logo Cruelty

Biographie

Cruelty

Cruelty se forme en 2018 en Angleterre et ne tarde pas à sortir une démo éponyme, exposant un Hardcore / Metal / Mathcore très inspiré de la nouvelle vague de années 90 (Converge, TDEP, Botch, Coalesce, etc). L'année d'après le quintette sort un premier EP, In The Grasp Of The Machines, démontrant une certaine assurance dans la composition, ce qui le fera repérer par le label Church Road Records, qui abritera donc le premier long format du groupe, There Is No God Where I Am, sorti en 2021 et produit par Taylor Young (JudiciaryTwitching Tongues, Nails).

Chronique

There Is No God Where I Am ( 2021 )

Le terrain de jeu de Cruelty on le connaît particulièrement bien puisqu’il s’agit du Hardcore / Metal chaotique, dont l’essence est naturellement à extraire du coté de Botch, Coalesce, mais surtout Converge, Breach, feu-The Dillinger Escape Plan, des regrettés Eden Maine ou des débuts de Norma Jean. En place depuis 2018, les Anglais pondent In The Grasp Of The Machines l’année suivante, excellent EP, solide et déjà très correctement produit, démontrant que le quintette en a assez sous le pied pour nous démolir en longue durée. La proposition de Cruelty ne manque pas de souffle ni de technicité, défouraille vite et bien, mais n’oublie pas de traîner sa misère dans la matière épaisse et nauséabonde. Comme l’illustre There Is No God Where I Am, premier album nécessairement négatif, anticlérical, soit la garantie d’un bonheur ponctuel et/ou d’une expérience cathartique plus ou moins réussie. Plutôt « plus » que « moins » en l’occurrence.

On sera ici accueilli par une courte intro bruitiste et criarde, puis rapidement roué de coups cassés rythmiquement, fracassé de riffs grinçants et agressé par des hurlements d’une catégorie similaire à Jacob Bannon, sensiblement blackisés. Se déchaîne sur nous une tempête familière néanmoins profondément sincère, dense, spontanée, où les guitares généreuses évoluent en permanence mais pas n’importe comment et sans jamais singer les anciens. Quelques solos sont même disséminés çà et là, disposés judicieusement, soutenus par une écriture remarquable, sertis d’une production - par Taylor Young (Nails, JudiciaryGod’s Hate), très actif ces derniers temps - idéale, puissante, équilibrée. Basse et batterie rasent toutes les églises de la surface mais veillent à limiter les dommages collatéraux, tandis que le chant conserve un niveau de furie constant.

De fait aucun sentiment « étouffe-chrétien » ne viendra entacher l’expérience, tout est à sa juste place et l’ensemble se maintient dans la mesure sans toutefois desserrer l’étau de la violence, si ce n’est avec le morceau-titre, placé en fermeture, glissant quelques plans Post-Metal et un violon (tenu par Lara Puopolo) qui amènent à une fin ouverte. Avant cela on déguste sévèrement, donc, que ce soit avec Spiritual War et sa mélodie roublarde se dégageant du flot ininterrompu de riffs et du groove massif l’entourant, ponctué d’un solo et d’un fondu enchaîné un brin trop brutal, ou sur le très cru et déstructuré If There Is A God, He Does Not Believe In Me, aussi pourvu d’un irrésistible solo. Mine fera lui revivre les heures les plus éclairées de l’histoire des premiers TDEP, Barren Land In Bloom évoquera plus volontiers le Hardcore « nouvelle » école d’un Comeback Kid, ou encore Dead Culture exigera d'avaler du sang mélangé à la terre glyphosatée, avec notre consentement masochiste, tout comme le Convergien et très souple To The Ground.

Les Anglais de Cruelty ne cachent pas des influences évidentes auprès de formations emblématiques, qui pour certaines n’existent plus, et nous manquent mine de rien, mais s’évertuent à exposer un Hardcore / Metal mutant qui digère tout ça avec une telle force d’écriture qu’on ne peut décemment pas ignorer les frissons de plaisir procurés par There Is No God Where I Am. Un premier album conçu avec l’amour de la tripaille et d’une scène déjà fabuleuse que Cruelty contribue à renouveler et à étoffer, avec la manière.

There Is No Bandcamp Where I Am.

A écouter : sans se faire d'illusions.
Cruelty

Style : Hardcore / Metal / Mathcore
Tags : - - - -
Origine : Royaume-Uni
Bandcamp :
Facebook :
Amateurs : 1 amateur Facebook :