Albums du moment
Pochette Quadra
Pochette Lokabrenna Pochette The Fallen Crimson
Chroniques
Pochette Bloem
Pochette Sisyphus
Pochette The Cabinet of Numinous Song
Pochette L'Ennui Pochette Cairn

logo Defiance, Ohio

Biographie

Defiance, Ohio

Ryan Woods - basse, chant
Geoff Hing - guitare, chant
Will Staler - guitare, harmonica, batterie, chant
BZ - violon, batterie, chant
Sherri Miller - banjo, guitare, chant
Theo Hilton - batterie, guitare, chant

Comme son nom ne l'indique pas, Defiance, Ohio naît à Bloomington (Indiana) en 2002. Fidèle à l'esprit DIY, le groupe se fait fort de sortir ses skeuds en autoproduction ou à travailler avec des petits labels tels que Anti-Creative ou Plant-It-X. sur lesquels sont édités en 2004 deux splits en compagnie de Ghost Mice et de One Reason. Defiance, Ohio se permet même de laisser ses productions en libre téléchargement sur son site internet, ce qui ne l'empêche pas d'écouler 7000 copies de son premier album, Share What Ya Got.
Depuis 2006, le groupe fait partie du catalogue de No Idea Records (Planes Mistaken For Stars, The Holy Mountain, Grabass Charlestons) chez qui sort The Great Depression suivi, deux ans plus tard, par The Fear The Fear The Fear.

The Fear, The Fear, The Fear ( 2008 )

Après un très surprenant The Great Depression, sorti il y a deux ans, Defiance, Ohio réépaule les violons, décapsule les bières et repart pour une demi-heure de bon temps, comptines et sing-alongs en tout genre. Toujours en roue libre le combo d'Indianapolis n'a pas besoin de se renouveler, de placer son intérêt musical dans l'expérimentation, pour trouver une quelconque raison de jouer. C'est du moins une question qui ne se pose pas tant le groupe trouve toujours les ressources pour nous balancer un fagot de titres tous plus inspirés les uns que les autres. The Fear The Fear The Fear n'est ni plus ni moins qu'une petite bombe à écouter sans modération. Au milieu de folk punk songs aux rythmes catchy ("Can't Stop, Won't Stop", "The List") qui nous donneront, à coup sûr, l'envie de sautiller bretelles en avant, les trublions trouvent tout de même le temps de sortir les mouchoirs pour un mélancolique "Now Now Now" où le violoncelle de Sherri Miller vient s'étendre sur le violon de BZ, mais surtout d'un poignant "The Condition" qui en dit long sur les capacités de songwriting du groupe.
On pensait Defiance, Ohio entièrement dévoué à la cause unplugged. The Fear The Fear The Fear marque toutefois une légère césure avec les précédents opii, en mettant davantage de hargne et de peps dans certaines compositions. "The Years, The Fears, The Sleep", "Oh Chéri" et surtout le furieux "Expect the Worst" inoculent une bonne dose de punk électrique à l'ancienne dans le genre de Against Me! permettant à l'oeuvre de s'achever en trombe.

Ajouté à celà des textes toujours aussi naturels et finement écrits, un engagement politique et humain qui les pousse à mettre leurs albums en téléchargement libre et à reverser une partie des donations de The Fear The Fear The Fear à des associations de détenus, et voux conviendrez de la bonne affaire que constitue ce nouvel épisode de Defiance, Ohio.

Tracklist : 1. Can't Stop, Won't Stop; 2. The List; 3. The Things We Won't Let Settle But Let Set; 4. The Condition; 5. Eureka!; 6. Now, Now, Now; 7. Anxious And Worrying; 8. The Years, The Fears, The Sleep; 9. Oh, Cheri; 10. Expect The Worst.

A écouter : Expect the Worst, The Condition.
16 / 20
1 commentaire (19/20).
logo amazon

The Great Depression ( 2006 )

A peine un groupe présente t-il de vagues similitudes avec un style qu'il y est intégré ipso facto. Ces derniers temps, c'est notamment le cas de ceux qui ressemblent de près ou de loin à Flogging Molly ou Dropkick Murphys, immédiatement recrutés au sein de l'écurie celtic-folk punk. Defiance, Ohio, qui signe cette année son second album, démontre que les apparences sont parfois trompeuses.

Il est vrai que l'atmosphère générale de The Great Depression, premier album du groupe de l'Indiana à sortir chez No Idea, avait de quoi induire en erreur. Contrebasse, violon, guitare folk, harmonica et batterie, s'y enchevêtrent dans une telle frénésie que l'on s'attendrait presque à en ressentir vapeurs d'alcools, excès de sudation et démonstrations d'hystérie, autant de phénomènes familiers des ambiances festives des formations précitées. Pourtant, même si certains morceaux ont énormément de mal à cacher leur filiation avec la musique folk, et notamment country ("The New World Order", "Lambs at the Slaughter"), l'essentiel de l'album se situe dans un esprit punk rock et une démonstration plutôt proche d' Against Me! ou de The Lawrence Arms.  
On assiste ainsi à un déferlement d'énergie brute où tout le monde se lance à corps perdu dans des sing-a-long démentiels, ultra riches au niveau des harmoniques, où la déferlante des guitares s'y trouve parfois atténuée par un coup d'harmonica ou de violon. Alternant partie grasses qui n'ont rien à envier à leurs homologues électrifiées et parties plus légères empreintes d'une mélancolie peut-être un peu plus soutenue que sur Share What I Got  ("The Year", "Grandma Song"), Defiance, Ohio parvient toujours à trouver l'assemblage parfait pour maintenir l'intêret de The Great Depression à son plus haut niveau, sans tomber dans la facilité.
Même si la formation de l'Indiana fait preuve d'un incontestable talent de composition, son atout numéro un réside dans cet éventail de voix à sa disposition. Tous les membres de Defiance, Ohio étant préposés au chant, la particularité des compositions réside donc dans cette alternance de timbres clair, éraillé, rauque, auquel s'adjoint la voix féminine de Sherri, bien dans la tradition des chanteuses country. En se superposant, ces voix donnent parfois l'impression d'assister à une discussion de bistrot où sont abordés de nombreux sujets de la vie quotidienne, traités sur un mode non dénué d'ironie voire de cynisme ("Petty Problems", "The New World Order").

Au final, bien que d'apparence très quelconque, on se laisse rapidement saisir par l'intelligence de l'oeuvre, de l'interprétation et de l'osmose qui semblent régner au sein de Defiance, Ohio. De "Petty Problems" à "Condition II:II", The Great Depression déroule un punk chaleureux et honnête, sorte d'incitation à la banane qui nous consolera à l'heure d'entrer dans les jours sombres et humides de l'hiver.

Télécharger : "Oh Susquehanna"

A écouter : Petty Problems, Oh Susquehanna, Grandma Song.