Titre : Lost Ground Année : 2009
Nombre de titres : 6
Acheter : logo amazon
Label : Bridge Nine Records
Collection : 11 membres possèdent cet album.

Moyenne lecteurs : 17.9/20 (10 avis dont 9 avec commentaire)


Ecouter l'album :

Laisser votre avis

Commentaires

Musi 19 / 20 Le 25/02/2011 à 00H54

Simplement le meilleur album de l'année 2009. Un album qui habite pendant longtemps après l'écoute, et dont on ne se lasse pas. Il faut absolument l'écouter en lisant les paroles, en se plongeant plus profondément dans l'univers de cet "album concept" brillant.

malokoxice 18 / 20 Le 31/12/2009 à 13H54

Travels était un grande claque, avec Lost Ground on prend une grande mandale en plein gueule!
Dès la première écoute on en prend plein les oreilles, avec des passages assez violent, des passages plus calmes, des changements de rythmes, mais toujours avec cette douleur et cette puissance énorme.
Lost Ground est plus varié que Travels, et chaque morceau apporte vraiment quelque chose.
A écouter de toute urgence!

artificier 18 / 20 Le 23/12/2009 à 18H38

J'aurais commencé par écouter un premier morceau sur leur myspace pour découvrir Defeater. Le morceau me semble assez imbuvable (rythme rapide punk, voix criarde) et je finis par découvrir la chanson avec ses paroles. Grosse baffe.
Je fonce sur iTunes, achète l'EP et me plonge totalement dans les lyrics.
Cela fait maintenant une semaine que je suis accro. Il suffit de me laisser avec les 6 chansons d'affilée pour que les me larmes viennent naturellement sur A Wound and Scar ou la dernière minute de Beggin' in Slums.
Je n'ai jamais ressenti une telle vérité dans toute la musique que j'ai écouté jusqu'à présent. Certaines chansons pouvaient me toucher jusqu'alors, mais arriver à le faire avec un EP entier, c'est juste extraordinaire.
Je me suis téléchargé (illégalement) leur premier album, et là j'enchaine sur une 2e claque. J'ai décidé de commander album et EP sur leur merchandising US et de profiter du package pour finalement faire entrer Defeater et sa rage de vivre, son désespoir ambiant et sa force de description dans ma maison.
J'ai l'impression qu'on pourrait confier n'importe quelle vie humaine à ce groupe pour qu'il la déroule et l'expose au monde entier et de la plus belle manière qui soit. Je suis définitivement sous le choc, moi qui apporte beaucoup d'importance aux lyrics, je me suis pris une véritable claque mentale...

followzepony 17 / 20 Le 22/12/2009 à 13H46

Merci pour cette chronique! ep excellent est vraiment au dessus de l'album pour ma part!

Craipo 16 / 20 Le 14/12/2009 à 23H45

Après quelques écoutes je continue de penser que l'album est peut être un tout petit peu au dessus, probablement car il bénéficie de l'effet de surprise, mais ça reste globalement super bon. Voire même assez largement au dessus du niveau moyen de la scène à l'heure actuelle (maintenant que Verse et Have Heart sont partis). D'un autre coté Lost Ground a l'énorme avantage d'être une sorte de condensé du talent aperçu il y a quelques mois. Le genre de sorties destinée à tourner en boucle rien qu'en raison de sa durée, et parce que c'est bon, très bon: intelligent, inventif, super bien ficelé et, en prime, très efficace (Singin' New York Town!!). Après une première approche pas forcément des plus heureuses l'an dernier, je place très clairement beaucoup d'espoir dans cette formation. Travels n'était pas un heureux accident et Lost Ground est loin d'être une collection de faces B. Au delà de la hype, ce gros quart d'heure pourrait changer beaucoup de choses. Time will tell.

ALEX57380 18 / 20 Le 14/12/2009 à 21H29

D'habitude, le HxC m'accroche mais ne m'excite pas plus que ça.
Pourtant, cet EP a été un déclic, comme si je me retrouvais dès le premier morceau plongé au coeur d'une histoire(malheuresement trop courte) où se succèdent péripéties et coups de théatres pour se terminer sur un bel épilogue.

