logo Child Abuse

Biographie

Child Abuse

Oran Canfield (Batterie)
Luke Calzonetti (Clavier, Chant)
Tim Dahl (Basse)

Les bases posées, Oran Canfield et Luke Calzonnetti déménagent de San Francisco à Brooklyn afin de développer Child Abuse. C'est la rencontre avec Tim Dhal qui fait basculer le groupe dans sa version définitive. Les désormais new yorkais revendiquent des influences multiples, allant de l'early electro, au punk de Man Is The Bastard en passant par Monk, Beefheart, le jazz et le metal, et aiment se voir comme des "maximalistes". Child Abuse se démarque également par l'improvisation de la plupart des paroles.
En 2007, Child Abuse sort un premier album remarqué sur Lovelump Records / Rococo Records. Le trio croise alors The Flying Luttenbachers, White Mice, The Oh Sees, Genghis Tron ou encore Little Women. Avec Cut And Run (Lovelump Records), Child Abuse impose définitivement sa marque.
En 2009, Oran Canfield publie Long Past Stopping : A Memoir un ouvrage sur les familles dysfonctionnelles traité avec humour et basé sur son enfance chaotique.

Chronique

16 / 20
1 commentaire (15/20).

Cut And Run ( 2010 )

Child Abuse porte dans son nom un large spectre du génome de sa musique. Une musique vicieuse, violente, provocatrice et poussant inexorablement à la confrontation. Ce deuxième album du trio new yorkais n'est pas de ceux qui s'écoutent en background. S'y frotter est synonyme de s'y adonner corps et âme. Car c'est directement sur le cerveau que la mathématique Child Abuse agit, comme un algorithme subtil savamment et brutalement exécuté. Cut And Run = Poignarder, puis regarder sournoisement crever par dessus l'épaule, pour aller recommencer l'instant suivant, avec la variante qui fait toute la différence. C'est la ligne de conduite que Child Abuse a eut la bonne idée d'adopter pour orchestrer son massacre en règle, femmes et enfants compris, évidement. Cut And Run va définitivement plus loin que son prédécesseur, les bons tuyaux y sont développés jusqu'à leurs aboutissements et les aspects irritants gommés. A aucun moment, Child Abuse ne percute le vide. Chaque salve touche de manière chirurgicale. Le processus est désormais bien rodé sans pour autant avoir perdu une once d'intensité. Car c'est un fait, ces dudes ont en permanence leurs démons collés aux basques. Pour s'en débarrasser, quoi de plus efficace que d'être encore plus pervers et maléfique qu'eux et ainsi inverser le rapport de force ?

Il n'y a toujours pas de guitare chez Child Abuse, c'est le clavier CASIO (ça dit tout), meurtri et étripé, qui se charge d'édifier le cocon en fils barbelés duquel s'extirpe un chant qui littéralement, dégueule viscères et cervelles. Mais plus que tout autre chose, c'est la batterie qui sélectionne précisément les cibles et appuie sur la gâchette.  Et la gâchette, Oran Canfield l'a très facile. Son jeu, indéniablement influencé par le jazz et les patterns death metal, est capable de revirements de situation - entre mitraillage grindcore et feeling groovy - superbement bien amenés. Les idées pleuvent à tous les niveaux. Les coups de matraques également. Diamétralement opposé à Genghis Tron, Child Abuse laisse de côté le vecteur prog branlette pour resserrer son propos sur une fusion grind/no-wave infiniment plus sombre et vindicative servi par un son live qui nous place au coeur du carnage. Grand bien leur en a pris.

Tracklist : 1.Hold This 2.Bebe 3.Cut & Run 4.Opportunity Zone 5.Financial Burdon 6.Froze Toes

A écouter : Les babines retrousses
Child Abuse

Style : Grindcore / No-Wave / Punk / Metal / Noise
Tags : - - -
Origine : USA
Site Officiel : soundsofchildabuse.com
Myspace :
Amateurs : 3 amateurs Facebook :