logo Crazy Arm

Biographie

Crazy Arm

Originaires de Plymouth dans le Devon (Royaume Uni), Simon Marsh et Jon Dailey (ex-No Comply) forment avec Darren Johns (ex-The Once Over Twice) le combo Crazy Arm à la mi-2005. Mais ce n'est qu'un an plus tard, à la séparation de leurs formations respectives, qu'ils s'activent au sein de celui-ci. Très vite, la nécessité d'un quatrième membre se fait ressentir et c'est Dan Couling (ex-Toxic Waste Brigade) qui rempile. Sonic Boom Six seront les premiers à leur donner leur chance sur une tournée nationale de 2 semaines en compagnie de Failsafe et Random Hand en Octobre 2006.

Ils rassemblent alors leurs expériences et influences diverses  pour enregistrer l'année suivante un premier EP autoproduit, Cross Country, au PMC Studio de Plymouth. Dès ses premiers concerts, le groupe attire l'attention avec son mélange folf punk / country peu commun et décroche des mini-tournées en Angleterre. 
Bien que peu prolifique niveau sorties, 2008 est une année importante pour Crazy Arm qui, conscient de leur potentiel encore en devenir, répètent beaucoup afin d'affiner leur technique et leur style. C'est aussi au cours de cette année qu'est composée la majorité du premier opus, Born to Ruin. Ils l'enregistrent au printemps 2009 avec le célèbre producteur indé Pete Miles et le soutien de Xtra Mile Recordings qui sort la galette en Juin. Pour l'occasion, la majorité des titres du premier EP seront réenregistrés (les singles seront "Henry Fabian Flynn", "Broken by the Wheel" et "Still to Keep"). Le bruit commence à se propager à travers le reste de l'Europe, surtout qu'un split 7" ainsi qu'une mini-tournée avec Frank Turner sont annoncés, et Gunner Records prend en charge l'album en Mars 2010 pour le reste du continent.
Born to Ruin réaffirme les engagements du quartet athée, internationaliste et communiste, anti-guerres, qui soutient les luttes pour les droits des hommes et des animaux.

Après une deuxième vague de tournée promotionnelle, le single "Ambertown / Sweet Storm" fait patienter les fans en Décembre '10. Car le second opus est déjà sur les rails et sa composition s'étalera sur le premier semestre 2011. Le premier single "Tribes/animals" paraît en juillet, avant une tournée au Royaume Uni en août (avec Fights&Fires et Bearfight). Union City Breath est ensuite annoncé pour fin septembre '11, sur les mêmes labels que Born to Ruin.
En Octobre et Novembre, ils partent le promouvoir sur les routes du Royaume Uni et du reste de l'Europe en première partie d'Against Me!.

Jon Dailey - guitare
Darren Johns - chant, guitare, paroles
Simon Marsh - batterie
Tim Rowing-Parker - basse, chant

Victoria Butterfield - chant
Patrick James Pearson - claviers, violon

Chronique

16 / 20
4 commentaires (16.25/20).
logo album du moment logo amazon

Union City Breath ( 2011 )

Depuis ses tout premiers balbutiements, le folk punk des Anglais a des accents western. Leur nom même le sous-entend : Crazy Arm est un pur sang au sang pur, rouge et bouillonnant, bouillonnant de Rouge. Généreusement engagé, ouvertement communiste, sur son second méfait, il invite deux nouveaux congénaires à rejoindre le parti et perpétuer la tradition des 'protest songs' habitées... Epaulés par Victoria Butterfield et PJ Pearson aux claviers discrets, la troupe dénonce la guerre ("Meet the Marines", tiré de Cross Country et lifté), les partis d'(extrême) droite ("The Right Wing Never Sleeps", "Song of Choice" reprise de Peggy Seeger), les inégalités sociales, etc.

Musicalement aussi, le spectre est vaste: tantôt folk bluegrass sur "Song Of Choice", bluesy sur le duo acoustique envoûtant "Charnel House Blues", tantôt punk rock ("Bandalito", "The Endless Carriage" et ses influs country, sa chevauchée fantastique, son refrain au riff ravageur...) Les Brits invoquent même le Boss sur les singles en puissance ("Tribes/Animals", "Little Boat"). Et le moins que l'on puisse dire, c'est que l'organe de Darren Johns est au moins aussi chaud, versatile et pénétrant que celui du performeur roots rock. La diversité se retrouve également chez les guitares habiles ainsi que la section rythmique aussi précise qu'agile.

Bref, sur Union City Breath,  il y en a pour tout le monde, mais pas grand chose n'est à jeter. Et à chaque nouveau titre l'impression renouvelée de cette machine à tubes qui n'a strictement rien à envier à Against Me!, qui renvoie The Gaslight Anthem à ses devoirs d'écolier trop sage et pop-ulaire... Populaire, Crazy Arm le reste au sens premier du terme. Investi d'un profond humanisme, il a ce pouvoir d'attraction qui rassemble les foules, cette prédisposition à la musique authentiquement anthémique et fédératrice, acaparés ces derniers temps par un Frank Turner surmédiatisé et démesurément révéré.

Les Anglais franchissent donc expertement le fameux "cap du deuxième album" avec un grower qui, avec les écoutes, égale le parpaing Born To Ruin, notamment par sa diversité accrue, son implacable cohérence, et son songwriting captivant.

En écoute intégrale ICI.

A écouter : "The Endless Carriage", "City And Western", "200 Pints of Blood", "The Right Wing Never Sleeps"
Crazy Arm

Style : Folk Punk / Rock / Country
Tags : - -
Origine : Royaume-Uni
Facebook :
Bandcamp :
Amateurs : 9 amateurs Facebook :