Albums du moment
Pochette Monumenty selhání
Pochette A Different Shade of Blue
Pochette A Dawn To Fear Pochette Nighttime Stories
Chroniques
Pochette Etrange
Pochette Errorzone
Pochette Dreams of Quiet Places
Pochette Hallucinogen Pochette Nest

logo Cro-Mags

Biographie

Cro-Mags

Harley Flanagan - basse
Parris Mayhew - guitare
John Joseph McGeown - chanteur
Mackie Jayzon - batterie
Doug Holland - guitare

L'histoire des Cro-Mags est digne des meilleurs feuilletons soap de la télévision brésilienne. Elle débute à New York au début des années 1980 en pleine vague hardcore où résonnent déjà les accès de fureur des Black Flag, Bad Brains, Beastie Boys et autres Negative Approach. Harley Frances Flanagan n'a que dix ans lorsqu'avec son groupe, The Stimulators, il commence à se faire un nom sur les scènes du coin. Très tôt germe dans son esprit l'idée d'une musique plus conforme à l'agressivité et la colère qui transpirent en lui. Il s'entoure de Dave Hahn, John Berry (Beastie Boys) et Dave Stein (Even Worse) pour former ce qui s'avère être la première mouture des Cro-Mags. Très rapidement, Hahn est remplacé par Léo, batteur de Crucial Truth et le groupe s'adjoint les services d'un second guitariste, Parris Mitchell Mayhew. Après le passage éclair de Eric Casanova, les Cro-Mags recrutent John Joseph "Bloodclot" McGeown (ex-Antidote, ex-Mode of Ignorance).
Lors de l'entrée au studio Hi Five de New York, le combo new yorkais se compose donc de Harley Flanagan (basse), John Joseph (chant), Mackie Jayzon (batterie) et Parris Mayhew (guitare). Sous cette formation est enregistrée une première démo de 13 titres qui, bien que n'étant jamais officiellement sortie, obtient un succès retentissant sous la forme d'un bootleg (l'oeuvre connaîtra une seconde vie en 2000 sous le titre Before the Quarrel). En outre, elle permet aux Cro-Mags, qui se transforme en quintet avec l'arrivée de Doug Holland à la guitare, de conclure un deal avec Profile Records qui lui procure l'opportunité de sortir son premier album, Age of Quarrel, en 1986.
Le succès est immédiat. Les Cro-Mags enchaînent les tournées en compagnie de Megadeth, Venom et Nuclear Assault mais des problèmes internes provoquent le départ de John Joseph, suivi de celui de Mackie Jayzon qui part rejoindre les Bad Brains. Dès lors, le groupe se retrouve sans chanteur ni batteur. Pas pour longtemps. Souhaitant résoudre la situation le plus rapidement possible, Harley Flanagan prend en charge le chant et fait appel à Pete Hynes, batteur de Murphy's Law.
Il faut attendre 1989 pour voir les Cro-Mags accoucher de leur deuxième album. Fortement orienté metal, Best Wishes déconcerte les fans de la première heure mais obtient dans l'ensemble un très bon accueil. Toutefois, les tensions demeurent. Le groupe tente de donner le change en remplaçant Hynes et Holland par Dave DiSenso et Rob Buckley. Mais le mal est bien profond. Des problèmes de labels et de personnes entraînent la dissolution des Cro-Mags.

En 1991 Robert Kampf, propriétaire de Century Media et fan des new yorkais, prend la direction de Big Apple avec la ferme intention de convaincre Flanagan de redonner vie aux Cro-Mags. Prêt à investir un maximum d'argent dans le projet, il obtient
de lui le retour de Joseph et de Holland, ainsi que celui de DiSenso et de Gabby à la guitare. Même si Alpha Omega, troisième album du groupe, est un succès, l'expérience réduit à néant le peu d'amitié que ressentaient Joseph et Flanagan l'un pour l'autre. Ce dernier quitte le groupe. L'échec de Near Death Experience, qui sort en 1996, précipite la seconde séparation des Cro-Mags. Century Media entretient un temps l'espoir d'une reformation en sortant un double album live intitulé Hard Times in an Age of Quarrel, espoir qui s'amenuise définitivement lorsque les membres historiques se tournent vers des projets parallèles. Joseph reprend du service au sein de Both Worlds tandis que Flanagan et Mayhew, réconciliés, se retrouvent au sein du projet White Devil. Les deux acolytes sortent un ep et partent sur les routes en compagnie de Bobby Hambell (ex-Biohazard) pour une tournée dont le point culminant est un show au Dynamo Open Air d'Eindhoven.

