logo Chrch

Biographie

Chrch

Church est créé en 2013 du côté de Sacramento, Californie par Ben (Basse), Matt (Batterie), Chris (Guitare / Chant), Shann (Guitare) et Eva (Chant). Ils raccourcissent leur nom en Chrch en 2015, puis sortent un premier pavé de Doom / Sludge extrêmement sombre du nom de Unanswered Hymns dans le courant de l'année.

16 / 20
1 commentaire (16/20).
logo album du moment logo amazon

Light Will Consume Us ( 2018 )

En 2015, je déclarais qu'il ne fallait pas s'emballer. Certes, Chrch venait de sortir un très bon disque qui, avec le recul, est toujours aussi impressionnant, mais le groupe pouvait encore tomber dans les abîmes du mauvais goût en choisissant de stagner. Rassurez-vous d'ores et déjà, chers amis qui avaient apprécié ce premier album, et ouvrez grand vos oreilles pour les autres, Chrch a fait un pas de géant. 

J'écrivais aussi que Chrch faisait du Doom. Oubliez cela désormais. Oubliez d'ailleurs toute appellation car ce serait vous mettre en danger. Se rattacher à une étiquette serait une erreur ici : le groupe a pris son identité, cette sorte de Doom Stellaire (faute de meilleur terme) et l'a malaxé, transformé, manipulé jusqu'à donner cette chose, ce Crust qui a oublié d'accélérer, ce Sludge qui trouve de la lumière sur la face cachée de la lune, ce Post Rock qui aurait acheté par mégarde le même matériel que Warhorse. Chrch a continué d'avancer dans la même direction mais a tout attrapé sur son passage et a tout digéré. 

Peut-on encore parler de riffs ou de mélodies quand on livre un final aussi grandiose que les cinq dernières minutes de "Portals" ? Peut-on vraiment faire autrement que comparer ces rythmiques à des coups de montagnes, ces mélodies à des aurores boréales, ce chant à la chaleur d'une mère malheureuse ? Une symbiose, voilà ce que serait ce disque. Un parfait équilibre entre chaque élément, entre chaque note, entre chaque coup de tom, entre chaque respiration des musiciens. Rien ici n'est déplacé, bien au contraire. J'en veux pour preuve cette longue introduction qui rappelle les plus beaux instants de Neurosis et Amebix, le final fracassant de "Aether", mené tambour battant. J'en veux également pour preuve cette maîtrise de la lenteur, de l'hypnotisme, de la répétition qui rappelle Earth sur ses disques « Drone Folk ». Ce chant qui rappellera Jarboe et Julie Christmas, pas les plus désagréables des comparaisons vous me l'accorderez. Cette lourdeur qui nous renvoie chez Grief, Agrimonia et Thou. D'ailleurs, le nom est lâché. On n'avait pas connu de groupe capable d'aussi bien manier lourdeur, lenteur et mélodies depuis la bande de Baton Rouge. 

En 2015, je déclarais que Unanswered Hymns était « Le spleen dans toute sa dimension dramatique, évocatrice et irrévocable. Une tragédie façonnée avec la tendresse du désespoir, la force de l'abandon. ». Je n'ai pas la force de Chrch, je ne ressens pas non plus le besoin de trouver une autre formule tant elle semble encore d'actualité sur Light Will Consume Us All. Tout a changé chez eux, leur talent s'est décuplé, la puissance et la beauté à laquelle nous avons affaire n'a plus rien à voir et pourtant le groupe a su conserver son identité. Chapeau bas. 

A écouter : La tête dans les étoiles
16 / 20
2 commentaires (16.75/20).
logo amazon

Unanswered Hymns ( 2015 )

On nous les annonce tels des messies, ces groupes venus de nul part qui vont mettre à feu et à sang la marre dans laquelle ils viennent de sauter à pieds-joints. Pourtant, force est de constater que si les appelés sont nombreux, les élus le sont beaucoup moins, la faute à une hype qui fait invariablement son lot de déçus. C'est en tout cas ce que disent les bruits de couloir. Gardons donc nos réserves et ne hurlons pas au loup, mais ne nous taisons pas pour autant : Chrch, toute jeune formation, a sorti l'un des meilleurs disques de Doom/Sludge de l'année 2015. 

Car nos amis californiens sont allés à bonne école : Thorr's Hammer, Grief, Windhand (le parallèle est ici on ne peut plus facile, les deux groupes ayant une vocaliste et pratiquant une musique lourde et mélancolique) ou bien Samothrace hantent leurs pas. Des comparaisons qui feront rêver l'amateur et froncer les sourcils de l'auditeur méfiant. Car l'exercice a de quoi impressionner : 44 minute, 3 titres et un morceau d'introduction de 19 minutes, soit autant de raisons de patauger dans un océan de lieux-communs. C'était pourtant sans compter sur le talent de ces musiciens qui débarquent comme des fleurs. 

Chrch propose une musique massive mais truffée d'ambiances et d'espaces de repos bienvenues. La voix de la chanteuse, lorsqu'elle libère toute sa chaleur et sa douceur, se pose sur notre épaule comme une main de réconfort au milieu d'un marais de tristesse et de désolation. Les musiciens prennent leur temps, calment le jeu et imposent des arpèges de guitare qui ne se taisent que lorsque l'embrasement final survient, culminant en une charge émotive rarement atteinte lorsqu'on évoque ces genres pesants et denses. 

N'allez pour autant pas croire que vous allez avoir une escale de tout repos car Chrch puise également sa force dans les instincts les plus sauvages du Sludge. J'en veux pour preuve le final du titre d'ouverture ("Danwing") qui rappellera aux plus anciens la puissance d'Overmars ou de Grief, le tout agrémenté d'une mélodie lancinante et quasi-brillante. Un exemple parlant qui résume assez bien ce que la formation propose sur l'ensemble de cet album : une musique puissante mais jamais bestiale puisqu'elle laisse toujours entendre un véritable travail d’orfèvre. La guitare fend lentement l'air, chaleureuse, quasi-héroïque au milieu de ces temps sombres et funestes. 

L'expression "tour de force" aura rarement trouvé situation plus adaptée puisque Chrch livre une première œuvre remarquable : éloquente, sombre, lente, déchirante... les adjectifs ne manquent pas. Et c'est peut être là leur plus belle réussite, parvenir à faire ressentir tant d'émotions à l'auditeur, souvent simultanément. Le spleen dans toute sa dimension dramatique, évocatrice et irrévocable. Une tragédie façonnée avec la tendresse du désespoir, la force de l'abandon. 

A écouter : Pour à la fois perdre et retrouver espoir.
Chrch

Style : Sludge / Doom
Tags : -
Origine : USA
Facebook :
Bandcamp :
Amateurs : 7 amateurs Facebook :