logo Copy Of A Copy

Biographie

Copy Of A Copy

Clément Pyla - chant
Fabien - batterie
Denis Migot - basse
Mathieu Marquié -guitare
Frédéric Giorda - guitare

Formé à Toulouse en janvier 2008 suite à la réunion de membres de Fire At Will, Erine et Toxcow, Copy Of A Copy enregistre sa première démo Lost Everything, Do Anything deux mois après et effectue son premier concert en juin 2008 aux côtés de Cancer Bats.
Dans la foulée, les toulousains s'embarquent pour une tournée française avant d'entrer en studio pour l'enregistrement du premier album.

This Is It ( 2009 )

C'est clair, c'est pas l'orgueil qui risque d'étouffer Copy Of A Copy. Lucidité ou tout simplement feignantise, la seule ambition des toulousains étant peut-être de composer de bons morceaux sans se soucier d'autre chose. Sur ce plan-là This Is It est à la hauteur des attentes. Huit morceaux au total pour une ambiance à la croisée de Hot Water Music et de No Trigger, COAC joue simple et juste des compos bien foutues, réactives et dynamiques, témoignant d'une maîtrise plus qu'intéressante à ce stade.
Des parties propres s'emboîtant les unes aux autres sans le moindre problème, COAC joue la sécurité en mettant en avant son langage universel, celui parlé par des milliers de groupes qui constituent aujourd'hui les références du genre, Strike Anywhere, Rise Against, Only Crime et j'en passe. Rien de neuf donc mais ce n'est définitivement pas le but des toulousains. En compensant son peu d'originalité par une forte intensité qui ne se dément pas tout le long du skeud, en mettant en avant un songwriting qui en fera baver plus d'un, COAC parvient à maintenir notre attention au plus haut point. Dans la lignée du ep sorti l'année dernière, on retrouve d'ailleurs les trois morceaux sur This Is It, le quintet fait chanter les guitares, galoper la basse et nous offre un bon bain de fraîcheur - le très bon "Summer", plus sophistiqué que la moyenne - quand la tendance actuelle en matière de hardcore est plutôt à la cavalcade de bisons. Au rayon débit, on regrettera toutefois le chant arraché des choeurs qui ne s'imposait pas particulièrement.

Un album frais et catchy mais qui aura beaucoup de mal à ne pas se noyer dans la masse. Et c'est dommage. Certes on était prévenus mais, à l'avenir, un chouia d'ambition supplémentaire ne fera pas de mal.

Tracklist : 1.Blacklist, 2.Our paradise, 3.Fake*, 4.My Last Word, 5.Insomnia, 6.Fable, 7.Horror Business, 8.Summer*

 

A écouter : Our Paradise, Summer

Lost Everything, Do Anything ( 2008 )

Trois titres, le chat est maigre, mais sortir une première démo six mois à peine après sa formation témoigne d'une envie manifeste de ne pas traîner la patte. Qu'on ne s'y trompe pas, le boulot n'est pas bâclé, au contraire. Un artwork assez soigné qui ferait plus d'un envieux, une production, somme toute, assez correcte, Copy Of A Copy capitalise sur l'héritage du son de Gainesville, une structure de base rude comme North Lincoln ou Hot Water Music ("My Last Word"), pouvant parfois aller tutoyer quelque peu l'énergie de No Trigger ou de Comeback Kid.
Engoncés dans un écrin mélodique façon modern old school frôlant parfois la surenchère, les toulousains enchaînent des titres inspirés à défaut d'être originaux. Catchy et réactifs, sans trop de baisse de régime, Lost Everything, Do Anything souffre cependant d'une certaine linéarité dûe en partie à un mid tempo commun aux trois compos, et n'évite pas les maladresses telles que le chant parfois approximatif de Clément, ajouté à des back-vocals gueulés un peu trop appuyés qui, à la longue, peuvent lasser.

Bonne entrée en matière malgré tout mais, dorénavant, Copy Of A Copy est attendu sur la longueur.

Tracklist : 1. Last Word; 2. Fable; 3. Our Paradise

A écouter : My Last Word
Copy Of A Copy

Style : punk hardcore mélodique
Tags : -
Origine : France
Myspace :
Amateurs : 0 amateur Facebook :