Titre : Traced In Air Année : 2008
Nombre de titres : 8
Acheter : logo amazon
Label : Season Of Mist
Collection : 12 membres possèdent cet album.

Moyenne lecteurs : 17.33/20 (6 avis dont 6 avec commentaire)


Ecouter l'album :

Les membres qui ont aimé Traced In Air aiment aussi :

Laisser votre avis

Commentaires

theredshark 19.5 / 20 Le 21/08/2016 à 21H29

Finalement le seul défaut de cet album c'est la pochette. Cynic nous livre ici un album magistral, poignant de beauté, déroutant de complexité sans être indigeste. Génial, barré, poétique, cet album est une très grande réussite.

letatar 15 / 20 Le 13/02/2016 à 20H48

J'aurais tellement aimé que cet album m'enchante autant que les superbes créations de Robert Venosa qui l'illustrent. Mais difficile d'être transporté du début à la fin, tant les passages fades et trop gentillets ("King of those who know") viennent casser la magie. Car les instants magiques existent et sont nombreux ("Evolutionary sleeper"), on retrouve la finesse et la sensibilité de ces musiciens au feeling si particulier. On retrouve donc bien une part du son Cynic, mais on comprend également que la suite sera différente et bien plus douce… Trop douce, dommage.

En 2009 à Bergen, concert formidable à en chialer. Les mecs transmettent leur bonheur d'être sur scène, Paul communique chaleureusement, la démonstration musicale est jouissive et les nouveaux titres se mêlent aux anciens impeccablement. Quelques mois plus tard à Toulouse, le groupe semble fatigué, ne communique pas ou très peu, enchaîne les titres mécaniquement sans passion. Une déception, comme annonciatrice de la déliquescence du quatuor.

Sugarbread 14.5 / 20 Le 01/02/2012 à 19H26

1 - Un album de prog de 32 minutes, c'est pour moi totalement inconcevable ...
2 - Les voix vocodées ....
3 - Les instrus sont vraiment très bonnes et inspirées.

burning frost 16.5 / 20 Le 01/02/2012 à 18H04

Vraiment bon. Accessible, déroutant de complexité et pourtant très mélodieux. Le groupe commence à assumer sa sensibilité et la transforme en perles musicales.

JcKmAr 18.5 / 20 Le 28/02/2011 à 01H08

Mouseclick a tout résumé !
Les 3 premières piste sont tout simplement des chefs d'œuvres ! Le solo d'Evolutionnary Sleeper est poignant et ultra inspiré.
Mais les 2 pistes suivantes me laisse un goût bizarre, peut-être trop barré avec The Unknow Guest notamment sur le refrain.
Enfin l'album est clôturé de fort belle manière avec Nunc Stans, l'un des meilleurs titres !

Résultat : un super album, un peu court, pas vraiment accessible à moins d'être initié au progressif et aux voix vocodés

Mouseclick 20 / 20 Le 02/02/2011 à 21H05

Merci pour l'ajout chevalier masqué, rick de ton nom!

Alors la mes amis, on se retrouve face à un disque sublime...

L'album débute par Nunc Fluens une musique éthérée et spatiale, electronique. On commence a peine à s'envoler que la batterie arrive, maintenant la musique prend un aspect tribal, oui. Une voix vocodée se fait entendre puis les guitares entrent en jeu, le riff est excellent, transcendant, c'est le premier de l'album et le dernier de cette chanson. Il rapelle étrangement le riff de fin de la chanson "How Could I", derniere chanson de l'album Focus... comme pour annoncer aux fans "I'm Back"?

Commence alors "The space for this"... l'intro laisse littéralement sur le cul, c'est jazzy, c'est planant puis le riff principal arrive, rageur mais avec classe, et toujours avec ce petit côté futuriste. Le batteur martèle les futs comme personne, mais c'est du martèlement intelligent, millimétré même tandis que les grunts se mêlent aux voix vocodées. Le solo arrive comme un cheveu sur la soupe même si certains diront qu'ils l'avaient vu venir, il est a l'image de la musique, inspiré et original, puis accalmie avant le retour de la tempête qui cette fois ci emportera tout sur son passage, même l'auditeur... Breathe in, breathe out.

Arrive evolutionnary sleeper. Un grunt rageur laisse jaillir un riff monumental. On se fait un peu malmener jusqu'a l'accalmie qui durera jusqu'a la fin de la chanson. Durant ce momment de douceur Masvidal nous pose un solo magistral, propre a cynic, on sens l'évolution depuis focus.. quelle recherche dans la mélodie, quelle maîtrise, quelle classe. Ce solo, donc, prend l'auditeur aux tripes, retourne son ventre et son cerveau avec, c'est l'un des solo les plus magistral que j'ai jamais entendu. Un putain de titre, un putain de groupe.

Je commence à m'épuiser et à manquer de superlatifs pour exprimer l'admiration, voire l'adulation que je ressens envers ce groupe. Je finirais donc en disans que la suite et fin de l'album est tout aussi grandiose même si les chansons adam's murmur et unknown guest sont un peu moins bonnes. King of those who know est magistrale, solo épique inside, relents de bossa nova. L'album finit comme il a commencé, la chanson s'apelle nunc stans, elle clot l'album (l'ovni?) en beauté et dégage quelque chose de magique. On penche alors du côté de l'atmosphérique, et c'est beau, c'est très beau. On se prépare alors la fin de l'album, on verse une larme, 8 titres c'est court...

Puis on rappuie sur play.
Appuyez sur play.