Albums du moment
Pochette Meanwhile
Pochette Sky Void Of Stars
Pochette Ocean Pochette Fog Infinite
Découverte
Pochette Future Classic

logo Chicken Diamond

Biographie

Chicken Diamond

Chicken Diamond est un one-man band de Raw-Blues originaire de Thionville. Après quelques concerts et des morceaux remasterisés pour l'occasion, un premier album sort en 2011 sur le label Rennais, Beast Records. Le groupe a déjà tourné aux côtés de Shake It Like A Caveman, Left Lane Cruiser ou Black Diamond Heavies. En 2012, Chicken Diamond revient avec une seconde galette sobrement initulée II.

Chronique

Chicken Diamond ( 2011 )

Il était une fois un mec qui aimait le Blues. Et le Punk aussi. Alors un beau jour, il prend sa gratte, sa stomp box, s'enferme dans son studio et créé Chicken Diamond. Une âme vendu au diable plus tard, un premier album sort chez Beast Records en 2011, résultat du croisement entre les deux genres pour les amateurs de Black Diamond Heavies et Left Lane Cruiser.

Forcément, il ne faut pas s'attendre à du Blues pépère des années 50 car il n'est absolument pas question de ça. Ici, le Blues est graisseux, sale, avec une large couche de poussière sur le dessus. Chicken Diamond le maltraite avec ses cordes biscornues, difformes, une voix pétée par l'alcool et la clope et une batterie qui est là pour te foutre un bon coup dans le derrière. Ce disque est une ode au malin que se soit par son groove surnaturel (essayez de résister à Damn' Old Sun!) ce swing de bar glauque rempli de pochards (Teenage Werewolf) ou ce final bordélique sur Sister Ray. Le musicien prend plaisir à nous perdre en plein bayou, ça suinte de partout avec du bottleneck qui distordent les riffs et un chant caverneux, rauque et sauvage. Ca transpire parfois le Rock' roll des Stooges avec ces lenteurs excessives et ce chant quasi-sexuel (Bones) ou carrément braillé faisant penser à Tom Waits.

Chicken Diamond est donc un disque brut, sans fioriture, volontairement bruitiste et furieusement Punk dans l'esprit. Mais derrière une apparente simplicité, cela n'empêche pas son auteur de varier les riffs, de les rendre prenant et de créer carrément des titres obsédants (Come Home). D'ailleurs, si Chicken Diamond a tout réalisé de A à Z, l'ensemble sonne quand même comme un vrai groupe et donne un peu plus de profondeur à la musique. La rythmique qui cogne fort est néanmoins plutôt variée et l'on peut entendre les lignes de basses épaisses pour que l'on comprenne bien que c'est du Blues enfouit six pieds sous terre. En somme, là ou un one man band comme Shake It Like A Caveman donne dans le répétitif au possible avec un rendu très live, Chicken Diamond joue un peu plus dans la variété et fait que l'on peut apprécier ce disque posé chez soit.

Pas besoin d'en faire des tonnes, Chicken Diamond, c'est aussi jouissif que le nom est ridicule. C'est blindé d'énergie, sale et sombre, à l'image de sa pochette, Rock'n roll à mort et donc fait pour tous les réfractaires du Blues à papa.