Romtar 18 / 20 Le 14/12/2009 à 19H02

Waoh! Frissonnant avec les lyrics sous les yeux, au bord des larmes... merde jamais un groupe ne m'aura procurer des sensations pareil. Tout simplement parfait.

Seb_PunkHxC 17 / 20 Le 14/12/2009 à 05H53

Magique , on peut encore être ému par le HxC en 2009

Oxymor 19 / 20 Le 18/11/2009 à 12H41

Defeater. Le seul nom de ce groupe marque les bases: du Hard Core empreint d'une puissance fulgurante, l'énergie du desespoir. Après un Travels remarqué et franchement remarquable, ces 5 gars de Boston remettent ça avec un extended play dans la continuité de leur premier album.

Concept EP si l'on peut dire, le groupe a choisi en effet de se calquer sur le modèle de Travels, en concoctant un skeud avec une unité propre, racontant une histoire, comme une biographie. Six titres. Six fragments d'une vie racontée de la meilleure manière qu'il soit.

Lost Ground, une histoire tragique, une de plus, celle d'un soldat n'ayant plus rien à perdre. Alors que le narrateur de Travels voit sa vie déchirée par les liens familiaux, celui de Lost Ground, tout aussi marqué, se verra sauvé de la mort grâce elle. Et malgré lui.
D'ailleurs, il ne serait pas impossible que les deux histoires se croisent (mêmes années 1940 à 60), comme le point de vue de deux êtres perdus, ignorant l'existence de l'autre, mais pourtant si proches... On retrouve ainsi pas mal d'éléments forts de Travels. "The Red, White and Blues" pose les marques. Outre la famille, on retrouve naturellement ici la déchéance, l'apparente solitude, le blues, mais surtout l'errance (Home ain't Never Home), la lâcheté et la mort, tout ça sur un background religieux parfaitement vain, poussant la mélancolie dans ses derniers retranchements. Les lyrics sont donc de très bonne facture quand on a aimé le voyage du premier opus. Aussi la fin de l'histoire est moins suggestive que pour Travels, mais le pathos opère toujours, on reste en suspend, magistralement.
Et d'aucun diront que les dernières secondes du final de Lost Ground rappelle les accords du "Prophet in Plain Clothes" de Travels... Et si Lost Ground était l'histoire de ce gars et de sa guitare ?

Toutefois, Lost Ground se démarque légèrement de son ainé. Ainsi, le son se fait un peu moins brut, avec des passages plus léger pour ne pas dire aériens, un poil plus mélodique même, pour finalement exploser comme il faut (A Wound and Scar). Peut être regrettera-t-on l'absence du backing vocal d'un des deux gratteux, si plaisant sur Travels (les paroles du prêtre dans Cowardice). Mais le chant de Derek, sans cesse à la frontière du gueulage demeure un des points forts du groupe, c'est toujours aussi bien maîtrisé. D'ailleurs, chaque instrument à la part belle avec ce groupe, sans pour autant donner dans le cafouillage généralisé, la prod' y est pour beaucoup, elle est simplement excellente.

Certains riffs en apparences simple, parfois dérangeant -aigus voire stridents- (The Bite and Sting, Singin' New York Town) sont en réalité d'une très grande efficacité et s'enchaînent comme il faut avec les autres parties de la chanson. La fin de Singin' NY Town est superbe, et amorce à la perfection Beggin' in the Slums, apothéose toute en retenue en premier lieu, agrémentée de discrets solos bluesy à souhait: savoureux.

On l'aura tous compris. Bien que récent, Defeater à tout d'un grand groupe. L'année 2009 est riche en production de qualité dans le domaine du Hard Core (The Hope Con', Pulling Teeth, Rise & Fall, Kickback, Converge, etc.) et malgré tout, Defeater avec son petit EP trouve largement sa place grâce à ce Lost Ground.
Bridge9 Records livre là une petite perle, il serait dommage de passer à côté. Si Travels fait parti de vos coups de cœur 2008/2009, foncez sur le site du label pour se procurer ces six titres accrocheurs dés la première écoute: plus qu'une claque, c'est un véritable passage à tabac d'une vingtaine de minute.

" I found my hope, I finally found my hope in the poor lost soul's eyes that were burnin' just like mine. "