Albums du moment
Pochette Monumenty selhání
Pochette A Different Shade of Blue
Pochette A Dawn To Fear Pochette Nighttime Stories
Chroniques
Pochette Etrange
Pochette Errorzone
Pochette Dreams of Quiet Places
Pochette Hallucinogen Pochette Nest

logo Cop On Fire

Biographie

Cop On Fire

Groupe international à forte connotation ibérique, composé de membres de Madame Germen, State Of Fear, Consume et Ekkaia. Le groupe sort un premier lp éponyme en 2004 et en partage un autre en 2006 avec les belges de Visions Of War.
Sans faire de bruit, Cop On Fire continue son bonhomme de chemin. Sa dernière production, Tus ilusiones hacen de ti un iluso, voit le jour en 2008. C'est également à cette date que le groupe tente l'aventure outre-Atlantique avec une gigantesque tournée US.

14.5 / 20
1 commentaire (15/20).

Tus ilusiones hacen de ti un iluso 7" ( 2008 )

Les productions de Cop On Fire sont bonnes mais rares. Cette fois il aura fallu aux espagnols la perspective d'une tournée aux States pour se bouger et nous offrir leur premier tir de barrage depuis le split avec Visions Of War en 2006. Quatre titres et huit minutes au compteur suffisantes pour nous rappeler à leur bon souvenir.

Rien de bouleversant dans Tus ilusiones hacen de ti un iluso. Des nouveaux titres qui se reflètent toujours dans l'eau magique des fjords et de la côte déchiquetée de Galice. Avantage à la Scandinavie cependant tant les accents rock n' roll de Disfear ou End Of All prennent désormais le dessus. Cop On Fire use et abuse de soli épileptiques, éclaboussant de dynamisme et de rage une ambiance générale toujours aussi insurrectionnelle tant sur les titres en d-beat ("Zero Positiva") que les mid tempos furieux ("Lobotomia").
En voiture Simone. La recette est simple, traditionnelle, mais continue à faire ses preuves pour peu que l'on y mette un peu d'inspiration et d'envie. C'est justement là où les espagnols font la différence, dans cette aptitude à maintenir la tension, les poings serrés à en faire rougir les jointures, tel le jeune boutonneux crispé sur le guidon de sa mobylette, tentant vainement un dépassement pendant que son kit Polini hurle à la mort. Cop On Fire déclenche sa moulinette à riffs pour nous écorcher à vif, nous mettre en pièce en même temps que tailler un short à Manu Chao ("Real Activists Listen to Manu Chao").

Le plus suédois des groupes ibériques est de retour et il est pas content. Profitons-en avant qu'il ne reparte en hibernation.

Tracklist : 1. Zero Positiva; 2. Lobotomia; 3. Lobotomy; 4. Real Activists Listen to Manu Chao

A écouter : Lobotomia, Real Activists Listen to Manu Chao

s/t ( 2004 )

Le ressentiment à l'égard de la maréchaussée doit être important si l'on en croit le patronyme et le ton général de ce premier album de Cop On Fire. All star band international(iste), le quintet n'est effectivement pas là pour s'étendre, se répandre le long d'interprétations mélancoliques, nostalgiques et émotionnelles dans le genre de la scène modern crust galicienne. Même si sur le fond la parenté avec Ekkaia est palpable - avec deux anciens membres le contraire eut été étonnant - notamment dans cette réactivité et cette habileté dans la structure des titres, Cop On Fire choisit pourtant une apreté de ton et d'expression plus traditionnelle que celle de la nouvelle scène espagnole des Blünt, Madame Germen ou Down To Agony.
Dans le sillage de formations plus rock n' roll telles que Derrota, Heroina ou Askodio, Cop On Fire réagit à chaud, laisse parler son instinct et sa colère à fleur de peau. Vide de toute nuance, cette dernière se manifeste au travers de titres supersoniques, dynamitant toutes les frontières tels que le fédérateur "Imbecile" qui introduit le skeud, ou l'excellent "Asco". Tantôt en français, tantôt en espagnol, le quintet cultive l'invective ("Vive la Merde"), charrie l'insulte ( "Bill Gates Vete a la Mierda"), invoque l'insurrection par le biais de compositions simplissimmes mais d'une efficacité à couper le souffle, perpétrées sur une rythmique d-beat toujours dans le rouge, mêlée d'ondées dischargiennes plombées de scandi crust dans le genre de Disfear ou de Skitsystem, ne flanchant jamais et remarquablement servi par un chant ra(va)geur ("666 The Number of the Beast", "Noir").

Sublimement addictif, ce premier jet de Cop On Fire fait partie des oeuvres qui, sans être révolutionnaires sur le plan musical, provoquent folie furieuse, envie de se laisser aller, de supprimer l'espace d'un instant les garde-fous qui nous empêchent d'aller plus loin. Bref, un bon gros bras d'honneur à tous les cabrones.

A écouter : Imbecile, Bill Gates Vete a la Mierda, Asco