Albums du moment
Pochette Lokabrenna
Pochette The Fallen Crimson
Chroniques
Pochette Apocalypse & Chill
Pochette Abreaction
Pochette Cycles
Pochette Afterlight

logo Daath

Biographie

Daath

Sean Farber – Chant
Mike Kameron – Choeurs, Claviers
Eyal Levi – Guitare
Jeremy Creamer – Basse
Emil Werstler – Guitare
Kevin Talley – Batterie

Daath (connaissance en hébreu) c'est l'histoire de trois potes de toujours, Eyal Levi, Mike Kameron et Sean Farber qui décident de monter un groupe de Death un tantiner barré dans la région de Boston. En 2004 ils enregistrent Futility, un premier disque autoproduit, puis obtiennent une signature chez Roadrunner pour The Hinderers en 2007. L'album est produit par le James Murphy, connu pour avoir ses armes en tant que guitariste chez Death, Obituray et TestamentThe Concealers voit le jour en 2009 suivit par un album éponyme l'année suivante.

Chronique

15.5 / 20
3 commentaires (16.5/20).
logo amazon

The Hinderers ( 2007 )

Second disque pour DÅÅTH et déjà tout s'accélère pour le sextet de Boston avec une production signée James Murphy (guitariste de Death et de Testament entre autres), un mix orchestré par Colin Richardson (Chimaira, Machine Head...) épaulé par Andy Sneap (Nevermore, Megadeth...) et une sortie chez Roadrunner pour The Hinderers. Alors forcément ça interpelle. Mais DÅÅTH qu'est-ce que c'est ? Hé bien c'est du Death, aucun doute possible là dessus, mais c'est aussi bien plus et c'est ce que nous allons découvrir ci-dessous.

The Hinderers apparaît au début comme un banal album de Death, la voix éraillée est agressive, le son lourd, la batterie rapide, et les soli techniques et mélodiques rappelleront ceux de Chuck Schuldiner, bref, rien d'original malgré une efficacité certaine. Mais très vite le groupe pose ses marques avec des rythmiques tordues à la Meshuggah et de sombres plans atmosphériques directement empruntés au Black (Cosmic Forge).
Par la suite les synthés prennent l'importance, pouvant soit apporter une lourde touche Indus soit d'ambiance toujours, avec de légères notes  (Under a Somber Sign). Ainsi DÅÅTH se définit une identité hybride au fur et  à mesure que le disque progresse.
Le groupe s'avère être aussi à l'aise sur des titres violents à l'instar de Subterfuge ou Ovum, que sur des titres à l'ambiance malsaine dont témoigneront aisément Under a Somber Sign ou Festival Mass Soulform.

Si The Hinderers est un disque qui sort des sentiers battus de par son mélange Death/Black/Ambient polyrythmé, la palme de l'étrangeté revient à Dead on The Dance Floor et son ambiance Disco, un peu à la Furia de Mass Hysteria, mais assaisonnée à la sauce Death. Le moins que l'on puisse dire c'est que ce titre délicieusement kitsch se révèle particulièrement entraînant.

DÅÅTH tire profit de ses nombreuses influences pour nous sortir un disque original à des lieues de rester figé dans un genre. Attention néanmoins, The Hinderers n'est pas vraiment ce qu'on pourrait quaifier de disque facile d'accès et nécessite plusieurs écoutes attentives avant d'être dompté...

A écouter : Subterfuge ou Ovum, Festival Mass Soulform, Dead on The Dance Floor...