, In Flames, Ministry, SabatonTrust, SaxonWASP, Kreator, Emperor, Devin Townsend Project, Opeth, Coroner, Autopsy, Obituary, Alestorm, Behemoth, WardrunaRacidDamned, Suicidal Tendencies, Primus, Electric WizardBlue Oyster Cult, Clutch... Et tant d'autres à découvrir ici !
Et comme indiqué dans notre liste de noël spécial metal : pour avoir un pass 3 jours il faut commander un pass 3J + Bus ici (ou attendre des reventes via Zepass), les places à la journée seront elles à la vente en 2017.

Mardi 29 novembre 2016

Et voilà l'affiche complète de l'édition 2017 du Hellfest qui se déroulera les 16-17-18 juin à Clisson (44) : Deep PurpleAerosmith, Linkin ParkProphets Of RageFive Finger Dead Punch, Slayer, Airbourne, Rob ZombieAlter Bridge, Steel Panther, Apocalyptica, In Flames, Ministry, SabatonTrust, SaxonWASP, Kreator, Emperor, Devin Townsend Project, Opeth, Coroner, Autopsy, Obituary, Alestorm, Behemoth, WardrunaRacidDamned, Suicidal Tendencies, Primus, Electric WizardBlue Oyster Cult, Clutch... Et tant d'autres à découvrir ici !
Et comme indiqué dans notre liste de noël spécial metal : pour avoir un pass 3 jours il faut commander un pass 3J + Bus ici (ou attendre des reventes via Zepass), les places à la journée seront elles à la vente en 2017.

Samedi 15 octobre 2016

Devin Townsend Project  vient de partager le clip d'une de leurs nouvelles chansons. ça s'appelle Stormbending et c'est dispo en ligne ici.

Lundi 03 octobre 2016

Playlist : Le mois de septembre est généralement assez chargé pour tout le monde, et passer à côté d'une chronique est vite arrivé. Heureusement, notre playlist mensuelle est sortie, séance de rattrapage avec Neurosis, Devin Townsend, A Forest Of Stars et bien d'autres par ici. Pour retrouver les mois précédents, par là. Bonne écoute !

Jeudi 29 septembre 2016

Chronique avec Devin Townsend - Transcendence : "Chaque morceau laisse l’auditeur soufflé et admiratif comme à la fin d’un grand spectacle. Pourtant malgré tout, il devient difficile de s’accrocher à cette œuvre qui manque d’aspérités et d’irrégularités." [...]

Vendredi 23 septembre 2016

Le dernier bébé de Devin TownsendTranscendence, sorti il y a deux semaines, s'écoute en intégralité dans la suite.

Dimanche 11 septembre 2016

Korn a repris "We Care A Lot" de Faith No More (pour une compilation de Metal Hammer). Le titre a été enregistré il y a 10 ans pour un album de reprises, mais cela ne s'est pas concrétisé.
Un court extrait est disponible ici, on retrouvera sur cette compilation d'autres noms qui feront également des reprises comme Asking Alexandria (pour un titre de Slipknot), Devin Townsend (pour du Accept), Katatonia qui reprend du Judas PriestMammoth Weed Wizard Bastard qui reprend du Napalm Death, ...

Jeudi 08 septembre 2016

Transendence, le prochain Devin Townsend Project, sort vendredi, un titre "Secret Science" est en écoute. Vous pouvez commander l'album ici.

Lundi 22 août 2016

Nouvel extrait pour The Devin Townsend Project (avec... Devin Townsend) de leur prochain album, Transcendance, prévu le 2 septembre. Retrouvez "Secret Sciences" dans la suite

Lundi 08 août 2016

Nouveau morceau pour The Devin Townsend Project (le projet de Devin Townsend, comme vous l'aviez surement deviné) extrait de l'album Transcendence à paraître le 2 septembre. Le titre s'appelle "Failure" il se découvre dans la suite

Lundi 04 juillet 2016

Le Devin Townsend Project sera en France l'année prochaine, accompagné de Leprous et Between The Buried and Me.
Ouverture de la billetterie aujourd'hui à 12h00 :
- 31/01 - Paris, Le Bataclan : Digitick
- 01/02 - Bordeaux, Rock School Barbey : Digitick
- 05/02 - Marseille, Le Moulin : Digitick

Jeudi 19 mai 2016

Un nouvel album du Devin Townsend Project est prévu pour le 2 septembre. Il aura pour titre Transcendence et vous pouvez admirez l'artwork sur la page dédié à l'album.

Jeudi 07 avril 2016

L'autobiographie de Devin Townsend, intitulée Only Half There, sortira accompagné d'un CD intitulé Iceland. Voilà une photo du contenu, et vous pouvez le commander ici.

Mardi 29 mars 2016

Devin Townsend est entré en studio et il a notamment convié le bassiste Adam Nolly Getgood (Periphery) avec lui.

Mardi 08 mars 2016

Le prochain album de Katatonia s'intitulera The Fall Of Hearts et verra le jour le 20 mai prochain chez Peaceville Records. Sa pochette est visible sur la page du groupe. C'est Jens Bogren (Opeth, Ihsahn, Devin Townsend) et Karl Daniel Lidén (Switchblade, The Ocean, Greenleaf) qui se sont chargés du mixage et du mastering au Fascination Street Studios.

Samedi 05 mars 2016

Akroma (Black Metal Symphonique) changent de batteur avec l'arrivée de Dirk Verbeuren (Soilwork, ex-Aborted, ex-Devin Townsend). Le nouvel album du groupe est attendu pour la fin d'année.

Lundi 21 décembre 2015

C'est le 15 janvier que sortira le projet de Devin Townsend et Ché Aimee Dorval : Casualties Of Cool. Le double cd sera accompagné d'un dvd live enregistré à l'Union Chapel de Londres.
Un extrait vidéo, Daddy, se découvre dans la suite.

Mercredi 16 décembre 2015

Devin Townsend et Steve Vai travaille actuellement sur un projet. Une première collaboration entre les deux avait déjà eu lieu dans les années 90. 

Jeudi 12 novembre 2015

Casualties Of Cool, un des projets de Devin Townsend, a mis en ligne le clip de Mountaintop. Le titre est extrait du premier album du groupe sorti en 2014, celui ci sera réédité début 2016 (le 15/01) avec un DVD bonus (contenant un live). Si vous ne voulez pas attendre et avoir la première version on la trouve à ~9€ ici.