logo Crusher

Biographie

Crusher

En 1991, Frayeurs, groupe aux influences Punk-Hardcore / Grind Old School devient Crusher. Trois démos sortiront, distribuées à plus de 2 000 exemplaires chacune avant la parution en 1992, de l'album Corporal Punishment suivi l'année d'après du EP Undermine. Crusher deviendra un groupe à la renommée internationale grâce à des concerts et tournées dans toute l'Europe en compagnie de formations cultes telles que Cro-Mags, GBHHard Ons, Kreator, Bolt ThrowerMassacre, ou encore Vader. En 2015 après 18 ans d’absence, le groupe décide de se reformer autour de son charismatique chanteur Crass. Un split vinyle collector sérigraphié et numéroté avec Mercyless est prévu en 2015 pour fêter ce retour, ainsi qu’un nouvel album. 

Chronique

15.5 / 20
0 commentaire
logo amazon

Blast From The Past (Split avec Mercyless) ( 2015 )

Fin des années 90, début 2000 c’est l’hécatombe dans l'hexagone, les groupes de la vague Death / Thrash tombent les uns après les autres. Quinze ans plus tard, la tendance s’est inversée, plusieurs formations font un retour fracassant, à l’image de Mercyless et Crusher qui partagent un split, le bien nommé Blast from the Past. Pour l’occasion, ces amis de longue date ont décidé de se la jouer vraiment Old School, avec un disque édité en vinyle, limité à 300 exemplaires et numéroté à la main. 8 titres au total, 4 chacun, un retour… à l’ancienne.

C’est Crusher qui ouvre les hostilités. Si l’absence a été longue, presque 18 ans, la bande du charismatique chanteur et leader, Crass, a une belle envie d’en découdre et cela s’entend. Le Death Metal que pratiquait le groupe dans les 90’s est désormais bien plus orienté Hardcore, un style musical et un mode de vie que respecte énormément Crass. Crusher a trouvé la parfaite combinaison, mêlant les riffs lourds du Death et le groove du HxC. Tout prend son sens sur le sublime No Progress Without Regression qui allie les deux courants, tous les instruments sont à l’unisson et avancent tel un seul homme qui se dresse fièrement pour ses idées. Même constat sur Overdone et Undermine, des titres puissants et velléitaires. Mention spéciale pour le jeune mais néanmoins talentueux batteur de la formation, qui amène par son jeu un plus non négligeable au son des compositions.

Côté Mercyless, c’est du classique, de l’efficace, du Old School des familles, dans le texte et le riff. Si les Alsaciens s’étaient un peu perdus dans certaines expérimentations fin 90, depuis leur come-back avec le sublime Unholy Black Splendor en 2013, c’est un retour aux sources gagnant. Leur Death Metal est carré, violent à souhait, mais tout en maîtrise. Eucharistic Adoration déboule comme un rouleau compresseur et écrase par sa furie. Subtilement des leads guitares sont placés ça et là et donnent une belle profondeur, le petit plus qui se remarque à peine, mais qui fait toute la différence. Comme lors de ses débuts, Mercyless offre une musique massive, qui ne connaît ni temps mort, ni répit. Le thème principal abordé est la religion, et ça balance sèchement avec Bless Me Father ou Probably Impure. Le rendu est très haineux, avec son direct et mixage qui fait place nette à tous les instruments. 

Blast from the Past est tout sauf has-been, malgré son format qui évoque un autre temps. Les deux formations proposent une prestation solide, digne de leur héritage, mais prouvent également qu’elles ont un futur. La scène métallique française est bien assez grande pour voir exister ensemble ancienne et nouvelle école. C’est même une chance. 

A écouter : Tout et très fort