logo Dédales

Biographie

Dédales

Film français (un thriller), realisé par René Manzor (qui a déjà realisé Le Passage ou 3615 Code Père Noël) il offre une BO assez exeptionnelle; composé de groupe métal, rock, hardcore français avec énormément d'inédit cette BO dépasse (et de loin) les compilations tels que Frenchcore, NU-K.O. & Cie...

Chronique

15 / 20
3 commentaires (14.67/20).

Dédales ( 2003 )

Une BO métal, on se dit : « encore une ! » D’un film français. Ah ? « Tiens c’est déjà moins courrant. » Avec des groupes français. « Là ça devient intéressant ».
En effet à l’instar des BO américaine qui aligne une flopé de groupes métal pour bon nombre d’entre eux, parfois intéressante comme celle de Spawn ou beaucoup moins pour le ¾ c’est tout de même devenu une mode et une habitude outre atlantique, mais ici le métal n’est pas aussi présent sur les ondes que là bas et cette initiative est déjà louable.
Mais une fois écouté on ne peut que féliciter un peu plus encore cette initiative. Cette BO qui n’est pas composé, comme indiqué, de titres inspirés du Film mais de titre déjà réalisés ou à venir, mais leur choix et leur enchaînement est extrêmement bien fait.
Tout commence avec Enhancer et Bug, étrange j’ai aimé le morceau, peut-être grâce à l’absence de chant, en tout cas Enhancer me surprend sur ce titre (extrait de leur prochain album : Street Trash) et me fait une très bonne impression, peut être que ce Street Trash saura satisfaire mes oreilles finalement.
Vient ensuite un extrait de la bande son du film, composé par Jean Félix Lalanne (le frère de Francis), oppressant et qui ne fait absolument pas tâche, et sur le premier extrait Lambert Wilson vient poser sa voix.
Vient ensuite une très bonne découverte : Shakaponk qui délivre un mélange électro métal des plus efficace, très bien fait, et dire que ce groupe n’a pas encore sorti d’album, ça promet ; un nouveau groupe à suivre.
On zappera la prestation de Tripod avec un Nega et ses chœurs mal venue, dommage le morceau comporte tout de même de bon passage.
Enchaînement tout naturel avec Watcha et une nouvelle version (quoi que bien similaire) de Borné.
Et là Nostromo, oui il fallait oser faire suivre Borné de Watcha et Sunset Motel de Nostromo, mais qu’est ce que ça passe bien ! La fureur de Nostromo est dévastatrice, quasi jouissive, impressionnante… Une montée en puissance crescendo qui finit en apocalypse musicale.
Vient ensuite un nouvel enchainement fort bien sympathique avec Nihil, Sin, AqME et Sleepers. On ne dira pas tout le bien qu’on pense de Nihil ici, il se fait déjà tard, mais pfuuoooouuu…
Sin, populaire mais pourtant quasi anonyme, de l’électro rock impeccable dans la veine de VAST, rien à dire de plus, ceux qui connaissent ne pourront que confirmer, les autres vous savez ce qu’il vous reste à faire.
Après la beauté de The Day I Kill Myself : AqME, forcément on ne joue pas au même niveau mais le morceau passe plutôt bien juste avant Sleepers et un rock teinté d’électro qui ne sera pas sans rappeler parfois Nihil en version véner, forcément bon donc.
On passera également sur Pleymo qui semble avoir un abonnement (ou peut être une grosse maison de disque ? …) pour figurer sur toute les compilations avec du métal français.
On reste dans le néo métal avec NFZ et un Transposée qui ne pourra que nous impatienter avant la sortie de son album ; les éléments restent simples et n’innovent pas réellement mais NFZ possède un gros potentiel niveau puissance et énergie.
Vient l’une des grosses claques métal de cette année : Eths avec Autopsie, duo tout en hurlements dont on a déjà dit beaucoup de bien.
On repart dans les extrêmes avec un brelan aux as grâce à Gojira, Masnada et Dagoba. Gojira tout en puissance avec l’un des meilleurs titre de son dernier album. Masnada sont ici présent avec un remix de Mas 001 qui pour un remix sonne très très bien, les fans vont se régaler. Et le dernier de la série : Dagoba avec son métal aux grosses influences de Fear Factory, Machine Head mais rudement bien ficelé.
Et pour conclure cette BO riche en style et en talent : Appel Doorn ; calme et doué ; à l’écoute de ce titre l’on pourrait citer Björk ou encore Radiohead, de l’électro pop fort sympathique.

Une longue chronique pour revenir sur chaque morceau mais il le fallait, cette BO vraiment bien faites ne sonne pas comme un simple bonus pour accompagner la sortie du film mais bel et bien comme une compilation faites par des amateurs du genre. Un CD à acheter pour découvrir les sorties de ces prochains mois, ou tout simplement pour gaver sa chaîne hi fi de bons sons diversifiés.

A écouter : Shakaponk - Nostromo - Appel Doorn