Titre : Damage Done Année : 2002

Tracklist
1 - Final Resistance
2 - Hours Passed In Exile
3 - Monochromatic Stains
4 - Single Part Of Two
5 - The Treason Wall
6 - Format C For Cortex
7 - Damage Done
8 - Cathode Ray Sunshine
9 - The Enemy
10 - I, Deception
11 - White Noise/Black Silence
12 - Ex Nihilo
13 - Monochromatic Stains (Video Track)
Acheter : logo amazon
Collection : 15 membres possèdent cet album.
Moyenne lecteurs : 15.56/20 (8 avis dont 7 avec commentaire)


Laisser votre avis

Commentaires

JAJA1303j 13 / 20 Le 14/06/2016 à 17H57

Un peu déçu de celui-ci ! Il est plus linéaire que les meilleurs de DT..Mais ça reste quand même costaud, ce sont de bons musiciens !

Chap 14 / 20 Le 24/01/2009 à 09H14

je connais pas trop dt mais je trouve cet album un peu mielleux a la longue , trop de synthé ... les riffs sont bon , on rentre vite ds les chansons mais sa reste lineaire y a pas de surprise . Un bon album sans plus .

bégueule 19 / 20 Le 17/04/2007 à 17H47

L'album qui marque le plus du groupe selon moi, mais pas forcément le meilleur.
(peut-être parce qu'il est très mélodique)

Dark Funeral 18.5 / 20 Le 11/04/2007 à 02H26

super album toutes les musique a écouté final resistance,damage done,enemy etc..Un bon sens du rythme un bon album rien d'autres a dire..

Demented 14 / 20 Le 23/10/2006 à 19H04

C'est un bon album , y'a un petit coté Amon amarth je trouve ! C'est assez mélodique et sombre ... du death mélodique je califierai .. Un ptit 14/20 parce que je ne rafolle pas de ce cd non plus ( chaqun ses gouts )

Mano 16 / 20 Le 04/10/2006 à 12H55

Entièrement d'accord avec le commentaire précédent. Je n'en reviens pas qu'il n'y est pas plus chroniques pour un groupe aussi majeur que Dark Tranquillity. Bref, pour en revenir sur "Damage Done". Que dire de plus à part que c'est un bon disque ? Qu'il a su rassurer après le déçevant "Haven" ? C'est vrai, là on peut parler d'un retour aux sources (et ça sera encore plus le cas avec "Character", l'album suivant) et que ça fais vraiment du bien !

@lankazame 16 / 20 Le 11/01/2006 à 18H33

Aucune chronique de Dt sur un site tel que celui ci... Quelle pitié !

Dark Tranquillity est, en cette année 2002, déjà fermement imposé sur la scène death metal européenne, voir même internationale. Un groupe pourtant bien surprenant, à l’image de leur quatrième album, le lent et plutôt calme (à l’échelle du death, mélodique de surcroît, cela va de soi) Projector, avec de long titres intégrant beaucoup de chant clair et ramenant assez souvent les gros riffs au second plan. Son successeur, Haven, fut dans sa lignée en ce qui concerne les caractéristiques musicales, mais le chant était clairement revenu à un registre purement death… Cette fois ci, avec Damage Done c’en est bien fini des compos lentes et planantes de Projector et de son côté expérimental décalé, nous retournons à death mélo rapide, rageur et survolté, et retrouvons plusieurs mélodies ultra speed entêtantes et inoubliables, comme au bon vieux temps, comme sur le génial The Gallery, et autant vous le dire tout de suite, avec la maturité acquise par ce formidable groupe au fil des ans, la claque version 2002 est plus que douloureuse !

Tout d’abord nous pourrons observer un net changement au niveau du chant : les rugissements de Mikael Stanne sont plus graves, plus caverneux… Les intonations black ont quasiment disparu au profit d’un chant death rentre dedans et qui colle parfaitement avec le son monumental de ce sixième opus ! Et quand je parle de son monumental je pèse mes mots ! D’une incroyable richesse musicale, Damage Done allie guitares rapides aux mélodies inventives aux samples et claviers rafraîchissants de Martin Brändstörm dans un parcours épique au rythme haletant et soutenu ! L’excellent mixage met en avant un son lourd et imposant qui renforce un peut plus l’effet monumental de Damage Done.

Pour parler des titres en eux même, mais bon sang quel coup de pied au cul on reçoit à l’écoute des 12 merveilleuses petites merveilles de cette galette ! Du refrain destructeur de Monochromatic Stains aux mélodies à tomber le cul par terre The Treason Wall, en passant par une pléiade de petits soli extrêmement plaisants et un instrumental absolument sublime (Ex Nihilo, tellement bien foutu qu’on croirait entendre un générique de film), on a bien du mal à reprendre son souffle ! Bien que les titres n’aient pas forcément d’identité propre (et oui, c’est ça le problème, ils sont tous bons mais les trois quarts ont d’énormes similitudes entre eux !), ils sont tous, je le répète, extrêmement riches et extraordinairement bien foutus. Prenons par exemple The Treason Wall, qui est sans doutes le meilleur morceau de cet album : ça commence sur une mélodie impossible à oublier, sur fond de batterie couillue, puis on part dans un rythme lent avec chant murmuré et piano mélancolique, avant de s’envoler dans un couplet lourd et endiablé, ou Stanne révèle une fois de plus toute l’étendue de son talent ! S’ensuivent quelques riffs bien speed qui vous feront headbanger jusqu’à plus soif et alors là on part dans un refrain, mais alors nom de zeus mes enfants quel refrain, mais quel refrain ! J’en suis encore tout bouleversé ! Et cet infernal bonheur se poursuit avec un chouette mini solo pas prise de tête avant de repartir dans ce refrain over poutrant qui m’est si cher ! Et c’est comme ça tout le temps !! Des couplets coup de poings parfois ambiancés, des refrains archi mélodiques très facilement mémorisables, des samples extrêmement plaisantes (et qui confèrent à Dark Tranquillity sont indiscutable identité face à des groupes plus communs comme Arch Enemy) et des petits soli pour agrémenter l’ensemble… Que demande le peuple ?

Alors voilà, Damage Done est un très bon album, je dirais même un excellent larron de la discographie de Dark Tranquillity, qui surpasse les titres quelques peut lassants de Haven… Mais voila on est encore loin du merveilleux chef d’œuvre que sera 3 ans plus tard Character, et la surprise créée par l’univers déjanté de The Gallery est maintenant loin… Car c’est un fait, Damage Done est bon, mais pas surprenant pour un sou et remplis de titres qui ont parfois bien du mal à se distinguer des uns des autres… On pourrait même lui trouver un certain manque d’originalité, choses qu’on ne peut en aucun cas reprocher à des chefs d’œuvre comme The Gallery, Projector ou Character. Mais ce n’est pas pour cela qu’il faut bouder son plaisir, et tout auditeur qui apprécie Dark Tranquillity à sa juste valeur se doit de posséder cet album après avoir posé ses oreilles sur les trois petits bijoux cités plus haut !