Pendant que Joseph tente de faire revivre le mythe Cro-Mags lors d'une opération caritative intitulée Hardcore for Hunger à New York en 1998, opération à laquelle participent Sick Of It All, Madball et Vision of Disorder, Mayhew et Flanagan s'entourent de Rocky George (ex-Suicidal Tendencies) et de Dave DiSenso pour enregistrer un album pour le label DefJam. Ce dernier connaissant des problèmes pour sortir, le groupe, qui désormais porte le nom de Samsara, s'embarque pour une tournée des States en compagnie de Hatebreed, Candiria et Earth Crisis. A son retour, Mayhew obtient les droits du skeud pour le sortir sur un label indé. Impressionné par sa qualité, le duo décide d'utiliser le nom de Cro-Mags. Revenge sort en 2000 et s'avère être un succès. Flanagan et Mayhew recrutent Rob Buckley et Gary Sullivan et s'embarquent pour une tournée mondiale. Mécontent d'avoir été tenu à l'écart, Joseph monte Age Of Quarrel, Cro-Mag project en compagnie de Holland, Jayzon, Setari (Sick of It All) et Scott (Spudmonsters) mais, hormis un gros show à New York, l'expérience ne perdure pas. De leur côté Flanagan et Mayhew, rompent l'association en 2001. Les Cro-Mags se séparent pour la troisième fois.
A peine un mois après cette décision, des rumeurs concernant une éventuelle reformation commencent à circuler autour de Flanagan, Joseph, Holland, George et Sullivan. Ayant eu vent de celles-ci, Mayhew coupe de suite l'herbe sous le pied des protagonistes en les menaçant de poursuites judiciaires en cas d'utilisation du patronyme Cro-Mags. La prestation s'effectue sous celui de Street Justice.
Ce dernier coup d'éclat convainct définitivement Flanagan de tirer un trait sur ce passé. S'entourant de personnages éminents de la scène hardcore new yorkaise tels que George, Vento (Warzone), Stigma (Agnostic Front), il se lance à corps perdu dans le projet Harley's War sous le nom duquel est enregistré le premier album intitulé ...Cro Mag.

Même si, aujourd'hui, le groupe est officiellement dissout, le spectre des Cro-Mags hante toujours le milieu du hardcore, ne serait-ce que par les vocations suscitées et le nombre de formations qui les citent comme influences (Blacklisted, Guns Up!, Sick of It All, Maximum Penalty...). De plus, les prestations de Bloodclot et Harley's War font toujours la part belle à leurs chansons et, occasionnellement, le nom des Cro-Mags réapparaît lors d'opérations spéciales ou de commémorations comme c'est le cas en 2006 où Mayhew et Joseph organisent une tournée pour fêter les vingt ans de la sortie de Age of Quarrel.

Chronique

17 / 20
4 commentaires (16.5/20).
logo amazon

Age of Quarrel ( 1986 )

Les associations disparates ne donnent pas obligatoirement de mauvais résultats. Tel pourrait être l'autre titre du premier album des Cro-Mags, fruit d'un skinhead plutôt agité et d'un étudiant en art. Pourtant, lorsque Harley Flanagan fait la rencontre de Parris Mayhew, les deux protagonistes n'ont pas la prétention d'écrire l'oeuvre ultime, mais celle de faire un album de hardcore tout simple. Le résultat dépassera largement leurs espérances.

Reprenant les onze titres présents sur la démo sortie sous le manteau en 1985, Age Of Quarrel voit le jour à une période charnière où de nombreux groupes estampillés NYHC tels que les Crumbsuckers, DRI (Crossover) ou Agnostic Front (Cause For Alarm) se tournent vers un alliage metal/hardcore momentanément appelé crossover. Toutefois, si ces deux derniers prennent le parti d'arrondir un peu trop les angles de leur punk hardcore, allant même jusqu'à se créér de fortes inimitiés chez les puristes, les Cro-Mags réussissent à mettre sur pied un amalgame musical leur permettant d'explorer d'autres univers tout en conservant le côté abrasif du NYHC.
Ainsi, Age Of Quarrel se veut le point convergeant de plusieurs tendances s'unissant pour former une cuirasse où un sentiment primal et sans concession règne sans partage. C'est avant tout l'expression d'une rage, d'une envie d'en découdre qui s'anime au travers de rafales minimalistes telles que "World Peace", "Street Justice", "It's The Limit" ou "By Myself", dont les origines sont à chercher du côté de Motörhead et du punk british des GBH et autres Discharge.
Néanmoins, cette colère ne s'exprime pas uniquement sur ce même mode radical. Manifestation même du crossover à la sauce Cro-Mags, l'album est ponctué de compositions mid tempos ("We Gotta Know", "Show You No Mercy", "Hard Times"), beaucoup moins frontales mais tout aussi efficaces, où l'on retrouve presque la tonalité un peu groovy des morceaux des Bad Brains dont Flanagan est un grand amateur. Cette tendance devient plus perceptible lorsque les new yorkais ralentissent totalement le rythme, pour tomber carrément dans un style plus heavy entre Black Sabbath et Rollins Band ("Malfunction", "Seekers of the Truth"), où de longues plages permettent d'apprécier un jeu de basse très chaloupé et plus recherché qu'il n'y paraît, beaucoup plus proche de Darryl Jennifer (Bad Brains) que de Rob Kabula (Agnostic Front).

Hardcore jusqu'au boutiste, Age Of Quarrel se veut également le témoin de tous les maux et du mal de vivre des quartiers défavorisés de la mégapole new yorkaise. Cependant, même si "Street Justice", "Hard Times", ou "By Myself" exposent ces problèmes sur un mode plus que réaliste, il convient de souligner la volonté des Cro-Mags de ne pas rester au ras des fraisiers. Par l'entremise de John Joseph, adepte de A.C. Bhaktivedanta Swami Prabhupad, le groupe se tourne quelque peu vers la spiritualité, introduisant un peu plus de "profondeur" dans ses textes ("Seekers of the Truth").

Véritable album culte du hardcore new yorkais, Age Of Quarrel portait également en lui les germes d'une discorde dont les échos résonnent encore vingt ans après. En effet, la suite s'avèrera beaucoup moins glorieuse. Minés par des querelles de personnes les Cro-Mags poursuivront leur carrière sur un sentier des plus cahotiques, alternant le bon (Best Wishes), le très bon (Revenge), mais aussi le très mauvais (Alpha/Omega).

Age of Quarrel est disponible en libre téléchargement sur le site de Harley Flanagan, cromags.com.

A écouter : Malfunction, World Peace, Show You No Mercy