Biographie

Clouds Collide

Clouds Collide est le projet d'un seul homme : Christopher Pandolfo. Celui-ci sort un premier album, Until The Wind Stops Blowing, début 2013 d'abord en autoproduction, puis peu après via le label Khrysanthoney Records. Inspiré de groupes comme Alcest, sa musique rend hommage à sa mère, que l'on retrouve d'ailleurs sur la pochette de l'album. 

Chronique

15.5 / 20
4 commentaires (14.5/20).
logo amazon

Until The Wind Stops Blowing ( 2013 )

On peut se poser la question. Et si Alcest s'était abstenu de toute évolution? Et si Neige avait refusé toute avancée musicale après 2005, l'année de l'ep Le Secret? Il est probable qu'on serait tombé sur une œuvre approchant de ce Until The Wind Stops Blowing par Clouds Collide.

Un peu comme Alcest, considérant que Neige est son principal instigateur, un seul homme se cache derrière le projet de Clouds Collide : Chris Pandolfo. Si la base musicale est un Black Metal Atmosphérique ou Post Black Metal ou Blackgaze, peu importe le nom, aussi ridicule qu'il soit, que vous lui donniez, les buts sont ici bien différents. Loin de tout ésotérisme ou de mythologies païennes habituelles au genre, la thématique se veut personnelle, terre à terre d'une certaine manière. Parce que Until The Wind Stops Blowing est un hommage à Rose, la mère de Chris Pandolfo, par des bribes de souvenirs, par sa présence dans la vie du musicien avant et après sa mort, tout cela sous couvert du voile glacial et nostalgique de l'hiver. Mais là où ce genre d'anecdote n'aurait d'allure que le détails, il faut bien comprendre que cette relation particulière prend sens, est le pivot du disque qui véhiculent les émotions de son auteur.

A la manière de Deafheaven ou d'Alcest (encore), Clouds Collide fait parti de ces artistes qui tendent à promouvoir un certain idéal esthétique du Black Metal, fort éloigné de ces racines ancestrales, afin de mettre en lumière la beauté dissimulée sous ses ombres opaques. A l'inverse du cloisonnement dans les ténèbres prônées par ses plus vindicatifs fidèles, Clouds Collide est son éclosion, son épanouissement, son scintillement. N'en déplaise aux puristes. Les guitares, cristallines, sont autant de fantômes qui exécutent leurs danses gracieuses, les rythmiques sont des squelettes de glace dont les cliquetis nous hantent, la voix perdue dans ces tempêtes de neige, notre seul guide pour cette traversée dans des contrées isolées. Ecoutez le bien nommé Glaciate pour comprendre toute la substance mélancolique de cet album, ainsi que la conclusion Et Je M'en Vais Au Vent Mauvais, inspiré du poème Chanson d'Automne de Paul Verlaine pour saisir toute la poésie qui se dégage de cette œuvre. Deux titres qui font figure d'exemple, bien que, comme souvent pour ce type d'album, l'œuvre est à prendre dans son ensemble pour pleinement s'en imprégner.

Parce qu'il se dégage de ce Until The Wind Stops Blowing, une sensation d'apaisement, de plénitude, que Clouds Collide donne une dimension « positive » au Black Metal, même s'il serait osé de dire que ce disque n'est que lumière, il convient de saluer la réussite de son auteur qui accouche là de belles choses, se distinguant à sa manière dans un genre dont les naissances, parfois pas très heureuses, sont légions ces derniers temps.

En téléchargement gratuit sur bandcamp.