logo Coal Chamber

Biographie

Coal Chamber

Coal Chamber est un groupe de Metal qui trouvera le succès en pleine vague Néo Metal en proposant ume musique plus sombre et une aura plus ou moins gothique.
Le groupe démarre en 1994 et grâce Dino Cazares (Fear Factory) se fait remarquer et signer sur Roadrunner Records, Mené par la voix rocailleuse de Dez Fafara, le groupe s'entoure d'un visuel assez glauque et d'un look ravageur. Ils influenceront une tripoté de groupe en manque d'inspiration et qui trouveront dans la voix rocailleuse et les sons extrêmement lourd du groupe une bonne source d'inspiration. En 2002, Rayna Foss-Rose (Basse) quitte le groupe pour devenir mère, elle est remplacée par Nadja Puelen qui avait déjà tenu la basse lors de la grossesse de Rayna.
Le groupe sort en 2002 Dark Days, troisième et certainement le plus abouti de tous leurs albums. Cet album sort dans un climat étrange, entre rumeur de split, engueulade et baston du groupe. Rumeur qui se confirmeront un an plus tard avec le split du groupe (problème de drogue, envie de changement...). Dez Fafafara fera continuera sa carrière de frontman avec DevilDriver dans une veine bien plus musclée. De leur coté Miguel "Meegs" Rascon et Mikal "Mikey" Cox forment We Are The Riot.
En 2012, Coal Chamber se reforme le temps de quelques concerts, avant d'annoncer un nouvel opus qui se dévoile en 2015, Rivals.

Chroniques

Rivals Dark Days
9 / 20
12 commentaires (12/20).
logo amazon

Rivals ( 2015 )

Revoir Coal Chamber, c’est revenir quinze ans en arrière, à l’époque ou les baggys, t-shirts ultra larges et baladeurs CDs étaient à la mode. Seulement, surfer sur la vague du souvenir n’est pas forcément le meilleur moyen d’assurer un disque de qualité, les gouts et les attentes ayant évolués entre-temps. Pourtant, le quatuor semble voué à reprendre, avec ce line-up, à l’instant où les cordes et peaux s’étaient relâchées.
Une fois la première écoute de Rivals terminée, une sensation ressort : celle d’avoir affaire à la suite de Dark Days, comme si seulement 2 ou 3 ans s’étaient écoulés entre temps. Dez Fafara possède toujours ce côté gras et un brin dérangé qu’il avait développé, le duo rythmique Nadja Peulen / Mike Cox n’a pas pris une ride (« I.O.U. Nothing » ou « Over My Head ») tandis que la partie guitare renoue avec le passé (« Bad Blood Between Us »).
Le gros soucis qui apparait au fil de l’eau est cette sensation de redite. Coal Chamber nous régurgite un cocktail ultra connu, mais en agrémente tout Rivals à un point tel que les morceaux finissent par se ressembler au fil des minutes qui défilent, avec comme seul moyen de reconnaissance les mots scandés dans le refrain. Vous l’aurez compris, ce nouvel opus pourra satisfaire les rêveurs souhaitant renouer avec la période dorée qu’a connue le combo.

J’ai tenté, dans différentes conditions, d’écouter Rivals et en ressortir un titre fort ou même un point à mettre en avant, sans résultat probant malheureusement. « Light in the Shadows » n’a de force que d’être la suite de « Bad Blood Between Us », mais n’aura pas l’impact de « Dark Days » ou « Watershed ». L’opus précédent offrait suffisamment de variété pour ne pas se mordre la queue (« Empty Jar » ou « Rowboat ») mais ici, en dehors de quelques passages (« Suffer in Silence » et le début des lignes vocales), rien ne donne envie de revenir : pas de surprise, pas de nouveauté, pas d’évolution.

Devons-nous nous attarder sur Rivals ? Si vous souhaitez revenir en arrière, pourquoi pas. Si vous souhaitez écouter quelque chose de nouveau, frais ou constater une évolution dans Coal Chamber, passez votre chemin. Rivals est fade, creux et sans aucun relief.

A écouter : Si vous avez envie de changer des opus précédents...
14.5 / 20
22 commentaires (15.16/20).
logo amazon

Dark Days ( 2002 )

3éme album et un cap difficile ; en effet 3 ans se sont écoulés depuis Chamber Music et bon nombre de groupes empruntant allégrement à Coal Chamber sont apparus sur la scène métal, on se demande alors si ce groupe-référence va garder sa fraîcheur et son originalité.
Même si je n'avais accroché que moyennement sur les précédents albums celui là me fait changer d'avis sur le groupe, cela reste purement du Coal Chamber mais avec quelques nuances sensibles qui confirment que Coal Chamber est l'une des têtes de files du métal actuel.

En effet ce 3ème opus regorge de titres dévastateurs, rythmique époustouflante et voix de Dez toujours aussi cassée et si particulière. Fiends par exemple, 1er titre de l'album et également 1er single démontre l'efficacité des vocaux face à ce mur de basse / guitare, Coal Chamber est une lutte perpétuelle entre les instrus et le frontman. Le roc verbal de Dez se casse les dents sur le métal tranchant des zicos et inversement…
Avec ce Dark Days les 4 de Coal Chamber se rapprochent énormément de Static X (Glow,) et donne une galette d'une constante qualité, en effet, Fiend dont on a déjà parlé, le chaotique Dark Days, le cinglant Alienate Me, le presque indus Glow, le lourd et glauque Friends sont tous des morceaux pleins de vigueur, de puissance et qui apportent tous leur ambiance étrange. Coal Chamber joue une musique qui suinte le néo tout en s'impregnant d'indus noir et digère avec aisance le passé métal transmis par des groupes comme Black Sabbath.
A l'image de leur visuel et de leur site web l'ambiance que dégage le CD est digne de celle d'une maison hantée et certaines pistes ne feraient pas tâche dans un film d'horreur de série B, tel Rowboat, avec des guitares lancinantes qui explosent tel un monstre velu se jetant sur de jeunes adolescents stupides.

Coal Chamber signe avec ce Dark Days un album terrifiant, chimère du néo de l'indus et du heavy, imprégné de hardcore. Nul doute qu'avec ce 3ème opus le groupe entre dans les grands du métal et, si les rumeurs de split ne se confirment pas, il reste de longues années à Coal Chamber avant de se voir détrôner…

A écouter : Fiend - Alienate Me - Glow