Albums du moment
Pochette Glow On
Pochette Wildhund
Pochette Anabasis Pochette In Transmission
Chroniques
Pochette Exhumed Information
Pochette Savigaila
Pochette How To Tune A Parrot
Pochette Lower forms of life Pochette Welcome To The Nightmare
Découverte
Pochette No Way

Biographie

Codeseven

Jon Tuttle : Basse/Programmation
James Tuttle : Guitare/Synthétiseur
Matt Tuttle : Batterie
Eric Weyer : Guitare
Jeff Jenkins : Chant

Codeseven se forme en '95 à Winston-Salem, en Caroline du Nord, sur l'initiative des frères Tuttle. Le groupe sort un premier album non-officiel, Paper Or Plastic (1996), sur Huel Records, disque qui montre à priori leur intérêt pour le Death Metal et les formations telles Napalm Death et Fear Factory. Finalement, leur premier véritable album, A Sense Of Coalition, sort en 1998 sur le label Music Cartel; la formation se fait surtout remarquer à travers sa reprise, en fin de disque, de "The Boys Of Summer" de Don Henley. Un an plus tard, Codeseven dévoile son deuxième (troisième?) effort longue durée, Division Of Labor, produit en partie par Kurt Ballou (Converge), toujours dans une veine post-hardcorisante, avant de s'envoler, tout comme le co-chanteur David Owen d'ailleurs, vers d'autres horizons en entamant un virage plus atmosphérique sur The Rescue (2002). Cette dernière production, menée par Alex Newport (At the Drive-In, Will Haven, The Melvins) titille alors les oreilles d'Equal Vision Records (Coheed And Cambria, The Snake The Cross the Crown,...) qui signe le quintette avant d'éditer son quatrième (cinquième?) album, en tout cas dernier effort en date du groupe, Dancing Echoes/Dead Sounds, avant sa séparation pour raisons financières.
Durant cette décennie d'existence, Codeseven partagera l'affiche avec BoySetsFire, Saves the Day, Poison The Well ou bien encore Avail, les membres, exception faite du chanteur, se sont retrouvés au sein d'un nouveau projet portant le nom de Telescreen.

Chronique

16 / 20
1 commentaire (16/20).
logo amazon

Dancing Echoes/Dead Sounds ( 2004 )

Après Kurt Ballou et Alex Newport, c’est au tour de Michael Birnbaum (Anadivine, Straylight Run) de s’atteler à la production de ce quatrième opus de Codeseven. Une fois encore, le groupe ne déroge pas à la règle et propose, sur ce Dancing Echoes/Dead Sounds, une évolution bien réelle, qui verra certains fans de la première heure délaisser le groupe, si cela n’était pas déjà le cas après The Rescue, et d’autres leur témoigner à nouveau leur confiance, à juste titre d’ailleurs.

Cet effort voit tout d’abord le groupe s’éloigner un peu plus encore de ses racines, entre metal et post-hardcore, en en conservant quelques éléments, tout en renforçant cet aspect très aérien de leurs compositions et qui se dessinait déjà sur The Rescue. Dès lors, la discographie de Codeseven, qui les rapprochait de poids lourds tels que Deftones, Glassjaw, Hopesfall ou bien encore Dredg, s’enrichit de nouvelles sonorités plus proches de Radiohead, Sunny Day Real Estate et Elliott, pour un parcours évolutif faisant tout naturellement penser à Cave In. De ces derniers, les membres de C7 partagent le goût pour ces ambiances spa-cy/ceship (cf. artwork), similitudes notables dès les premières secondes de l’introduction ("La Mémoire Réincarnée") ; c’est alors que la formation dévoile son nouveau visage via "All The Best Dreams", plus rock, enveloppé d’electronica, et bercé par le chant souple et droit de Jeff Jenkins. Vient ensuite l’un des titres phares de l’album, "Pathetic Justice", au même titre que "Roped And Tied", qui joue sur une alternance entre clarté et obscurité, entre mélodies lumineuses et interludes pesants, quand ils ne sont pas aussi cinématographiques qu’orientaux ("Quail's Dream"). Un "Pathetic Justice" qui arbore lui-même une nouvelle facette, plus jazzy, aux notes de piano rappelant les  "Leaches Of Karma" (Division Of Labor) et autres "Smell Of Yellow And Black", "Danger" (The Rescue). Pour mieux déboucher sur l’un de ces interludes aussi aérien qu’aquatique, jouant sur les éléments, pour un drapé dans la plus pure tradition electr-eau (© Turtle).

L’album  s’achève en un bel hommage à la carrière du groupe à travers l’écrasante "Sunflower". Ce Dancing Echos/Dead Sounds sonnera le glas de la formation, avant sa résurrection sous la forme d’une nouvelle entité; une carrière qui se fera le porte-parole de l’évolution, de la mélodie et des expérimentations fluides, et enfin du renouveau des genres dans leur mixité. Merci messieurs pour cette belle fin, et à la revoyure !

A écouter : "Roped And Tied"; "Pathetic Justice"; "All The Best Dreams"; "Sunflower"