logo Deep Sleep

Biographie

Deep Sleep

Tony Pence - chant
Darik Sater - batterie
Mike Stearns - basse
Nick Vance - guitare

Deep Sleep, quatuor formé à Baltimore sur les cendre de Never Enough où évoluaient Tony et Nick, sort son premier ep 7", 9 titres, You're Screwed, en 2006 chez Grave Mistake Records. Il sera suivi de deux autres ep 7", Manic Euphoria (2008) et Paranoid Futures (2009). Le label compilera ensuite ces trois réalisations sous le titre Three Things At Once (mars 2009). Le groupe partage la scène avec notamment Strike Anywhere, The Loved Ones, Cro-Mags, Paint It Black et Dillinger Four.
Le premier album de Deep Sleep, Turn Me Off, sort en février 2011. Il est suivi en juin d'une tournée européenne.

Chronique

15.5 / 20
1 commentaire (15/20).
logo amazon

Turn Me Off ( 2011 )

Lors d'une première écoute, Turn Me Off n'offre rien de particulier : un disque fortement influencé par la scène hardcore californienne des eighties, sympa! Mais une écoute plus attentive révèle une réalisation des plus attractives et explosives.

Certes, les ombres de Black Flag, Descendents, The Germs ou autres Angry Samoans planent sans cesse sur Turn Me Off mais Deep Sleep a su nuancer sa musique en y apposant des touches plus variées. Ainsi, "Be With You", avec son rythme haletant s'apparente à un Suicidal Tendencies de la première heure ; "Turn Me Off" ou "Destroy Everything", plus raides, rappellent les débuts du Youth Crew et des groupes tels Uniform Choice. Une certaine légèreté imprègne l'ensemble de l'album grâce à des circonvolutions mélodiques fleurant Hot Water Music ou Samiam, notamment sur le suave "Slow Down". Les compos sont courtes, variées, le plus souvent mid-tempo, parfois plus rapides, mais toujours efficaces car Deep Sleep pétille d'énergie et de vivacité, enchaînant des titres catchy dont certains carrément tubesques ("Turn Me Off", "Nothing Inside") ; de ces titres dont on a envie de reprendre le refrain en chœur, les fourmis dans les membres, le sourire aux lèvres, la contestation à l'âme.
Nul doute que les fées du hardcore se sont penchées sur le berceau de Deep Sleep, car outre le talent, le groupe, à l'instar d'un Government Warning, a su trouver la formule pour sonner tout ce qu'il y a de plus moderne tout en plongeant dans les racines du genre.

Un premier album convaincant, solide et réussi qui accompagnera agréablement l'été et un groupe séduisant avec lequel il faudra désormais compter. Encore une belle découverte signée Grave Mistake Records.

P.S. : un conseil pour tous ceux qui comme moi auront le poil et les cheveux qui se hérissent à la première écoute des petits "whooo...whooo...whooo...", "aaah...aaah...aaah..." : persistez car ils ne sont finalement pas si dérangeants.

Turn Me Off est en stream sur le bandcamp de Grave Mistake Records.

A écouter : urn Me Off, Nothing Inside, Destroy Everything, Head Spins