Titre : Newcomers Of Sin Année : 2008
Acheter : logo amazon

Moyenne lecteurs : 11.5/20 (1 avis dont 1 avec commentaire)

Laisser votre avis

Commentaires

Euka 11.5 / 20 Le 27/04/2008 à 11H37

Corporation 187 avec son trash teinté de death mélodique. Les 11 pistes qui composent ce Newcomers of Sin se veulent toutes dans cette veine, aussi sombre que le sous-entend l’artwork. Un ange sombre, déchu par le péché, succombant aux affres de l’enfer proposé par Corporation 187.
La voix, criarde, agressive mais ô combien peut originale ni marquante pour un sou, se veut proche de la scène plus extrême. Elle se rapproche du chant hurlé de Bleed The Sky, avec ce timbre hurlé mais maitrisé. Peu variée, elle reste dans les mêmes tonalités tout au long des 11 pistes, ajoutant un sentiment de monotonie à ce disque que l’on peut ressentir comme une même chanson passée en boucle.
Musicalement, on a droit à des compositions parfaitement maitrisées, mais prévisibles. Le solo bien placé, le refrain efficace et accrocheur… Certes, les morceaux sont exécutés avec un talent notable, mais le manque d’inspiration se fait, à la longue, sentir et pèse sur les notes et mots qui forment ce disque. La batterie use et abuse de la double pédale, le plus souvent placées aux endroits propices, sans excès et sans manque notable. La basse, trop peu présente, aurait offert un renfort plus que nécessaire, les guitares n’arrivant pas à former un son suffisamment imposant pour être marquantes… Les suédois bénéficient d’une prod collant parfaitement à l’ambiance dégagée par les premières notes de ce Newcomers of Sin. Belliqueuse, sombre, elle rend chaque note stridente, peut être trop pour permettre une écoute totale et entière de l’album.
Corporation 187 arrive cependant à offrir, lors de l’écoute de ce Newcomers of Sin, quelques moments intéressants, au-delà du fait d’être efficaces. Virus Nation et son chant appuyé par la batterie martelée, tentant de faire passer de force les paroles vomies par Filip Carlson. On pourra aussi noter l’instrumentale Procession, vent frais de ce tourbillon d’agressivité. Elle se démarque par ce coté plus lent, plus aéré, permettant à l’auditeur de souffler de la haine dégagée par le chant.
Au final, l’album s’écoute, mais rien n’en ressort. Certes c’est violent, bien maitrisé, mais aucun passage ne fait lever la tête ni bouger un pied. Si vous voulez découvrir un groupe et passer du bon temps, vous pouvez tendre une oreille sur ce Newcomers Of Sin, mais si vous voulez découvrir un genre musical ou l’originalité, passez votre chemin…