Biographie

Dave House

Songwritter anglais (Kingston upon Thames) au background punk rock, Dave House commence son aventure solo après le split de Lucky Thirteen en 2003. Ancien bassiste de The Steal, il est actuellement guitariste de Pacer. Dave sort un premier album en 2004, Kingston's Current, puis enchaîne avec See That No One Else Escapes sur Runner Up Records (Hightide Hotel) en 2007. Un album qui affirme son talent et sa touche unique, quelque part entre indie pop, emo et punk rock. En 2009 sort Intersections, un disque plus classique que son prédécesseur et qui reste son dernier à ce jour.

Chronique

See That No One Else Escapes ( 2007 )

J'aurais pu, et normalement du, vous parler du dernier album solo de Dave HouseIntersections. Sorti en 2009, il s'agit d'un très bel album d'indie rock à l'inspiration folk. A la place, retrouvons nous autour de See That No One Else Escpapes. Sorti 2 ans plus tôt et découvert par le plus grand des hasards, car très gentiment offert avec un LP de Hightide Hotel, ce disque n'est ni plus ni moins qu'une pure merveille. Brillant de bout en bout, il retranscrit des histoires authentiques au travers de morceaux d'une humilité et d'une efficacité sidérantes. What else lorsqu'on s'appelle Dave House, qu'on a écouté du punk rock depuis le berceau et que l'on se ballade avec une simple guitare acoustique sous le bras ? Il ne pouvait en être autrement.

Bien qu'originaire d'Angleterre, c'est vers la tradition antédiluvienne et périlleuse du song writting d'outre Atlantique que Dave House confie son inspiration et ses aventures. Ce n'est pas pour rien si le gazier a partagé des disques et des scènes (peut être plus souvent des sous-sols) avec The Get Up Kids, Alkaline Trio, Against Me ou les inévitables Lifetime. Mais c'est peut être ce background atypique qui nourrit le feu sacré de Dave House. Cet album au visuel scotchant et rêveur se révèle être le témoin d'un moment de grâce chez Dave. Dessinant une route tortueuse, mais sans la moindre once d'hésitation, entre pop song à se damner ("Beep Beep (Hi Hi)"), emo rock sincère à ne pas trop écouter les jours de moins bien ("Trafalgar Square To Anywhere", "Medicine", "The Scottish Coast") et des moments vivaces remplis d'étincelles à faire des roulades pour un rien (l'ultra pétillant er irrésistible "Shiver" ou le très punk punk punk rock "All D's, No Future"), ce disque vient ébranler en nous souvenirs enfouis, routine et labeur quotidienne, désirs et rêves inassouvis (mais quid après cet album ?) avec une facilité de chaque instant car s'affranchissant du moindre voile intermédiaire. En somme, de la musique et des textes simples loin d'être simplistes. Définitivement à l'aise dans toutes les approches de sa musique, Dave ne se ferme ici aucune porte - piano et violon viennent côtoyer l'électricité des guitares - et c'est son chant adorablement pincé qui vient relier chaque épisode d'un fil conducteur touchant.

See That No One Else Escapes est le genre de disque ou chacun des titres semble meilleur que les autres. Il parle d'une voix à chaque fois différente tout en émanant quelque chose de rassurant. Quelque chose qui fait tout simplement réaliser que nous ne sommes peut être pas qu'un numéro dans la masse. Chaque histoire compte. En attendant, les 3 albums solo de Dave House, dont cet inoubliable See That No One Else Escapes, sont disponibles pour une poignée de £.

L'album est sorti en CD chez Banquet Records et c'est le premier LP, RUR001, sorti chez Runner Up Records (Hightide Hotel).

A écouter : Tout